Menu

LEDDCinCORSU

Rédigé le Mardi 26 Avril 2022 à 20:00 | Lu 204 fois | 0 commentaire(s)

La traduction du texte en langue corse a été effectuée par : Stella Maria Simeoni, Francescu Maria Luneschi , Aurélie Fondacci


In memoria
À la mémoire


In memoria di quelli chì si ne sò andati è chì anu participatu à u mo spanamentu prufessiunale d’insignante circadore, cù quale aghju intrecciatu ligami d’amicizia è spartutu sintimi d’affettu veri.
 
À la mémoire des personnes disparues qui ont compté dans mon épanouissement professionnel d’enseignant-chercheur et avec lesquelles j’ai tissé des liens amicaux et partagé de vrais sentiments d’affection. 
 
Bernard ROCHÉ (1948 – 2004) : Un scientificu di valore è un militante, impegnatu pè a priservazione di a biodiversità di i mezi naturali isulani. Si n’hè andatu troppu prestu. Aghju avutu a furtuna è u privilegiu di fà cù ellu ricerche scientifiche nant’à l’acque linde di Corsica.
 
Bernard ROCHÉ (1948 – 2004) : Un bon scientifique et un militant, engagé pour la préservation de la biodiversité des milieux naturels insulaires. Trop tôt disparu. J’ai eu la chance et le privilège d’effectuer avec lui des recherches scientifiques sur les eaux douces de Corse. 
 
Jean GIUDICELLI (1936 – 2021) : Un omu unicu, un circadore temendu cù una putenza intellettuale fora di u cumunu. A cunniscenza di l’acque currente mediterranee li deve assai. Li devu a mo passione pè l’ambii acquatichi. Tale un babbu spirituale, m’hà astradatu nant’à u caminu di l’Eculugia.
 
Jean GIUDICELLI (1936 – 2021) : Un homme exceptionnel, un immense chercheur à la puissance intellectuelle hors-norme. La connaissance des eaux courantes méditerranéennes lui doit beaucoup. Je lui dois ma passion pour les milieux aquatiques. Tel un père spirituel, il m’a guidé sur le chemin de l’Ecologie. 
 
Arlette CAZAUBON (1942 – 2022) : A più grande specialista di l’alghe di l’acque linde mediterranee in particulare di u Sudu Este di a Francia (Pruvenza è Corsica). Una persunalità eccezziunale. Un esempiu chjaru di curagiu è di generusità. Sintia più piacè à dà chè à riceve. M’hà tramandatu a so passione pè l’alghe.
 
Arlette CAZAUBON (1942 – 2022) : La plus grande spécialiste des algues des eaux douces méditerranéennes notamment du Sud-Est de la France (Provence et Corse). Une personnalité exceptionnelle. Un exemple lumineux de courage et de générosité. Elle ressentait plus de joie à donner qu’à recevoir. Elle m’a transmis sa passion pour les algues.


 

 
Ringraziamenti 
Remerciements
 
Tengu à ringrazià a ghjente chì m’hà aiutatu è sustenutu in a scrittura di st’opera :
Je tiens à remercier les personnes qui m’ont aidé et soutenu dans l’écriture de cet ouvrage :
 
A mo moglie Sylvie (Chou)
Mon épouse Sylvie (Chou)
 
E mo figliole Sophie, Alicia, Manon
Mes filles Sophie, Alicia, Manon
 
A mo figliulina cara Bianca
Ma petite fille adorée Bianca
 
I mo ghjennari François Tramoni è François Colonna
Mes gendres François Tramoni et François Colonna

Nicolas Alfaro 
Nicolas Alfaro
 
Un ringraziu particulare à u mo amicu è fotografu Philippe PIERANGELI per l’inseme di u so travagliu fotograficu rimarchevule ind’è st’opara. 

Un merci particulier à mon ami et photographe Philippe PIERANGELI pour l'ensemble de son travail photographique remarquable dans cet ouvrage
 
 
Un ringraziu ancu à Jean Christophe BARBIER, Martin BOONE, Morgan CALU, François COLONNA, Franck FETZNER, Alain GAUTHIER, Stéphane MURACCIOLE-ONF, Thomas PESQUET, è l’Agenzia Spaziale Auropea per a so cuntribuzione à l’illustrazione fotografica. 

Merci également à Jean-Christophe Barbier, Martin Boone, Morgan CaluFrançois Colonna, Frank Fetzner, Alain Gauthier, Stéphane Muracciole-ONF, Thomas Pesquet et l'Agence Spatiale Européenne pour leur contribution à l'illustration photographique


PRIFAZIU

 
Antone Orsini hè idrobiulugista. Meteurulugista m’occupu di i meteori è di l’acqua chì fala da in celu, u so interessu hè ind’è l’acqua dolce di i fiumi, i lavi è e vadine di muntagna. Duviamu scuntracci.
 
Antoine Orsini est hydrobiologiste. Météorologiste je m’occupe des météores et de l’eau qui tombe du ciel, son intérêt est dans l’eau limpide des fleuves, des rivières, des lacs et des torrents de montagne. Nous devions nous rencontrer.
 
Aldilà di u scientificu esigente chì m’hà amparatu assai, Antone hè dinò un figliolu di l’acqua di Corsica. À prupositu m’hà cunfidatu avè studiatu, da ghjuvanottu, a fauna di e vadine di a Restonica diciaremu di modu singulare. 
 
Au-delà du scientifique exigeant dont j’ai beaucoup appris, Antoine est aussi un enfant de l’eau et de la Corse. Il m’a confié à cet égard avoir étudié, dans ces jeunes années la faune des cours d’eau de la vallée de la Restonica de manière disons singulière.
 
Hè un scientificu esigente è passiunatu. A so bona vulintà corre ind’è st’opera rigurosa. Ammenta e rilazione cumplesse intratenute trà l’Omu è l’acqua (raporti ecunomichi, eculogichi, culturali è spirituli).
 
Il est un scientifique exigeant et passionné. Cet enthousiasme court dans cet ouvrage rigoureux. Il évoque les relations complexes entretenues entre l’Homme et l’eau (rapports économiques, écologiques, culturels et spirituels).
            
Hè un invitu à u viaghju da l’Amazunia è di u Nilu à Golu è Tavignani ; da i lavi Baïkal è Tanganyka à Melu è Capitellu. L’autore prisenta l’acqua minerale è termominerale di Corsica, un patrimoniu troppu pocu sfruttatu.
 
C’est une invitation au voyage de l’Amazone et du Nil à Golu et Tavignani ; des lacs Baïkal et Tanganyika à Melu et Capitellu. L’auteur présente les eaux minérales et thermominérales de Corse, un patrimoine largement sous-exploité.

 
St’opera ci svela e particularità di a fauna acquatica di Corsica : mancanze faunistiche è tassu d’endemisimu altu. E so curiosità : a medusa d’acqua dolce, l’invulnerabili tardigradi, i pianari (vermi immurtali), u gurdianu di Corsica (un parasita manipulatore). Ma sta biodiversità hè minacciata da l’avvenimenti naturali stremi (pieni è acque basse). È da l’antrupisazione indiretta (u cambiamentu climaticu).
 
Cet ouvrage nous révèle les particularités de la faune aquatique de Corse : lacunes faunistiques et taux d’endémisme élevé. Et ses curiosités : la méduse d’eau douce, les invulnérables tardigrades, les planaires (des vers immortels), le gordien de Corse (un parasite manipulateur). Mais cette biodiversité est menacée par les événements naturels extrêmes (crues et étiages). Et par l’anthropisation directe (barrages, pollution, contamination) et l’anthropisation indirecte (le changement climatique).
 
L’autore mostra a primura di e fureste alluviale, di i boschi di fiumi è di e puzzine in un prucessu di sequestrazione di carbone, una prublematica in rilazione cù a resistenza è a resilianza à e cunsequenze di u cambiamentu climaticu. St’opara hè dinò un viaghju in u tempu, l’evuluzione di e puzzine in 2000 anni hè prisentata.
 
L’auteur montre l’importance des forêts alluviales, des ripisylves et des pozzines dans le processus de séquestration du carbone, une problématique en relation avec la résistance et la résilience aux conséquences du changement climatique. Cet ouvrage est aussi un voyage dans le temps, l’évolution des pozzines en 2000 ans est présentée.

 
Si n’impara nant’à l’usu di l’acqua d’eri, d’oghje è di dumane. Si sà, l’acqua in Corsica hè una ricchezza da curà listessu cume a so fauna è i so ecosistemi. Una ricchezza fragile sottu a pressione di l’attività antropiche ma ancu di e piene chì sò perturbazione naturale di i fiumi.
 
Nous y apprenons de l’usage de l’eau passé et à prévoir. On le sait, l’eau en Corse est une richesse à préserver de même que sa faune et ses écosystèmes. Une richesse fragile sous la pression des activités anthropiques mais aussi des perturbations naturelles des fleuves que sont les crues.
 
St’ultimu puntu ci porta nant’à u sughjettu di u cambiamentu climaticu, riscaldamentu, ciculu di l’acqua mudificatu, diminuzione di u mantellu di neve. Antone Orsini mostra e so cunsequenze visibile è à vene. Stu capitulu ci porta senza dubbitu à piglià cuscenza di st’inghjocu cruciale : pinsà e nostre attitudine pè priservà st’acqua necessaria, in quantità è in qualità, u nostru ambiente… pè a vita.
 
Ce dernier point nous amène sur le sujet du changement climatique, réchauffement, cycle de l’eau modifié, diminution du manteau neigeux. Antoine Orsini expose ses conséquences visibles et à venir. Ce chapitre nous amène sans doute à prendre conscience de cet enjeu crucial : envisager nos attitudes pour préserver cette eau nécessaire, en quantité et en qualité, à notre environnement…à la vie.
 
Patrick REBILLOUT
Direttore di u centru Météo France d’Aiacciu
 
Patrick REBILLOUT
Directeur du centre Météo France d'Ajaccio
 
 
Pàgina 10/11
Page 10/11
INTROIT 
INTRODUCTION
 
L’acque linde, l’avvene di l’Umanità
Les eaux douces, l’avenir de l’Humanité
 
L’acqua hè l’elementu primu nant’à a Terra ; l’uceani coprenu 70% di a superficie di u mondu. Ma l’acqua linda ripresenta solu 2,5% di l’inseme di l’acqua. Guasi 70% di l’acqua linda hè cunservata in i ghjacci, l’acqua linda dispunibule ripresenta dunque menu di l’1% di l’acqua nant’à a Terra.
 
L’eau est l’élément prédominant sur la Terre ; les océans recouvrent 70% de la surface du globe. Mais l’eau douce ne représente que 2,5% de la totalité de l’eau. Près de 70% de l’eau douce est stockée dans les glaces, l’eau douce disponible représente donc moins de 1% de l’eau sur Terre.
 
L’acqua hè VITA
Si stima l’età di a Terra à 4,55 miliardi d’anni. Nant’à a nostra pianeta, l’affaccata di a vita hà 3,85 miliardi d’anni. I primi esseri vivi terresti affaccanu 440 millioni d’anni fà («  Sorge di l’acqua »). A vita solu acquatica hà duratu tandu 3,41 miliardi d’anni.
 
L’eau c’est la VIE
L’âge de la Terre est estimé à 4,55 milliards d’années. Sur notre planète, l’apparition de la vie date de 3,85 milliards d’années. Les premiers êtres vivants terrestres apparaissent il y a 440 millions d’années (« Sortie de l’eau »). La vie uniquement aquatique a donc durée 3,41 milliards années.

 
Ma l’acqua hè dinò a MORTE
Oghje chì ghjè oghje, 2,5 à 3 miliardi di persone ùn anu accessu à l’acqua pulita per u cunsummu. A cunsumazione d’acqua di brutta qualità hè causa di morte di millioni di persone à l’annu frà i quali 360 000 zitelli di menu di 5 anni. E ragiò sò parechje, a prisenza d’agenti biulogichi cum’è batteri, viru o parasiti. Ma dinò d’elementi chimichi naturali o antropichi cum’è l’arsenicu, l’antimoniu, i nitrati, i pesticidi, …
 
Mais l’eau c’est aussi la MORT
De nos jours, 2,5 à 3 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. La consommation d’eau de mauvaise qualité entraine la mort d’un million de personnes par an dont 360 000 enfants de moins de 5 ans. Les causes sont multiples, la présence d’agents biologiques comme des bactéries, des virus ou des parasites. Mais aussi d’éléments chimiques naturels ou anthropiques comme l’arsenic, l’antimoine, les nitrates, les pesticides, …

 
E rilazione trà l’Omu è l’acqua sò cumplesse chì, l’omu intratene incù l’acqua raporti ecunomichi, eculogichi, culturali è spirituali. In e civilisazione e più vechje l’acqua, da surgente stessa di a vita, hè sacra. L’acqua tene una piazza di primura in e mitulugie è e riligione. I so puteri attempu vita è morte ne facenu un elementu metafisicu.
 
Les relations entre l’Homme et l’eau sont complexes car l’homme entretient avec l’eau des rapports économiques, écologiques, culturels et spirituels. Dans les plus anciennes civilisations l’eau est sacrée comme la source même de la vie. L’eau tient une place importante dans les mythologies et les religions. Ses pouvoirs conjugués de vie et de mort en font un élément métaphysique.
 
In francese, a parolla « eau » hè affascinante perchè hè cumposta solu da trè vucale E,A,U chì, in trè, facenu nasce u sonu di a quarta vucale O.
 
Le mot « eau » est fascinant car il est composé uniquement des trois voyelles E, A, U qui, à elles trois, forment le son de la quatrième voyelle O.
 
In a Storia, sbuccianu grande civilisazione sviluppate in e valle di fiumi maiò. A maiò parte di e grande civilisazione antiche sò qualificate da « civilisazione idrauliche ». U so livellu di sviluppu hè in leia stretta cù u so livellu di maestria in a gestione di l’acqua. À l’arriguarciu, l’indebuliscimentu di sta maestria suciale di l’acqua hà inghjenatu a so trafalata o a so scumparsa.
 
De grandes civilisations florissantes se sont développées dans les vallées de grands fleuves. La plupart des grandes civilisations anciennes sont qualifiées de « civilisations hydrauliques ». Leur niveau de développement est directement lié à leur degré de maîtrise dans la gestion de l’eau. Inversement, l’affaiblissement de cette maîtrise sociale de l’eau a automatiquement entraîné leur décadence et leur disparition.
 
E religione è l’acqua
In a tradizione ghjudeocristiana, l’acqua tene una piazza di primura in u libru di a Genesi di a Bibbia : «  e tenebre cuprianu l’abissu è u spiritu di Diu si muvia sopra l’acque ». Diu urganiseghja l’universu à partesi da l’acqua « chì l’acque chì sò sopra à u celu s’accoglinu in un locu solu è chì u seccu affacchi ». I primi battesimi sò stati fatti in a natura (surgente è fiumi). Dopu sò stati custruiti lochi apposta, e fonte battesimale. A parolla « fonte » vene da u latinu   « fons » chì insegna, in listessu tempu chè a surgente, u diu chì ci campa. 
 
Les religions et l’eau
Dans la tradition judéo-chrétienne, l’eau occupe une place significative dans le livre de la Genèse de la Bible : « les ténèbres couvraient l’abîme et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux ». Dieu organisa l’univers à partir de l’eau : « que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu et que le sec paraisse ». Les premiers baptêmes ont été effectués dans la nature (sources et rivières). Puis des lieux ont été bâtis, ce sont les fonts baptismaux. Le mot « fonts » provient du latin « fons » qui désigne, en même temps que la source, le dieu qui y habite.

 
Pè l’ebrei, a pulizia hè un obbligu murale : « a pulizia hè vicina di a divinità  ». Nanzu d’entre in un locu sacru, i rabbini si lavanu e mane è i pedi. I bagni rituali, ghjovinu à lavassi è à purificassi, nanzu à evenimenti riligiosi.  
 
Pour les Hébreux, la propreté revêt une obligation morale : « La propreté est voisine de la divinité ». Avant d’entrer dans un lieu sacré, les rabbins se lavent mains et pieds. Les bains rituels, servent à se laver et à se purifier, avant les évènements religieux.
 

L’urigine di u battesimu cristianu ribombanu cù e pratiche in Egittu, in Grecia è in l’Oriente vechju, cumpresu l’India cù u bagnu in u Gange.
 
Les origines du baptême chrétien ont des parallèles en Egypte, en Grèce et dans l’Orient ancien, y compris en Inde avec le bain dans le Gange.
 
E rifarenze à l’acqua sò dinò assai prisente in u Coranu : « avemu fattu di l’acqua ogni criatura viva ». In u Coranu, l’acqua, cum’è u celu è a terra, hè un elementu di primura chì testimunieghja di l’esistenza di u Prufeta. L’arte islamicu di lavassi nanzu à l’intrata in a muschea, cù u pinsere d’esse pulitu, hè cambiatu divintendu una prighera à Allah. À u centru di a Mecqua si trova a surgente Zamzan. Sicondu a fola islamica, Ismaël, figliolu d’Abraham, è Hagar, a so mamma, facenu una implurazione pè truvà l’acqua scappendu in u disertu. Tandu spunta un ochju. Dipoi, u ringraziu à a fonte Zamzam biendu a so acqua, face parte di pelegrinaghju à a Mecca.
 
Les références à l’eau sont également très présentes dans le Coran : « Nous avons fait de l’eau toute chose vivante ». Dans le Coran, l’eau, au même titre que le ciel et la terre, est un élément essentiel qui témoigne de l’existence du Prophète. Quant à la coutume islamique d’effectuer ses ablutions avant l’entrée dans la mosquée, à partir d’un souci d’hygiène, elle a progressivement évolué en prière à Allah. Au centre de La Mecque se trouve la source Zamzam. Selon la légende islamique, Ismaël, fils d’Abraham, et Hagar, sa mère, font, pendant leur fuite dans le désert, une imploration pour obtenir de l’eau, quand surgit soudain une source. Depuis, l’hommage à la source Zamzam dont on boit les eaux, fait partie du pèlerinage à La Mecque.
 
L’acqua, l’inghjocu maiò di u 21esimu seculu  
L’acqua hè un fattore di sviluppu primurosu anzituttu in l’isule mediterranee. Postu chì l’acqua, chì era un elementu di u patrimoniu naturale, hè divintatu un bè ecunomicu, una marcanzia è un inghjocu di cunflitti. L’intaressi upposti sò d’ordine suciale (ricchi / poveri), ecunomicu (dumesticu / industriale / agriculu) è puliticu (cunflitti internaziunali).
 
L’eau, le grand enjeu du 21ème siècle
L’eau est le facteur primordial dans le développement notamment dans les iles méditerranéennes. Car l’eau, qui était un élément du patrimoine naturel, est devenue un bien économique, une marchandise et un enjeu de conflits. Les intérêts antagonistes sont d’ordre social (riches / pauvres), économique (domestique / industriel / agricole) et politique (conflits internationaux).
 

A crescita di l’emissioni di gasu serra hà inghjenatu una crescita di a timperatura di a Terra è una alzata di u livellu di u mare. L’effetti di u scambiamentu (srigulamentu) climaticu devenu esse pigliati in contu in a gestione di e risorse in acque. 
L’evenimenti climatichi stremi (sicchia, inundazione), mostranu a vulnerabilità maiò di l’ecusistemi acquatichi.
 
L’augmentation des émissions de gaz à effet de serre a provoqué une augmentation de la température du globe et une élévation du niveau de la mer. Les effets du changement (dérèglement) climatique doivent être pris en compte dans la gestion des ressources en eaux.
Les événements climatiques extrêmes (sécheresse, inondations), mettent en évidence la grande vulnérabilité de l’écosystème aquatique.

 
A salute di l’omu hè minacciata da e malatie infettive è vetturiale ch’affaccanu è chì voltanu (paludismu, chikungunya, dengue, zika…).
 
La santé humaine est menacée par les maladies infectieuses et vectorielles émergentes ou réémergentes (paludisme, chikungunya, dengue, zika…).
 
E cunsequenze di u cambiamentu climaticu averanu un impattu in u settore energeticu. Postu chì u tassu bassu di empiimentu di i matrali idroelettrichi hà da cumprumette u mischiu energeticu. Una  di e cunsiquenze hà da esse a crescita di a parte raprisentata da u termicu frà altru l’adopru di “fuel” è di carbone.
 
Les conséquences du changement climatique auront un impact sur le secteur énergétique. Car le faible taux de remplissage des retenues des barrages hydroélectriques hypothèquera le mix énergétique. Ce qui entrainera une augmentation de la part représentée par le thermique notamment l’utilisation du fuel et du charbon.
 
A scarsità di a risorsa in acqua inghjenerà una crescita di u prezzu di l’acqua di casa o di l’acqua agricula è in listessu tempu quellu di l’alimenti. Inegalità suciale seranu liate à a distribuzione è a tarifficazione di l’acqua.
 
La raréfaction de la ressource en eau entrainera une augmentation du prix de l’eau domestique et agricole et corrélativement du prix des aliments. Des inégalités sociales seront liées à la distribution et la tarification de l'eau.
 

À longu andà, ci vulerà à fassi a dumanda di a rimessa in causa di a guvernanza ughjinca di e risorse in acqua. U cambiamentu di i modi di fà è di l’usi cusì cume i scumbugli di u sittore agriculu ùn si puderanu parà.
 
À long terme, se posera la question de la remise en cause de la gouvernance actuelle des ressources en eau. Le changement de comportements et de modes de vie ainsi que les bouleversements dans le secteur agricole seront inéluctables.
 

L’acqua in Corsica
Nant’à l’isula, i principali utilizatori di a risorsa in acqua sò a pupulazione frà i quali i turisti è l’agricultori, per un dettu l’agricultura annacquata. Rughjone pocu industrializatu, l’altre principale attività in leia incù i mezi acquatichi sò a grande idroelettricità (da a quale vene u 25% di l’energia prudutta in Corsica). 
 
L’eau en Corse
Sur l’île, les principaux utilisateurs de la ressource en eau sont la population dont les touristes et les agriculteurs, notamment l’agriculture irriguée. Région peu industrialisée, les principales autres activités en lien avec les milieux aquatiques sont la grande hydroélectricité (dont est issue 25% de l’énergie produite en Corse).

 
In u 2019, e masse d’acque supranante in bonu statu o propiu in bon statu eculogicu prisentanu un tassu ecceziunale di 88% (50% per l’altri lochi di Francia). Ma certe masse d’acque sutterranee di a costa urientale di l’isula vedenu u so statu quantitativu andà di male. A soprasplutazione estiva di a risorsa è e cunsequenze di u cambiamentu climaticu spieganu stu degradu. Invece, 98% di e masse d’acque supranante è 100% di e masse d’acque sutterranee sò in bonu statu chimicu. 
 
En 2019, les masses d’eaux superficielles en bon ou très bon état écologique présentent un taux exceptionnel de 88% (50% pour les autres bassins français). Mais certaines masses d’eaux souterraines de la côte orientale de l’île voient leur état quantitatif se dégrader. La surexploitation estivale de la ressource et les conséquences du changement climatique expliquent cette dégradation. En revanche, 98% des masses d’eaux superficielles et 100% des masses d’eaux souterraines sont en bon état chimique.

Antoine ORSINI, Idrobiulugistu..
Maestru di Cunfarenze Abilitatu à Direghje e Ricerche à l’Università di Corsica. 
Direttore di u Laburatoriu d’Idrobiulugia  UMR-CNRS 6134 SPE.
Amministratore di l’Agenzia di l’Acque RM&C.  
Anzianu amministratore di l’Offiziu di l’Ambiente di Corsica.
Prisidente di u Cumitatu Scientificu è Ambientale di u Prughjettu di Sviluppu di l’infrastrutture purtuarie di Bastia.  
Membru di u Cumitatu di Bacinu di Corsica.
Membru di u Cunsigliu Scientificu Righjunali di u Patrimoniu Naturale di Corsica. 
Membru di u Cunsigliu Scientificu di u Parcu Naturale Righjunale di Corsica. 
Anzianu Prisidente di i Cunsigli Scientifichi (1) di u Parcu Naturale Righjunale di Corsica, (2) di a Riserva Naturale di Scandula, (3) di a Riserva Naturale MAB UNESCO Fangu.
Prisidente di a Cummunità di Cumune Centru di Corsica.

Antoine ORSINI, Hydrobiologiste.
Maître de Conférences Habilité à Diriger les Recherches à l’Université de Corse.
Directeur du Laboratoire d’Hydrobiologie UMR-CNRS 6134 SPE.
Administrateur de l’Agence de l’Eau RM&C.
Ancien administrateur de l'Office de l’Environnement de la Corse.
Président du Comité Scientifique et Environnemental du Projet de développement des nouvelles infrastructures portuaires de Bastia.
Membre du Comité de Bassin de Corse.
Membre du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel de Corse.
Membre du Conseil Scientifique du Parc Naturel Régional de Corse.
Ancien Président des Conseils Scientifiques (1) du Parc Naturel Régional de Corse, (2) de la Réserve Naturelle de Scandola, (3) de la Réserve Naturelle MAB UNESCO Fango.
Président de la Communauté de Communes du Centre Cor
se.





 
 
 

Pàgina 16/17
Page 16/17

I. A situazione geugrafica è tupugrafica di a Corsica  
I. La situation géographique et topographique de la Corse


U Mare Mediterraniu hè un mare internu chì cummunicheghja incù l’uceanu Atlanticu via u Strettu di Gibraltar. A penisula taliana è a Sicilia spiccanu u Mare Mediterraneu in dui bacini ch’ùn sò listessa impurtanza. U bacinu urientale, u più spartu, tocca u Mezu Oriente ; u bacinu uccidentale hè più ristrettu. In st’ultimu, a Corsica è a Sardegna anu una pusizione meridiana chì dà e so cunfine à u mare Tirreniu. 
 
La Méditerranée est une mer intérieure qui communique avec l’océan Atlantique par le détroit de Gibraltar. La péninsule italienne et la Sicile partagent la Méditerranée en deux bassins d’inégale importance. Le bassin oriental, le plus vaste, touche le Moyen-Orient ; le bassin occidental est plus réduit. Dans ce dernier, la Corse et la Sardaigne occupent une position méridienne délimitant la mer Tyrrhénienne.
 
A Corsica si trova trà 41° è 43° di latitudine nordu. Distesa in u sensu nordu sudu, si trova à 160 chilometri da a Pruvenza, quandu 82 chilometri a spiccanu da a Tuscana è solu 12 chilometri da a Sardegna. Incù guasi 1 000 chilometri di coste pè 183 chilometri di longu è 84,5 chilometri ind’a so larghezza a più maiò, hà una superficie di 8 748 chilometri quadri. A Corsica hè di u Mediterraneu l’isula cù più muntagne ancu s’ellu ùn hà a cima a più alta. U Monte Cintu (2 707 m), hè supranatu da l’Etna chì s’alza à 3 323 m in Sicilia. Ma in Corsica, a mità di u territoriu hà un altitudine sopra à i 400 metri è l’isula conta più di 120 cime sopra à i 2 000 metri. 
 

 
A Corsica presa in ritrattu da Thomas Pesquet u 6 di lugliu di u 2021 durante a missione spaziale Alpha, incù u cummentu chì seguita : “La Corse en majesté. C’est toujours surprenant de réaliser qu’elle est plus proche de l’Italie que de l’Hexagone - à force de regarder les cartes de la météo où on la rappriche du continent, j’ai grandi en pensant qu’elle était à 200m au large de Nice, et quelle fut ma surprise de constater qu’elle a une soeur proche, la Sardaigne, à une encablure au sud. Cette photo illustre parfaitement ce que les astronautes aiment photographier depuis l’espace : des paysages reconnaissables au 1er coup d'œil, une verticale presque parfaite, et le reflet du soleil sur la mer.”
Da rimarcà chì e tacche bianche à u centru di l’isula ùn sò neve ma nuli. Eppuru, s’azzinganu di manera unica annant’à i più alti rilievi. 

La Corse photographiée par Thomas Pesquet le 6 juillet 2021 lors de la mission spatiale Alpha, avec le commentaire suivant : “La Corse en majesté. C’est toujours surprenant de réaliser qu’elle est plus proche de l’Italie que de l’Hexagone – à force de regarder les cartes de la météo ou celles des livres d’histoire géo où on la rapproche du continent, j’ai grandi pensant qu’elle était à 200 m au large de Nice, et quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’elle a une sœur proche, la Sardaigne, à une encablure au sud. Cette photo illustre parfaitement ce que les astronautes aiment photographier depuis l’espace : des paysages reconnaissables au 1er coup d’œil, une verticale presque parfaite, et le reflet du soleil sur la mer ”.
 
Notons que les taches blanches sur le centre de l’île ne sont pas de la neige mais des nuages.  Cependant ils s’accrochent de manière remarquable sur les plus hauts reliefs.
 

 

Pàgina 22/23
Page 22/23

II. A climatulugia di a Corsica  
II. La climatologie de la Corse
 
 
A Corsica è a Sardegna, si trovanu nant’à a strada di masse d’aria chì venenu da una banda da l’Atlanticu è da l’altra banda da u Sahara. Cù e so 120 cime sopra i 2000 metri d’altitudine, l’isula di Corsica hè più muntagnola chè a Sardegna. L’altitudine ghjoca un rolu maiò in a pluviometria, e precipitazione in Corsica sò in parte maiò orografiche. Infatti e cime facenu un screnu di nuli ciò chì face una cundensazione nant’à i rilievi. 
L’altitudine, a direzzione generale di a sarra principale è l’influssu di u mare sò i principali fattori chì facenu l’uriginalità climatica di a Corsica. 
 
La Corse et la Sardaigne, sont situées sur la trajectoire de masses d’air venues d’une part de l’Atlantique et d’autre part du Sahara. Avec ses 120 sommets à plus de 2 000 mètres d’altitude, la Corse est une île plus montagneuse que la Sardaigne. L’altitude joue un rôle important dans la pluviométrie, les précipitations en Corse sont en grande partie orographiques. En effet les sommets forment un écran aux nuages ce qui provoque une condensation sur les reliefs.
L’altitude, la direction générale de la ligne de crête principale et l’influence de la mer sont les principaux facteurs qui déterminent l’originalité climatique de la Corse.
 
I regimi pluviometrichi : 
 
E precipitazione sò caratterizate da una variabilità ind’è u spaziu è ind’è u tempu. 
In u spaziu, l’altitudine hà un influssu maiò annant’à u regime pluviometricu, infatti l’altezze annuale medie d’acqua passanu da 700 mm à u livellu di u mare à 1300 mm sopra à i 1 400 metri d’altitudine. 
 
 
Periodu  d’usservazione 1985 – 2020 Altezza media (mm)
0 à 100 m 716
101 à 600 m 863
601 à 1400 m 1093
> 1400 m 1332
 
Regime pluviometricu in Corsica
 
Les régimes pluviométriques :
 
Les précipitations sont caractérisées par une variabilité dans l’espace et dans le temps.
Dans l’espace, l’altitude a une forte influence sur le régime pluviométrique en effet, les hauteurs annuelles moyennes d’eau passent de 700 mm au niveau de la mer à 1300 mm au-dessus de 1 400 m d’altitude.


Longu u tempu, e quantità d’acquate annuale sò assai cambiarine d’un annu à l’altru, u vaghjime è l’inguernu sò e stagione e più acquicciose.
 
Dans le temps, les quantités de pluies annuelles sont très variables d’une année sur l’autre, l’automne et l’hiver sont les saisons les plus arrosées.
 
A sicchia hè un fenomenu cumplessu risultatu di l’effettu cumbinatu di parechji fattori, cum’è u regime pluviometricu, a qualità di u tarrenu è u stadiu di sviluppu vegetativu di e piante. A quantità di l’appruvisiunamentu in acqua da e precipitazione ne face l’elementu determinante. L’intensità di u fenomenu dipende d’altri fattori meteurulogichi : e timperature, a durata di l’insulazione è u ventu. 
 
La sécheresse est un phénomène complexe qui résulte de l’effet combiné de plusieurs facteurs, notamment le régime pluviométrique, la nature du sol et le stade de développement végétatif des plantes. La quantité de l’approvisionnement en eau par les précipitations en constitue l’élément déterminant. L’intensité du phénomène dépend d’autre facteurs météorologiques : les températures, la durée de l’insolation et le vent.
 
L’impattu di u cambiamentu climaticu nant’à u cumulu annuale di e precipitazione ùn hè stabilitu di modu chjaru. Quantunque, l’intensità di l’acquate streme in u rughjone mediterraneu ùn pianta di cresce. 

L’impact du changement climatique sur le cumul annuel des précipitations n’est pas clairement établi. Néanmoins, l’intensité des pluies extrêmes en région méditerranéenne ne cesse d’augmenter.

A neve 

A Corsica, l’isula a più muntagnola di u Mediterraneu cù più di 120 cime sopra i 2 000 metri, prisenta, d’inguernu, un mantellu nivarecciu impurtante. 
Da u liturale à i 300 metri d’altitudine, a neve hè scarsa è poca. Da 300 à 600 m (600 à 900 m da u latu sud), fala a neve di modu nurmale, a cuverta di neve ghjunghje suvente à 20 o 30 cm di misura, i periodi tutali ch’ella sdrughje suvitanu l’episodii di neve. Da 1 100 m à 1500 d’altitude (1 400 à 1 800 m da u latu sudu) u mantellu di neve hè più cuntinuu, a neve fala da u mese d’ottobre à u mese aprile è u cumulu pò varcà 2 metri di misura. Aldilà di 1500 m (1 800 da u latu sud), a crescita si face via via, u spessore mediu hè di 2 metri cù un massimu di 6 metri. À st’altitudine, l’azzione di u ventu hè di primura è aiuta a furmazione di sciappe à ventu, di zone di forte accumulazione è bizzichi di neve ; a neve sdrughje pian pianinu è ùn hè scarsu di scuntrà, sin’à a fine di lugliu, sciappe di neve impurtante nant’à i versi sposti à nordu.
U mantellu di neve tene un rolu impurtante in u funziunamentu idrobiulogicu riducendu l’amplitudine di e sicchie fiumareccie di certi corsi d’acqua di Corsica. Ma dipoi l’anni 90, u regime di i corsi d’acqua hè assai menu influenzatu da a neve postu chì u mantellu di neve si riduce in stesa è in misura, in rilazione cù u riscaldamentu climaticu. 

La neige 

La Corse, île la plus montagneuse de la Méditerranée avec près de 120 sommets à plus de 2 000 mètres, présente, en hiver, un manteau neigeux important.
Du littoral à 300 m d’altitude, la neige est rare et exceptionnelle. De 300 à 600 m (600 à 900 m en versant sud), l’enneigement se produit normalement chaque hiver, la couche atteint fréquemment 20 à 30 cm d’épaisseur, les périodes de fonte totale succèdent aux épisodes neigeux. De 1 100 m à 1 500 m d’altitude (1 400 à 1 800 m en face sud) l’enneigement est plus continu, les chutes se produisent d’octobre à avril et le cumul peut dépasser 2 mètres d’épaisseur. Au-dessus de 1 500 m (1 800 m en face sud) l’augmentation du manteau neigeux est progressive, l’épaisseur moyenne est de 2 mètres avec un maximum de 6 mètres. A ces altitudes l’action du vent est prépondérante et favorise la formation de plaques à vent, de zones de forte accumulation et de corniches ; la fonte y est très lente et il n’est pas rare d’y rencontrer, jusqu’à la fin juillet, des plaques de neige importantes sur les versants exposés au nord.
Le manteau neigeux joue un rôle important dans le fonctionnement hydrologique en réduisant l’amplitude de l’étiage de certains cours d’eau de Corse. Mais depuis les années 90, le régime des cours d’eau est beaucoup moins influencé par la neige car le manteau neigeux se réduit en surface et en épaisseur, en relation avec le réchauffement climatique.


I regimi termichi :
Les régimes thermiques :
 
Per via di a so situazione geugrafica, a Corsica hè, sicondu e stagione, sottu l’influssu di e masse d’aria d’origine trupicale, uceaniche o cuntinentale. U rilievu è l’infussu marittimu ghjocanu, una volta torna, un rolu impurtante : u rilievu accatizza i scarti di timperatura quandu chì u mare l’appacia.
A timperatura media annuale passa da 15.3°C, in piaghja, à 8,5°C, in muntagna. 
Aldilà di u rilievu, ‘l’aria marina ghjoca un rolu maiò nant’à a media di e timperature massime annuale. Infatti,  l’aria marina  « relativise les températures maximales par un apport d’humidité et limite une bonne partie de la frange côtière à des valeurs maximales moyennes de près de 20°C » (Bruno et al., 2001).
 
 
Periodu d’usservazione 1985 – 2020 0 à 100 m 101 à 600 m 601 à 1400 m > 1400 m
Timperatura media 15.8°C 14.2°C 11.8°C 8.5°C
Timperatura minima medi 12.6°C 11.2°C 9.2°C 6.3°C
Timperatura massima media 19.9°C 18.3°C 15.3°C 11.2°C
Numeru di ghjorni :
- assai caldi (Tmaxi ≥ 30 °C)
- caldi  (Tmaxi ≥ 25 °C)
- freschi (Tmini ≤ 5°C)
- cù u cotru (Tmini ≤ 0°C)
 
19
93
38
4
 
15
76
64
9
 
7
42
107
25
 
1
8
166
64
Regime termicu in Corsica

De par sa situation géographique, la Corse est, selon les saisons, sous l’influence des masses d’air d’origine tropicale, océanique ou continentale. Le relief et l’influence maritime jouent, une nouvelle fois, un rôle important : le relief accentue les écarts de température alors que la mer les tempère.
La température moyenne annuelle passe de 15.3°C, en plaine, à 8.5°C, en montagne.
Outre le relief, la brise marine joue un rôle important sur la moyenne des températures maximales annuelles. En effet, la brise marine « relativise les températures maximales par un apport d’humidité et limite une bonne partie de la frange côtière à des valeurs maximales moyennes de près de 20°C » (Bruno et al., 2001).


I venti :
Les vents :
 
Per via ch’ella hè una isula, a Corsica hè propiu sensibule à i regimi di i venti chì soffianu nant’à sta parte di u bacinu mediterraneu, sia pè i grandi currenti sia pè i tratti lucali.
D’inguernu (circulazione à punente) e masse d’arie timperate, chì ghjunghjenu da l’Atlanticu, si empienu d’umidità passendu u Mediterraniu ; u flussu hè dunque frescu è umidu (esempiu di u Maistrale). 
D’istate (circulazione di sudeste), e masse d’aria subtropicale chì venenu da u Sahara, facenu nasce un flussu caldu è seccu (esempiu di u Sciroccu).
L’influssu di u rilievu nant’à i venti si traduci da effetti orografichi. L’accelerazione di u ventu da l’effettu Venturi hà due origine : u strittime verticale (trà e cime è e limite inferiore di a tropopausa), u strittime à l’urizontale (in e valle, trà i rilievi principali).
I rilievi sicundarii è l’effetti di cumpusazione incù i fenomeni di tratti, frasturneghjanu u passeghju di u ventu dendu scariulenze è sviamenti.
 
 
Par son insularité, la Corse est particulièrement sensible aux régimes des vents qui soufflent sur cette partie du bassin méditerranéen, tant pour les grands courants que pour les brises locales.
En hiver (circulation d’ouest), les masses d’air tempérées, provenant de l’Atlantique, se gorgent d’humidité en traversant la Méditerranée ; le flux est donc frais et humide (exemple du Mistral).
En été (circulation de sud-est), les masses d’air subtropicales provenant du Sahara, génèrent un flux chaud et sec (exemple du sciroccu).
L’influence du relief sur les vents se traduit par des effets orographiques. L’accélération du vent par l’effet Venturi a deux origines : le resserrement vertical (entre les sommets et la limite inférieure de la tropopause), le resserrement horizontal (dans les vallées, entre les reliefs principaux).
Les reliefs secondaires et les effets de composition avec les phénomènes de brises, perturbent l’écoulement du vent provoquant des turbulences et des déviations.


A carta di i venti di Corsica mostra a manifestazione di sette venti sfarenti : 
La carte des vents locaux observés en Corse montre la manifestation de sept vents différents :
⮲U grecale, di cumpunente nord’este, hè un grande ventu tirrenu. Soffia à spessu di capicursura o di veranu è hè assai liatu à timpeste in u Mediterraniu. Porta assai acqua à nant’à u versu orientale di a Corsica.
⮲ U grecale, de composante nord-est, est un grand vent tyrrhénien. Il est fréquent en automne et au printemps et très lié à des tempêtes en Méditerranée. Il amène beaucoup de pluies sur la face orientale de la Corse.
⮲ U levante hè un ventu d’este ; quand’ellu soffia forte, accade à spessu ch’ellu franchi a catena di e cime corse è ch’ellu tocchi e coste uccidentale.
⮲ U levante est le vent d’est ; lorsque qu’il est très soutenu, il est fréquent qu’il franchisse la ligne des sommets de la Corse et qu’il atteigne les côtes occidentales.
⮲ U libecciu hè u ventu maestru di a Corsica, i so effetti si facenu sente in l’isula sana ma à sfarenti gradi. Di direzzione mezupunente annant’à u meziornu di a Corsica, diventa , per via di l’urientazione di u rilievu, un vente d’uveste in Balagna è annant’à u Capicorsu uccidentale. D’estate hè seccu per a maiò parte di u tempu tandu chì d’inguernu si carca d’umbulina è porta principalmente e piosse à nant’à i versi uccidentali.
⮲ U libecciu est le grand vent de la Corse ; ces effets se font sentir sur toute l’île mais à des degrés différents. De direction sud-ouest sur le sud de la Corse, il devient, du fait de l’orientation du relief, un vent d’ouest en Balagne et sur le Cap Corse occidental. En été, il est généralement sec alors qu’en hiver il se charge d’humidité et devient porteur de pluies principalement sur les versants occidentaux.
⮲ ​​U maestrale, di direzzione nordu este, hè un ventu bruscu, viulente, seccu d’estate è più umbule d’inguernu.
U maestrale, de direction nord-ouest, est un vent brusque, violent, sec en été et plus humide en hiver.
⮲ U punente hè u vente d’este, si mischia à spessu incù u libecciu
⮲ U punente est le vent d’est ; il se mélange souvent au libecciu.
⮲ U sciroccu hè un ventu di sudu, caldu è umbule : s’accumpagna à spessu di fulene rosse d’origine di u Saharà, di bufeghje è di nebbie di e coste.
⮲ U sciroccu est un vent de sud, chaud et humide ; il est souvent accompagné de poussières rouges d’origine saharienne, de brumes et de brouillards côtiers.
⮲ ​​A tramuntana hè u grande ventu di u nordu, viulente, seccu è ghjalatu : soffia d’inguernu incù grosse buffulate è purificheghja l’aria.
⮲ A tramuntana est le grand vent du nord, violent, sec et froid ; il sévit en hiver en longues rafales et purifie l’air.

I clima di a corsica
Les climats de la Corse
 
E variazione impurtante di a timperatura è di e piosse, quande no passemu da u liturale à e cime di l’isula, permettenu di categurizà i clima ; Simi (1964) prupone di sfarinzià ne trè :
Les variations importantes de la température et des précipitations, lorsqu’on passe du littoral aux sommets de l’île, permettent de séparer les climats ; Simi (1964) propose d’en distinguer trois :

⮲ Da 0 à 600 m, un clima di u mediterraniu dolce è umbule à timperature mizane à l’annu andendu da 14 à 17°C gradi, di piosse in quantità essendu irregulare, d’estate una longa stagione secca.
⮲ De 0 à 600 m, un climat méditerranéen doux et humide à températures moyennes annuelles variant de 14 à 17 °C, des pluies abondantes mais irrégulières, une longue saison sèche en été.
⮲ Da 600 à 1 200 m, un clima mediterraneu d’altitudine à timperature mizane à l’annu andendu da 10 à 13 °C gradi, di piosse in quantità è una stagione secca menu impurtante
De 600 à 1 200 m, un climat méditerranéen d’altitude à températures moyennes annuelles variant de 10 à 13 °C, des pluies abondantes et une saison sèche moins marquée.
⮲ Aldilà di 1200 m, un clima di tunalità alpina, incù un inguernu ghjalatu, caratterizatu da una variazione di timperature è di precipitazione assai impurtante di più sott’à una forma nivareccia.
⮲ Au-dessus de 1 200 m, un climat à tonalité alpine, à hiver rigoureux, caractérisé par des contrastes de températures et des précipitations très importantes en particulier sous forme de neige.

Gamisans (1991) parla di u clima mediterraneu di alta altitudine chì a tunalità alpina pruposta da Simi (1964) s’arremba infatti solu nant’à criteri termichi (inverni ghjalati) ; e precipitazione ùn anu una tunalità alpina ma sempre una tunalità mediterranea, puru s’ella hè ridotta.
 Gamisans (1991) parle de climat méditerranéen de haute altitude car la tonalité alpine proposée par Simi (1964) ne repose en fait que sur des critères thermiques (hivers rigoureux) ; les précipitations n’ont pas une tonalité alpine mais bien encore une tonalité méditerranéenne, même si elle est atténuée.


 


 


 

Pàgina 30/31
Page 30/31

III. Geulugia : A corsica, duie muntagne à mezu à u mare
III. Géologie : la Corse, deux montagnes dans la mer
 
A Corsica hè strasordinaria per via di a so diversità è a so natura geologica. Sè i rilievi di detagli è l’interpretazione strutturale ponu sempre rimandà à discussione, e principale furmazione geologiche sò da l’avà ben cunnisciute.
 
La Corse est remarquable par la diversité et la complexité de sa nature géologique. Si les levés de détail et les interprétations structurales prêtent encore à discussion, les principales formations géologiques sont maintenant bien connues.
 
Da u pianu geologicu è storicu, a Corsica currisponde à duie muntagne in u mare. Una muntagne uccidentale alta (custituita di granitu è riolite) è una muntagna urientale, menu alta è scistosa. A prima ghjova di sciarpa à a Corsica, dapoi u rughjone calvesu sin’à u strema meridione, u puntu d’altezza u più altu hè Monte Cintu (2707 m) è 120 cime francane i 2000 metri. A siconda participeghja à a furmazione di u Capicorsu è di a Castagniccia. Hè spiccata da a prima da u solcu centrale, zona depressa d’altezza menu impurtante. Un tagliu trasversale di a Corsica da a costa uveste (Galeria) à a costa este (Moriani) passendu per u Cintu è u San Petrone, dipigne a spressione di « duie muntagne in u mare ».
 
Sur le plan géologique et historique, la Corse correspond à deux montagnes dans la mer (Gauthier, 1998). Une montagne occidentale élevée (constituée de granite et de rhyolite) et une montagne orientale moins élevée schisteuse. La première prend la Corse en écharpe depuis la région calvaise jusqu’à l’extrême sud, elle culmine au Monte Cintu à 2 707 m et possède 120 sommets qui dépassent 2 000 m. La seconde participe à la formation du Cap Corse et de la Castagniccia. Elle est séparée de la première par le sillon central, zone déprimée de plus faible altitude. Une coupe transversale de la Corse, de la côte ouest (Galéria) à la côte est (Moriani), en passant par le Monte Cintu et le San Pedrone, illustre l’expression « deux montagnes dans la mer ».

Tagliu tasversale schematicu di a Corsica (Punente – Livante)
Coupe transversale schématique de la Corse (Ouest – Est)
 
A carte geulogica simplificata mostra quattru unità principale spiccate l’une cù l’altre da accidenti tettonichi impurtanti :
 La carte géologique simplifiée montre quatre unités principales séparées les unes des autres par d’importants accidents tectoniques :

A più anziana (aria primaria) è a più stesa copre i dui terzi suduveste di l’isula, hè a « Corsica ercinica » o « Corsica anziana » custituita per a maiò parte di scogli plutonichi ( graniti, diorite, gabbrò) è d’un cumplessu vulcanicu rioliticu in e muntagne di u Cintu è d’Osani.
La plus ancienne (ère primaire) et la plus étendue couvre les deux tiers sud-ouest de l’île ; c’est la « Corse hercynienne » ou « Corse ancienne » constituée essentiellement de roches plutoniques (granites, diorites, gabbros) et d’un complexe volcanique rhyolitique dans les massifs du Cintu et d’Osani.
⮲ ​​U terzu nordeste di l’isula hè chjamatu « Corsica alpina » pè via di l’età terzaria di u statu di scistu chì a custituiscenu. Ci si scontra offiolite (scogli verdi) è un curteggiu assai diversu di scogli metamorfichi : scistu sericitosu, parasinite, cipullini, quarzite, serpentinite, gneiss.
Le tiers nord-est de l’île est appelé « Corse alpine » du fait de l’âge tertiaire de la nappe des schistes lustrés qui la constitue. On y rencontre des ophiolites (roches vertes) et un cortège très diversifié de roches métamorphiques : schistes sériciteux, parasinites, cipolins, quartzites, serpentinites, gneiss, etc.
⮲ A depressione centrale o zona curtinese fissa u cuntattu trà l’ultimi dui insemi mintuvati. Stà zona prisenta fisiunumie propiu diverse, frastagliate da accidenti tettonichi numerosi è prufondi dendu strutture in scaglie.
La dépression centrale ou zone de Corti jalonne le contact entre les deux ensembles précédents. Cette zone présente des faciès très divers, hachés par de nombreux et profonds accidents tectoniques déterminant des structures en écailles.
​​⮲ Un’ultima unità hè furmata da i terreni sedementarii terziarii è quartenarii di e piaghje urientale è di i bacini calcaro-gresgiosi  di San Fiurenzu è Bunifaziu.
Une dernière unité est formée par les terrains sédimentaires tertiaires et quaternaires des plaines orientales et des bassins calcairo-gréseux de Saint Florent et de Bonifacio.

Carte géologique simplifiée de la Corse
Carta geologica simplifacata di a Corsica 
 



 

Pàgina 42/43
Page 42/43

IV. L’acque supranante
IV. Les eaux de surface
                 
                 I mezi permanenti 

                 Les milieux permanents
                   
                    L’acque currente : i corsi d’acqua

                    Les eaux courantes : les cours d’eau

In u Mondu

Dans le Monde
 
L’Amazone hè u fiume u più longu di u mondu incù 6 992 km ; franca u Perù, l’equatore è u Brasiliu.
U Nilu, cunsideratu durante un pezzu cume u prima, ghjunghje in siconda pusizione cù una lunghezza di 6852 km. U so bacinu idrograficu tamantu si stende annant’à 12 paese africani : U Burundì, a Tanzania, u Rwanda, u Kennia, u Congò, l’Uganda, a Repubblica Centr’Africa, u Sudanu di u Sudu, l’Ettiopia, u Sudanu, L’Eritrea, è l’Egittu.
Ghjunghjenu dopu u Yangzi Jiang (Yang-Tsé-Kiang) in China è u Mississippi in i Stati Uniti d’America incù respettivamente 6380 è 6275 km.
 
L’Amazone est le plus long fleuve du monde avec 6 992 km ; il traverse le Pérou, l’Equateur et le Brésil.
Le Nil, considéré pendant longtemps comme le premier, arrive en seconde position avec une longueur de 6 852 km. Son immense bassin versant s’étend sur 12 pays africains : le Burundi, la Tanzanie, le Rwanda, le Kenya, le Congo, l’Ouganda, la République Centrafricaine, le Soudan du Sud, l’Ethiopie, le Soudan, l’Erythrée et l’Egypte.
Arrivent ensuite le Yangzi Jiang (Yang-Tsé-Kiang) en Chine et le Mississippi aux Etat Unis d’Amérique avec respectivement 6 380 et 6 275 km.

 
In Francia cuntinentale… è in Europa
En France continentale…et en Europe
 
U fiume francese u più longu hè a Loire incù 1012km. A Senna ghjunghje in siconda pusizione incù una lunghezza di 776 km.
Le plus long fleuve français est la Loire avec 1 012 km. La Seine arrive en seconde position avec une longueur de 776 km. 
 
Sè u Rhin corre long’à 1320 Km, franca a Francia ma dinù a Svizzera, u Liechtenstein, l’Austria, l’Allimagna è i paesi baschi.
 
Si le Rhin coule sur 1 320 km, il traverse non seulement la France mais aussi la Suisse, le Liechtenstein, l’Autriche, l’Allemagne et les Pays-Bas.
 
A Meuse cù i so 950 chilometri, corri in Francia, in Belgica è à i Paesi Bassi. 
U Ronu (812 chilometri), attraversa a Francia è a Svizzera.
 
La Meuse et ses 950 km de long, coule en France, en Belgique et aux Pays-Bas.
Le Rhône (812 km) traverse la France et la Suisse.

 
In Corsica
En Corse
 
A reta idrografica di l’isula conta 3 000 chilometri lineari di corsi d’acqua. I più longhi sò u  Golu è u Tavignanu incù respettivamente 89 è 88 chilometri.
 
Le réseau hydrographique de l’île comprend 3 000 kilomètres linéaires de cours d’eau. Les plus long sont le Golu et le Tavignanu avec respectivement 89 et 88 km.

A reta idrografica di l’isula conta 3 000 chilometri lineari di corsi d’acqua. I più longhi sò u  Golu è u Tavignanu incù respettivamente 89 è 88 chilometri.
 
Le réseau hydrographique de l’île comprend 3 000 kilomètres linéaires de cours d’eau. Les plus long sont le Golu et le Tavignanu avec respectivement 89 et 88 km.
 
I principali corsi d’acqua di Corsica
  Corsi d’acqua Lunghezza (km) Superficie BV (km²)
1 Golu 89 1036
2 Tavignanu 88 693
3 Taravu 65 482
4 Gravona 47 320
5 Fium’Orbu 46 275
6 Rizzanese 44 392
7 Prunelli 44 276
8 Liamone 41 367
9 Bravona 37 180
10 l’Urtolu 32 150
11 Travu 32 130
12 Fium’Altu 31 128
13 Bevincu 28 54
14 Abatescu 25 111
15 Figarella 24 132
16 Alisgiani 24 67
17 Fangu 23 129
18 Ostriconi 23 135
19 Portu 23 134
20 Osu 23 90
21 Sulinzara 22 100
22 Savone 22 62
23 Cavu 22 49
24 Alisu 21 130
25 Reginu 19 137
26 Stabbiacciu 18 173
27 Barraci 16 79
28 Fiume Seccu 16 68
 

I ranghi di STRAHLER
Les rangs de STRAHLER
 
I metudi d’urdinazione di i corsi d’acqua anu per scopu di classificà tratti di corsi d’acqua sicondu a so pusizione in a reta idrografica denduli un codice numericu, chì dipende di e cunfluenze. U più currente è a più simplice à mette in opera hè l’urdinazione di Strahler (1957) chì cunsiste à attribuisce u rangu 1 à i corsi d’acqua in cima di vasca, eppo, in avanzendu versu l’avallu, ogni corsu d’acqua ricivendu un corsu d’acqua di rangu simule vede u so rangu cresce d’una unità.
 
Les méthodes d’ordination des cours d’eau consistent à classer des portions de cours d’eau en fonction de leur position dans le réseau hydrographique en leur affectant un code numérique, dépendant des confluences. La plus courante et la plus simple à mettre en œuvre est l’ordination de Strahler (1957) qui consiste à attribuer le rang 1 aux cours d’eau en tête de bassin, puis, en progressant vers l’aval, chaque cours d’eau recevant un cours d’eau du même rang voit son rang augmenter d’une unité.

In u metudu d’urdinazione di Strahler, u rangu 1 currisponde à u canale d’evacuazione di e surgente. I rangi 2 è 3 cuncirneghjenu respettivamente i corsi d’acqua chjuculelli è i picculi corsi d’acqua. I corsi d’acqua mezani sò di u quartu rangu è i maiò di u quintu. Aldilà di u quintu rangu, parlemu di fiumi maiurissimi.
 
Dans la méthode d’ordination de Strahler, le rang 1 correspond aux émissaires de sources. Les rangs 2 et 3 concernent respectivement les très petits et les petits cours d’eau. Les cours d’eau moyens sont de rang 4 et les grands de rang 5. Au-delà du rang 5, on parle de très grands cours d’eau.
 
L’appiecazione di u metudu di Strahler à i corsi d’acqua di Corsica face vede chì u rangu 5 (Golu è Tavignanu) ùn hè francatu. In Francia cuntinentale, u rangu 8 hè ottenutu per a Loire è u Ronu. À livellu mundiale, l’Amazone è u Nilu sò corsi d’acqua  respettivamente d’ordine 11 è 12.
 
L’application de la méthode de Strahler aux cours d’eau de Corse montre que le rang 5 (Golu et Tavignanu) n’est pas dépassé. En France continentale, le rang 8 est obtenu pour la Loire et le Rhône. Au niveau mondial, l’Amazone et le Nil sont des cours d’eau respectivement d’ordre 12 et 11.
 
A tipulugia di i corsi d’acqua in Corsica
La typologie des cours d’eau de Corse
 
Pudemu distingue, in Corsica, sei tippi principali di corsi d’acqua :
On peut distinguer, en Corse, six principaux types de cours d’eau :
 
Golu è Tavignanu sò i fiumi i più impurtanti di l’isula sia per a so lunghezza (89 è 88 km) sia per a superficia di e so vasche sburdente (1036 è 693km2). Sti dui fiumi nascenu annant’à u versu Este di a Corsica Ercinia : l’altitudine di u puntu u più altu d’ogni vasca sburdente hè assai alta (2622 è 2707m). Sti corsi d’acqua francanu dopu à a depressione centrale eppò i scisti è i scogli verdi di a Corsica alpine è infine a piaghja urientale nanzu di lampassi in u mare Tirrenu.
A pendita debule di u corsu inferiore (0.3 à 0.4%) traduce a prisenza di una piaghja alluviale annant’à terreni sedimentarii di a piaghjia urientale.
 
Le Golu et le Tavignanu sont les fleuves les plus importants de l’île tant par leur longueur (89 et 88 km) que par la superficie de leur bassin versant (1 036 et 693 km²). Ces deux rivières prennent naissance sur le versant Est de la Corse Les rangs de STRAHLER ; l’altitude du point culminant de chaque bassin versant est très élevée (2 622 et 2 707 m). Ces cours d’eau traversent ensuite la dépression centrale puis les schistes et les roches vertes de la Corse alpine et enfin la plaine orientale avant de se jeter dans la mer Tyrrhénienne. La pente moyenne est d’environ 2 % ; la faible pente du cours inférieur (0.3 à 0.4 %) traduit la présence d’une plaine alluviale sur les terrains sédimentaires de la plaine orientale.
 
U Travu, u Sulinzara, l’Osu è u Cavu nascenu à nant’à u versu Este di a Corsica Ercinica ; l’altitudine di u puntu u più altu di a vasca sburdente (50 à 128 km2) hè alta (1377 à 2134m), a lunghezza hè capita trà 22 è 32 km. A pendita mizana hè capita trà 4.3 è 6.3%, u sustrattu duminante hè u granitu.
 
Le Travu, la Sulenzara, l’Osu et le Cavu prennent naissance sur le versant Est de la Corse hercynienne ; l’altitude du point culminant du bassin versant (50 à 128 km²) est élevée (1 377 à 2 134 m), la longueur est comprise entre 22 et 32 km. La pente moyenne est comprise entre 4.3 et 6.3 %, le substrat dominant est le granite.
 
U Taravu, u Rizzanese, a Gravona, u Prunelli è u Liamone sò i corsi d’acque maggiori (41 0 65 km di longu è 276 à 483 KM2 di vasca sburdente) di u versu Ueste di a Corsica Ercinica. A pendita mizana và da 2.2 à 4.4% : l’altitudine di u puntu u più altu  di a vasca sburdente, induve dumineghjanu i graniti, hè alta (2041 m à 2352m).
 
Le Taravu, le Rizzanese, la Gravona, le Prunelli et le Liamone sont les cours d’eau majeurs (41 à 65 km de long et 276 à 482 km² de bassin versant) du versant Ouest de la Corse hercynienne. La pente moyenne varie de 2.2 à 4.4 % ; l’altitude du point culminant du bassin versant, où dominent les granites, est élevée (2 041 m à 2 352 m).
 
I picculi fiumi di u versu Ueste di a Corsica Ercinica anu una lunghezza chì varieghja da 19 à 32 chilometri, a stesa di a vasca sburdente hè capita trà 130 è 150 km2.
L’Alisu, L’Ortolu, l’Ostriconi, è u Reginu prisentanu e caratteristiche chì seguitanu : altitudine di puntu u più altu (1314 à 1680m), pendita mizana (3,1 à 5,6 %) pendita di u corsu suttanu (0,3 à 0, 8%).
U Fangu, a Figarella è u Portu si distignenu da un’altitudine maiò di u puntu u più altu di a vasca sburdente (2108 à 2547m), una pendita mezana alta (6.3 à 9.1%), (iii) una pendita di u corsu d’acqua supranante assai impurtante (10,4 à 25,3%) è (iv) a prisenza di rialite in a vasca sburdente.
 
Les petites rivières du versant Ouest de la Corse hercynienne ont une longueur de qui varie de 19 à 32 km, la superficie du bassin versant est comprise entre 130 et 150 km².
L’Alisu, l’Ortolo, l’Ostriconi et le Reginu présentent les caractéristiques suivantes : altitude du point culminant (1 314 à 1 680 m), pente moyenne (3.1 à 5.6 %), pente du cours inférieur (0.3 à 0.8 %).
Le Fangu, la Figarella et le Portu se distinguent par (i) une altitude élevée du point culminant du bassin versant (2 108 à 2 547 m), (ii) une pente moyenne élevée (6.3 à 9.1 %), (iii) une pente du cours supérieur très importante (10.4 à 25.3 %) et (iv) la présence de rhyolites dans le bassin versant.

 
L’Alisgiani, u Bevincu, a Bravone è u Fium’altu sò i corsi d’acqua schietti di a Corsica Alpina. E caratteristiche principale sò quelle à vene : lunghezza ( 24 à 37 km), stesa di a vasca sburdente (54 à 180 km2), altitudine di u puntu u più altu (1469 à 1767m), pendita mizana (4,1 à 5,2%).
U Luri hè un fiumicellu Capicursinu di 11 km di longu chì si distigne da una pendita di u corsu d’acqua superiore alta.
 
L’Alisgiani, le Bevincu, la Bravone et le Fium’Altu sont les cours d’eau marquants de la Corse alpine. Les caractéristiques principales sont les suivantes : longueur (24 à 37 km), superficie du bassin versant (54 à 180 km²), altitude du point culminant (1 469 à 1 767 m), pente moyenne (4.1 à 5.2 %).
Le Luri est une petite rivière du cap Corse de 11 km de long qui se distingue par une pente du cours supérieur élevée.

 
E variazione di u ghjettu : u rigimu idrolicu
Les variations du débit : le régime hydrologique
 
I corsi d’acqua in Corsica anu un rigimi idrolicu di tippu pluvio nivale mediterranneu. Stu rigimu hè purtatu da e piosse, a neve è prisente una sicchia fiumareccia d’istatina sivera, caratteristica di i corsi d’acqua mediterranei.
 
Les cours d’eau de Corse ont un régime hydrologique de type pluvio-nival-méditerranéen. Ce régime est influencé par la pluie, la neige et présente un étiage estival sévère, caractéristique des cours d’eau méditerranéens.
 
U rigimu pluvio nivale mediterranneu prisenta dui periudi d’acque basse (sicchia fiumareccia) è dui periudi d’acque alte. E sicchie fiumareccie invernale, pocu marcate, curripsondenu à una ritenuta di l’acqua sottu à a forma di neve, e sicchie fiumareccie d’istatina, più sivere, vanu per paghju incù u minimu pluviometricu.
 
Le régime pluvio-nival-méditerranéen présente deux périodes de basses eaux (étiages) et deux périodes de hautes eaux. L’étiage hivernal, peu marqué, correspond au stockage de l’eau sous forme neigeuse ; l’étiage estival, plus sévère, coïncide avec le minimum pluviométrique.
 
 
I periudi di l’acque alte currispondenu à u veranu à u sculà di e neve è d’auturnu à l’acquazzone. Stu rigimu idrologicu hè marcatu da e variazione impurtante è propiu brusche di a quantità d’acqua, creendu di colpu piene, subitagne è viulente.
 
 
Les périodes de hautes eaux correspondent au printemps à la fonte des neiges et en automne aux fortes précipitations. Ce régime hydrologique est marqué par des variations considérables et très brusques du débit, entraînant ainsi des crues soudaines et violentes.
 
ghjetti medii per ogni ghjornu di u tavignanu in u 2002
Débits moyens journaliers (m3/s) du Tavignanu en 2002

 
Per e piene di i corsi d’acqua di Corsica, i massimi cunnisciuti da a banca HYDRO sò prisintati in stu tavulone.
U corsu massimale instantaneu franca 800m3/per u Golu, U Tavignanu, A Sulinzara, U liamone è u Fium’altu.
U più forte hè quellu di a Sulinzara (in Sari Sulinzara) incù 1580m3/s u 31/10/1993 à 23H59.
In a classifica di i corsi d’acqua di Corsica, a Sulinzara ùn face parte di i fiumi maestri, infatti, ghjunghje in 21 esima pusizione per u debitu mizanu annuale. L’ampiitudine di sta piena hè a mette in rilazione incù l’intensità alta di e precipitazione lucalizate à una vasca sburdente.

Pour les crues des cours d’eau de Corse, les maximums connus par la banque HYDRO sont présentés dans un tableau.
Le débit maximal instantané dépasse 800 m3/s pour le Golu, le Tavignanu, la Solenzara, le Liamone et le Fium’Altu.
Le record revient à la Sulenzara (à Sari-Sulenzara) avec 1 580 m3/s le 31/10/1993 à 23h59. Dans le classement des cours d’eau de Corse, la Sulenzara ne fait pas partie des rivières majeures, en effet, elle arrive en 21ème position pour la longueur, en 18èmeposition pour la surface du bassin versant et en 11ème position pour le débit moyen annuel. L’amplitude de cette crue est à mettre en relation avec l’intensité élevée de précipitations localisées à un bassin versant.

 
Piene massimale cunnisciute da a banca HYDRO
(Ministeru di l’eculugia, di u sviluppu à long’andà è di l’energia)

Crues, maximums connus par la banque HYDRO
(Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie)
Nom du cours d’eau
Nome di u corsu d’acqua
Débit maximal instantané (m3/s)
corsa massima
subitagna
Hauteur maximale instantanée (m)
Altezza massima subitagna
Date
data
Heure
ora
Golu (Volpojola) 1 220.00 9,38 02/10/2015 09:20
Ascu (Morosaglia) 290.00 4,98 02/10/2015 09:37
Casaluna (Gavignanu) 177.00 7,03 16/03/2015 23:02
Tavignanu (Antisanti) 837.00 8,44 20/12/2016  07:41
Restonica (Corti) 210.00 3,93 06/11/2016 04:00
Vecchiu (Venacu) 500.00 7,63 06/11/2000 17:00
Tagnone (Aghione) 95.20 2,93 01/11/2018 00:40
Sulenzara (Sari-Sulenzara) 1 580.00 8,00 31/10/1993 23:59
Liamone (Arbori) 1 070.00 7,43 06/11/2000 18:17
Fangu (Galéria) 620.00 10,00 21/10/1992 08:28
Fium’Altu (Tagliu Isolacciu) 900.00 6,68 02/10/2015 08:30
Taravu (Zigliara) 600.00 3,83 01/12/1996 00:00
Rizzanese (Zoza) 555.00 5,19 20/12/2016 04:05
Gravona (Peri) 499.00 7,91 21/09/1996 14:42
Fium’Orbu (Ghisoni) 530.00 8,29 20/12/2016 05:31
Portu (Ota) 496.00 4,58 06/11/2000 17:30
Bravona (Tallone) 350.00 3,34 21/10/1999 10:00
Bevincu (Olmeta di Tuda) 252.00 3,83 2/10/2015 08:07
Luri (Luri) 80.90 2,68 24/11/2016 10:15
Ortolo (Levie) 68.30 1,84 06/03/2013 10:14
Alisu (San Gavinu di Tenda) 45.90 1,32 05/11/1994 19:50
Reginu (Felicetu) 2.96 1,40 16/12/2018 22:15
 

 
 Ma sicondu à un ducumentu chjamatu : « A valutazione preliminaria di i Risichi d’inundazione 2011, Vasca corsa ( ministeru di l’eculugia, di u sviluppu à long’andà, di i trasporti è di l’alloghju), u record di Corsica hè tenutu da u tavignanu. In i fatti, d’ottobre 1976, U Tavignanu (à U Cateraghju) avia una corsa subitagna di 3500ms. Per memoria, a corsa media di a Senna hè di 480m3/s, quellu di di a Loire di 900 m3/s è quellu di u Rhône di 1700 m3s
Mais selon un document intitulé : « L’Evaluation Préliminaire des Risques d’Inondation 2011, Bassin corse » (Ministère de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement), le record de Corse est détenu par le Tavignanu. En effet, en octobre 1976, le Tavignanu (à Caterraggiu), avait un débit instantané de 3 500 m3/s. Pour mémoire, le débit moyen de la Seine est de 480 m³/s, celui de la Loire de 900 m3/s et celui du Rhône de 1 700 m3/s.

L’altura massima subitagna in periudu di piena (cunnisciuti da a banca HYDRO) franca l’8 metri per u Golu, U Tavignanu, A Sulinzara, U Fium’Orbu è u Fangu.
A piazza suprana, hè tenuta dà u Fangu (in Galeria) incù 10 metri u 21/10/1992 à 08h28.
Indè a classifica di I corsi d’acqua di a Corsica, u Fangu ghjunghje in 17esima pusizione per a lunghezza è in 12esima pusizione per a corsa media annuale.     
La hauteur maximale instantanée en période de crue (connus par la banque HYDRO) dépasse les 8 mètres dans le Golu, le Tavignanu, la Sulenzara, le Fium’Orbu et le Fangu. Le record est détenu par le Fangu (à Galéria) avec 10 mètres, le 21/10/1992 à 08h28. Dans le classement des cours d’eau de Corse, le Fangu arrive en 17ème position pour la longueur et en 12ème position pour le débit moyen annuel.

Ma a piazza supranante hè tinuta da u più grande corsu d’acqua di Corsica, U Golu. In di fatti, di sittembre 1938, u livellu di l’acque hè ghjuntu sin’à 12,50 metri in Barchetta (EPRI, 2011).
Mais le record est détenu par le plus grand cours d’eau de Corse, le Golu. En effet, en septembre 1938, le niveau des eaux a atteint 12,50 mètres à Barchetta (EPRI, 2011).

À u XXesimu seculu, e piene anu fattu assai vittime è disguasti impurtanti. Di sittembre 1974, 8 persone eranu parate, da u Tavignanu in Baliri in Corti.
 Au XXème siècle, les crues ont fait de nombreuses victimes et des dégâts importants. En septembre 1974, 8 personnes étaient emportées par le Tavignanu au lieu dit Baliri à Corti.

A catastroffa maiò di i Santi 1993 starà in e memorie. In di fatti, trà u 31 d’ottobre è u 2 di nuvembre, u sbordu di a Sulinzara, di u Travu è di u Rizzanesi hà fattu 7 vittime è disguasti impurtanti (160 Cummune tocche) stimati à 2 milliardi di franchi (420 millioni d’euri)
La catastrophe majeure de la Toussaint 1993 restera dans les mémoires. En effet, entre le 31 octobre et le 2 novembre, le débordement de la Solenzara, du Travu et du Rizzanese a fait 7 victimes et des dégâts importants (160 communes sinistrées) estimés à 2 milliards de francs (420 millions d’euros).

Prufilu di longu è prufilu di traversu (lettu maiò è lettu minò)
E variazione impurtante è propiu subitagne di u ghjettu, dendu piene subitagne è viulente, sò à mette in rilazione incù a pendita alta di i corsi d’acqua chì si traduce, à spessu, incù e piosse di capicursura, per un tempu di risposta cortu cortu.
Profil en long et profil en travers (lit majeur et lit mineur)
 Les variations considérables et très brusques du débit, entraînant des crues soudaines et violentes, sont à mettre en relation avec la pente élevée des cours d’eau qui se traduit, notamment lors des pluies automnales, par un temps de réponse très court.

 
Piene massimale cunnisciute da a banca HYDRO
(Ministeru di l’eculugia, di u sviluppu à long’andà è di l’energia)
 

Crues, maximums connus par la banque HYDRO
(Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie)
 
 
Nom du cours d’eau
Nome di u corsu d’acqua
Débit maximal instantané (m3/s)
corsa massima
subitagna
Hauteur maximale instantanée (m)
Altezza massima subitagna
Date
data
Heure
ora
Golu (Volpojola) 1 220.00 9,38 02/10/2015 09:20
Ascu (Morosaglia) 290.00 4,98 02/10/2015 09:37
Casaluna (Gavignanu) 177.00 7,03 16/03/2015 23:02
Tavignanu (Antisanti) 837.00 8,44 20/12/2016  07:41
Restonica (Corti) 210.00 3,93 06/11/2016 04:00
Vecchiu (Venacu) 500.00 7,63 06/11/2000 17:00
Tagnone (Aghione) 95.20 2,93 01/11/2018 00:40
Sulenzara (Sari-Sulenzara) 1 580.00 8,00 31/10/1993 23:59
Liamone (Arbori) 1 070.00 7,43 06/11/2000 18:17
Fangu (Galéria) 620.00 10,00 21/10/1992 08:28
Fium’Altu (Tagliu Isolacciu) 900.00 6,68 02/10/2015 08:30
Taravu (Zigliara) 600.00 3,83 01/12/1996 00:00
Rizzanese (Zoza) 555.00 5,19 20/12/2016 04:05
Gravona (Peri) 499.00 7,91 21/09/1996 14:42
Fium’Orbu (Ghisoni) 530.00 8,29 20/12/2016 05:31
Portu (Ota) 496.00 4,58 06/11/2000 17:30
Bravona (Tallone) 350.00 3,34 21/10/1999 10:00
Bevincu (Olmeta di Tuda) 252.00 3,83 2/10/2015 08:07
Luri (Luri) 80.90 2,68 24/11/2016 10:15
Ortolo (Levie) 68.30 1,84 06/03/2013 10:14
Alisu (San Gavinu di Tenda) 45.90 1,32 05/11/1994 19:50
Reginu (Felicetu) 2.96 1,40 16/12/2018 22:15
 
 





 

 


 

Prufilu di longu è prufilu di traversu (lettu maiò è lettu minò)
E variazione impurtante è propiu subitagne di u ghjettu, dendu piene subitagne è viulente, sò à mette in rilazione incù a pendita alta di i corsi d’acqua chì si traduce, à spessu, incù e piosse di capicursura, per un tempu di risposta cortu cortu.

Profil en long et profil en travers (lit majeur et lit mineur)
 Les variations considérables et très brusques du débit, entraînant des crues soudaines et violentes, sont à mettre en relation avec la pente élevée des cours d’eau qui se traduit, notamment lors des pluies automnales, par un temps de réponse très court.


U lettu minò d’un corsu d’acqua hè u spaziu cupartu da l’acque chì corre in tempu nurmale nanz’à u sbordu ; u lettu maiò hè a zona di sparghjera di e piene.
U lettu maiò custitueghja un spaziu di calma chì piene.
Le lit mineur d’un cours d’eau est l’espace recouvert par les eaux coulant en temps normal avant débordement ; le lit majeur correspond à la zone d’expansion des crues.
Le lit majeur constitue un espace tampon qui permet l’écrêtement naturel et le ralentissement des crues.

 
U riu minori è u riu maiò di Tavignanu sott’à Corti
Le lit mineur et lit majeur du Tavignanu en aval de Corti

U maiò in acqua (Tavignanu sott’à Corti)
Le majeur inondé (Tavignanu en aval de Corti)
 
U ghjettu toccu da l’assesti idroelettrichi 
Le débit impacté par les aménagements hydroélectriques
 
U regime idrologicu d’un corsu d’acqua pò esse toccu da u funziunamentu d’una struttura idroelettrica (matrale). St’impattu si traduce cù una riduzzione impurtante di i sgotti in a purzione in ghjettu riservatu (pezzu cortucircuitatu sott’à u matrale). Ma i sgotti in a parte in ghjettu riservatu (pezzu cortu circuitattu da sottu à u matrale). Ma hè più marcatu in a parte di u corsu d’acqua sottumessu à staffiunate (sottu à l’usina idroelettrica). E staffiunate sò variazione d’ogni ghjornu in ghjettu, ligate à u funziunamentu di l’usina idroelettrica. Si parla in stu casu di ghjettu rigulatu. 
 
Le régime hydrologique d’un cours d’eau peut être impacté par le fonctionnement d’un ouvrage hydroélectrique (barrage). Cet impact se traduit par une réduction importante des écoulements dans la portion en débit réservé (tronçon court-circuité en aval du barrage). Mais il est plus marqué dans la partie du cours d’eau soumise aux éclusées (en aval de l’usine hydroélectrique). Les éclusées sont des variations quotidiennes du débit, liées au fonctionnement de l’usine hydroélectrique. On parle dans ce cas d’un débit régulé.

U corsu inferiore di u Golu (sottu à Castirla) prisenta un rigimu idrolicu rigulatu sottumessu à staffiunate, in raportu incù u funziunamentu di u cumplessu idroelettricu di Calacuccia - Corscia. Stu cuncettu idroelettricu hè custituitu da parechje unità, da sù in ghjò ; (i) a centrale di Sovenzia nutrita da ciò chi sbocca di u Tavignanu, sviatu da l’intermediu d’una presa situata à a costa 1084 NGF è d’una capacità di 6 m3s ; (ii) u matrale di Calacuccia è a so ritenuta ; (iii) l’usina di Corscia nutrita da l’acque di a retenuta di Calacuccia ; u matrale di Corscia è l’usina di Castirla nutrita da a ritenuta di Corscia.
Le cours inférieur du Golu (en aval de Castirla) présente un régime hydraulique régulé soumis à des éclusées, en relation avec le fonctionnement du complexe hydroélectrique de Calacuccia - Corscia. Cet aménagement hydroélectrique comprend plusieurs unités, d'amont en aval : (i) la centrale de Sovenzia alimentée par les apports du Tavignanu, dérivés par l’intermédiaire d’une prise située à la cote 1084 NGF et d’une capacité de 6 m3/s ; (ii) le barrage de Calacuccia et sa retenue ; (iii) l'usine de Corscia alimentée par les eaux de la retenue de Calacuccia ; (iv) le barrage de Corscia et sa retenue et (v) l'usine de Castirla alimentée par les eaux de la retenue de Corscia.

E staffiunate sò variazione artificiale, brusche è frequente di a corsa di l’acqua, liate à l’adopru di l’acque di i matrali per a pruduzzione d’idroelettricità. L’idrogrammu di u Golu prisenta variazione capite trà 4 è 11 m3/s sia una crescita di 275%. In lu fratempu, a corsa naturale di u Taviganu si tene trà 6 è 7 m3/s.
Les éclusées sont des variations artificielles, brutales et fréquentes des débits, liées à l'exploitation des eaux des barrages pour la production d’hydroélectricité. L’hydrogramme du Golu présente des variations comprises entre 4 et 11 m3/s, soit une augmentation de 275 %. Au même moment, le débit naturel du Tavignanu oscille entre 6 et 7 m3/s.

In u Golu, i scambiamenti di e caratteristiche idrodinamiche di sgottu (altezza d’acqua, vitezza di u currente), portanu mudificazione di l’ambiu di l’organisimi acquatichi : pesci, invertebrati, alghe (vede d’altronde)
Dans le Golu, les modifications des caractéristiques hydrodynamiques de l'écoulement (hauteurs d'eau, vitesses du courant), entraînent des modifications de l'habitat des organismes aquatiques : poissons, invertébrés, algues (voir par ailleurs).

À st’impattu eculogicu ci vole à aghjustà u risicu pigliatu da quelli chì fraquentanu e ribe di i fiumi (piscadori è bagnanti) senza esse cuscenti di una pussibule cappiata d’acqua.
Ogni estatina, EDF prumove una campagna di cumunicazione per privene u grande publicu di i risichi liati à e cappiate matralinche, impieghendu idroguidi chì anu per missione di sensibilizà u pubblicu annant’à u terrenu.
A cet impact écologique il faut ajouter le risque potentiel encouru par ceux qui fréquentent les abords des cours d’eau (pêcheurs et baigneurs) sans être conscients de l’éventualité d’un lâcher d’eau.
Tous les étés, EDF mène une campagne de communication pour prévenir le grand public des risques liés aux lâchers de barrage en recrutant des hydroguides qui ont une mission de sensibilisation du public sur le terrain.


 
U ghjettu incù l’influenza di a sculera nivareccia
Le débit influencé par la fonte de la neige

A Restonica, affluente maiò di u Tavignanu, piglia surgente in u lavu di u Melu à 1711 metri d’altitudine. U puntu u più altu di a so vasca sburdente hè u monte Ritondu (2622 m d’altitudine).
L’alta valle di a Restonica hè tandu per a maiò parte di l’inguernu sottu à a neve.
L’idrogramma (grafficu raprisintendu e variazione di u ghjettu in funzione di u tempu) di a Restonica, à u ponte di Riviseccu, in Corti da u 18 à u 22 aprile di u 2018 mostra variazione cicliche ghjurnalere di u ghjettu.
Sò caratterizzate da picchi trà 5 è 6 ore di sera. Sti scambiamenti sò capiti trà 5 è 6 m3/s, l’ampiitudine di a variazione infra ghjurnalere di corsa di l’acqua hè di 20%.
Ste variazione ciculiche traducenu aghjusti liquidi prisintendu una periudicità cautidiana in rilazione incù u sculà di e neve.U ghjettu muta tandu incù prupurzione impurtante trà l’ore e più assulanate di a ghjurnata è quelle e più ghjalate di a notte.

La Restonica, affluent majeur du Tavignano, prend sa source au lac de Melu à 1 711 mètres d’altitude. Le point culminant de son bassin versant est le Monte Ritondu (2 622 m d’altitude). La haute vallée de la Restonica est donc sous la neige une bonne partie de l’hiver.
L’hydrogramme (graphique représentant les variations du débit en fonction du temps) de la Restonica, au pont de Rivisecu, à Corti du 18 au 22 avril 2018 montre des variations cycliques journalières du débit. Elles sont caractérisées par des pics entre 17h00 et 18h00. Ces oscillations sont comprises entre 5 et 6 m3/s, l’amplitude de la variation infra-journalière de débit est de 20 %.
Ces variations cycliques traduisent des apports liquides présentant une périodicité journalière en relation avec la fonte des neiges. Le débit varie donc dans des proportions importantes entre les heures les plus ensoleillées de la journée et celles plus froides de la nuit.

Idrogramma di a Restonica, in Corti, da u 18 à u 22 d’aprile di u 2018.
Hydrogramme de la Restonica, à Corté, du 18 au 22 avril 2018.


 
U trasportu solidu o transitu sedimentariu
Le transport solide ou transit sédimentaire
 
I corsi d’acqua, soprattuttu in periudu di piena, carrieghjenu quantità tremende di sedimenti. Stu trasportu si face sicond’à duie mudalità, per carrittamentu ò per suspinsione.
Les cours d’eau, surtout en période de crue, transportent de grandes quantité de sédiments. Ce transport se fait selon deux modalités, par charriage ou par suspension.
 
U carrittamentu si face annant’à u fondu di u lettu di u corsu d’acqua, a carica di fondu cuncerna i sustrati duri cume blocchi, e petre è pitricelle chì sò elementi granulometrichi maiuricci.
A suspinsione è u trasportu di i soprastratti muventi cume e rene, i limi, e fanghe o l’anzilla, a carica in suspinsione cuncerna tandu elementi granulometrichi fini.
Le charriage s’effectue sur le fond du lit du cours d’eau, la charge de fond concerne les substrats durs comme les blocs, les pierres ou les cailloux qui sont des éléments granulométriques grossiers.
La suspension est le transport des substrats meubles comme les sables, les limons, les vases ou les argiles, la charge en suspension concerne donc des éléments granulométriques fins.

 
Per i corsi d’acqua di Corsica avemu stimatu u valore di u trasportu solidu trà 200 è 400 tonne per km² à l’annu.
Per u Golu, chì a superficie di a so vasca sburdente avvicina 1 000 km2, u trasportu solidu annuale hè tandu capitu trà 200 000 tonne è 400 000 tonne à l’annu. Quand’elle ci sò piene spripusitate , i valori francanu u millione di tonne.
 Pour les cours d’eau de Corse nous avons estimé la valeur du transport solide entre 200 et 400 tonnes par km² et par an.
Pour le Golu, dont la superficie du bassin versant est voisine de 1 000 km², le transport solide annuel est donc compris entre 200 000 et 400 00 tonnes par an. Lors de crues exceptionnelles, les valeurs dépassent le million de tonnes.
 

In certe cundizione (pendite assai forte trà 30 è 40%, situazione post’incendiu), u ghjargulamentu di l’acque porta quantità impurtante di cendara. Quandu a densità di u mischiu d’acqua è di i materii hè vicina à 2, u trasportu di i blocchi si face in quasi marighju. Hè u fenomenu di carrittamentu ipercuncentratu o lava turrenziale.
In sta situazione i disguasti umani è materiali sò impurtanti. A Corsica hà cunnisciutu stu fenomenu : (i) d’aostu 1943 Ocana 5 morti; (ii) di nuvembre 1994, Canavaghja (4 case parate da a piena), disguasti in Santa Lucia di Mercuriu è in Lentu; (iii) di nuvembre 2000, disguasti in a Restonica dopu à u grande incendiu.
 Dans certaines conditions, (pentes très fortes entre 30 à 40 %, situation post-incendies), le ruissellement des eaux entraîne des quantités importantes de cendre. Lorsque la densité du mélange d’eau et de matériaux est proche de 2, le transport de blocs s’effectue en quasi-flottation. C’est le phénomène de charriage hyper-concentré ou lave torrentielle.
Dans cette situation, les dégâts humains et matériels sont importants. La Corse a connu ce phénomène : (i) août 1943, Ocana, 5 morts ; (ii) novembre 1994, Canavaggia (4 maisons emportées), des dégâts à Santa Lucia di Mercuriu et à Lentu ; (iii) novembre 2000, des dégâts dans la Restonica après le grand incendie.

 
Indè u materiale paratu da a corsa di l’acqua, e rene, u so diametru varieghja trà 50 µm à 2mm (rena fine à maiuriccia), sò à l’origine di e piaghje in i spazii liturali.
 Dans le matériel transporté par les cours d’eau, les sables, dont le diamètre varie de 50 µm à 2 mm (sable fin à grossier), sont à l’origine des plages dans les espaces littoraux.
 
A salinità di i mari è di l’uceani hà per origine i sali sdrutti purtati da i corsi d’acqua. Sè a cuncentrazione di sale in l’acque linde hè bassa (0.02 à 0.04 g/l), in mare, l’evapurazione di l’acqua porta una cuncentrazione (fattore 1000) di sti sali è tandu un accrescimentu di a salinità. (Mediterranniu : 38 g/l)
La salinité des mers et des océans a pour origine les sels dissous transportés par les cours d’eau. Si la concentration en sels dans les eaux douces est faible (0.02 à 0.04 g/l), en mer, l’évaporation de l’eau entraine une concentration (facteur 1 000) de ces sels et donc une élévation de la salinité (Méditerranée : 38 g/l).
 
In u trasportu solidu o viaghju sedimentariu ammentatu nanzu sò stati pigliati in contu solu i fenomeni naturali.
Per disgrazia à i tempi d’oghje ci vole à aghjustà à stu flussu di robba traspurtata elementi antropichi più precisamente, i scarti plastichi.
Sti scarti di particule inorganiche sò à l’origine di a prisenza di cuntaminanti chimichi in l’acque è in a catena alimentaria in ambiu acquaticu.
À mezu à sti cuntaminanti pudemu signalà i PCB (Policlorobifenili), l’HAP (Idrocarburi aromatichi policiclichi), i pesticidi urganoclorati, i PBDE (Polibromodifenileteri) U Bisfenolu A, l’Akchifenoli.
 Dans le transport solide ou transit sédimentaire évoqué précédemment nous n’avons considéré que les éléments naturels. Malheureusement de nos jours il faut rajouter à ce flux de matière transportée des éléments anthropiques notamment les déchets plastiques.
Ces déchets particulaires inorganiques sont à l’origine de la présence de contaminants chimiques dans les eaux et dans la chaine alimentaire en milieu aquatique. Parmi ces contaminants nous pouvons signaler les PCB (Polychlorobiphényle), les HAP (Hydrocarbures aromatiques polycycliques), les Pesticides organochlorés, les PBDE (Polybromodiphényléthers), le Bisphénol A, les Alkylphénols…

 
In i corsi d’acqua, i scarti plastichi si vedenu sottu à a forma di macroplastichi (buttiglie…). Ma i fiumi, chì sò vere machine da sbrisgiulà, ùn sciappanu solu e petre per fanne rena, ma dinò i macroplastichi per sbrisgiulalli in microplastichi.
 Dans les cours d’eau, les déchets plastiques sont visibles sous forme de macroplastiques (bouteilles…). Mais les rivières, qui sont de véritables machines à broyer, cassent non seulement les cailloux pour les transformer en sable, mais aussi les macroplastiques pour les fragmenter en microplastiques.
 
Sta puluzione à i scarti plastichi hà un impattu annant’à a fauna aquatica. Infatti, l’invertebrati è i pesci ingollenu sti microplastichi è i cuntaminanti chimichi, liberati inde e stintine di st’organismi acquatichi. Ste sustenze tossiche si cuncentreghjanu in l’urgani è ancu in i musculi (rete) di i pesci chè no manghjemu.
Cette pollution aux déchets plastiques a un impact sur la faune aquatique. En effet, les invertébrés et les poissons ingèrent ces microplastiques et les contaminants chimiques, libérés dans le tube digestif de ces organismes aquatiques. Ces substances toxiques se concentrent dans les organes y compris les muscles (filets) des poissons que nous consommons.
 
Sè sti microplastichi stanu in e stintine di i pesci, senza infilzassi in e carne, si sbrisgiuleghjanu in nanoplastichi è francanu a sarrenda intestinale. Sò, di colpu, prisenti in u pesciu chè no manghjemu.
Si ces microplastiques restent dans l’intestin des poissons, sans pénétrer dans les tissus musculaires, ils se dégradent en nanoplastiques et passent la barrière intestinale. Ils sont donc présents dans les poissons que nous consommons.
 

Ci vole à ramintà chì u tempu di vita ( degradazione) di i scarti plastichi in a natura scambia sicondu à u tippu da 100 à 1000 anni.
 Il faut rappeler que la durée de vie (dégradation) des déchets plastiques dans la nature varie, selon le type de 100 et 1 000 ans.
 
Oghje simu tutti cuscenti di a puluzione di i scarti plastichi chì tocca i corsi d’acqua, i mari è l’uceani. Sè a puluzione hè in mare, e suluzione sò annant’à a tarra. Salvà l’acque è l’ecosistemi aquatichi hè dinò prutege a salute umana. Ci vole à fà usu di sulidarità incù e pupulazione stallate in i corsi suttani di i fiumi è à nant’à i liturali.
Aujourd’hui nous sommes tous conscients de la pollution par les déchets plastiques qui touche les cours d’eau, les mers et les océans. Si la pollution est en mer, les solutions sont à terre. Sauver les eaux et les écosystèmes aquatiques c’est aussi protéger la santé humaine. Nous devons faire preuve de solidarité avec les populations installées dans le cour inférieur des rivières et sur les littoraux.
 
 
 
 

 

 




 
 
 

Pàgina 90/91
Page 90/91

L'ACQUE STAGNOSE: I LAVI
LES EAUX STAGNANTES  : LES LACS
               

​                I LAVI NATURALE: ILAVI DI MUNTAGNA
                LES LACS NATURELS : LES LACS DE MONTAGNES
               

In u mondu

Dans le Monde
 
U lavu incù u piu grande vulumu hè u mare Caspienne, chjamatu à tortu da i geografi. U so vulumu hè di 78 000 km3 (1 km= 1 milliardu di m3), a so stesa hè di 374000 km2 sia i ⅔ di a Francia. A salinità di l’acque hè di 12,5 g/l ; da ramintà, u mare Mediterranniu hà una salinità di 38 g/l. A prufundezza massima di stu lavu hè di 1025m. E ripe di u mare Caspienne sò spartute da a Russia, u Kazakhstan, u Turkménistan, l’Iran è l’Azerbaidjan.
 Le lac le plus volumineux est la mer Caspienne, nommée à tort par les géographes. Son volume est de 78 000 km3 (1 km= 1 milliard de m3), sa superficie est de 374 000 km2 soit les 2/3 de la France. La salinité des eaux s’élève à 12.5 g/l ; pour rappel, la mer Méditerranée a une salinité de 38 g/l. La profondeur maximale de ce lac est de 1 025 m. Les berges de la mer Caspienne sont partagées par la Russie, le Kazakhstan, le Turkménistan, l’Iran et l’Azerbaïdjan.

I lavi i più prufondi sò u Baïkal è u Tanganyika.
U lavu Baïkal hè situatu in Russia ( Siberia), a so prufundezza massima hè di 1740 m è u so vulume hè di 23 000 km3. Incù una stesa di 31 500 km2, hè maiò cume trè volte a Corsica. A salinità hè di 0,01 g/l.
Les lacs les plus profonds sont le Baïkal et le Tanganyika.
Le lac Baïkal est situé en Russie (Sibérie), sa profondeur maximale est de 1 740 m et son volume de 23 000 km3. Avec une superficie de 31 500 km2, il est grand comme 3.5 fois la Corse. La salinité est de 0.1 g/l.


U lavu Tanganyika, in Africa, hà una prufundezza massimale di 1471 m è una stesa di 32 900 km2. A salinità di l’acque hè di 0.4 g/l. Stu lavu cunstitueghja a fruntiera naturale di quattru paesi : u Burrundì, a Tanzania, a Zambia, a Repubblica Demucratica di u Congo.
Le lac Tanganyika, en Afrique, a une profondeur maximale de 1 471 m et une superficie de 32 900 km2. La salinité des eaux est de 0.4 g/l. Ce lac constitue la frontière naturelle de quatre pays : le Burundi, la Tanzanie, la Zambie, la République Démocratique du Congo.

In Europa
En Europe 

 
U Lavu Léman hè u più grande lavu d’Europa uccidentale incù una stesa di 580 km2 è una prufundezza massima di 310 m. Si trova trà a Francia è a Svizzera induv’ellu hè chjamatu u lavu di Geneva.
I lavi di Constance ( Allimagna ) è Maggiore (Italia) anu respettivamente una superficia di 538 km2 è 213 km2, a so prufundezza massima respettiva hè di 252 m è 370 m.
Le lac Léman est le plus grand lac d’Europe occidentale avec une superficie de 580 km2 et une profondeur maximale de 310 m. Il est situé entre la France et la Suisse où il est appelé lac de Genève.
Les lacs de Constance (Allemagne) et Majeur (Italie) ont respectivement une superficie de 538 km2 et 213 km; leur profondeur maximale respective est de 252 m et 370 m.


In Corsica
En Corse
In a muntagna corsa scuntremu una quarantina di stese d’acque permanente, ma solu 15 lavi anu una prufundezza massima superiore à 3 metri è una stesa superiore à 0.5 ettare.
Dans la montagne corse on rencontre une quarantaine d’étendues d’eau permanentes, mais seuls 15 lacs ont une profondeur maximale supérieure à 3 mètres et une superficie supérieure à 0.5 hectare. 
Sti lavi di muntagna sò d’origine ghjacciaghja. À pocu pressu 14 000 anni fà, si sò furmati o sia pè via sopraffussamentu  ( Melu, Capitellu), sia pè via di l’accatamansera di morene (Bastani)
Ces lacs de montagne sont d’origine glaciaire. Il y a environ 14 000 ans, ils se sont formés soit par surcreusement (Melu, Capitellu), soit par l’accumulation de moraines (Bastani).

I ghjacciaghji anu lacatu traccie: strie o colpi di tagliolu.
Les glaciers ont laissé des traces : stries (striures ou rainures) et coup de gouge.
I più prufondi sò Capitellu (44 m), Bellebone (o Ritondu, o Vettaniella) (35m) è Bastani (24m). I più maiò sò Bellebone (o Ritondu o Vettaniella) (7.4ha), Ninu (6.5ha), Melu (6.2ha) è Capitellu (5.5 ha).
Les plus profonds sont Capitellu (44 m), Bellebone (ou Ritondu, ou Betaniella) (35 m) et Bastani (24 m). Les plus grands sont Bellebone (ou Ritondu, ou Betaniella) (7.4 ha), Ninu (6.5 ha), Melu (6.2 ha) et Capitellu (5.5 ha).
U bilanciu ibridu classificheghja sti lavi in u tippu fiumarecciu vale à dì chì l’arricate è e surtite s’effettueghjanu per u più da i tributarii è emisarii d’area.
Le bilan hydrique classe ces lacs dans le type fluvial c'est-à-dire que les apports et les sorties s’effectuent essentiellement par des tributaires et des émissaires de surface.
Sti lavi passanu l’inguernu sottu à u ghjacciu ciò chi addurmenta l’attività biologica.
Ces lacs passent l’hiver sous la glace entraînant un ralentissement de l’activité biologique.
 ncù dui mischii à l’annu (veranu è capicursura) sti lavi di muntagna sò dimittichi; a fasa di stratificazione (termica è chimica) si face d’estate.
Avec deux mélanges par an (printemps et automne) ces lacs de montagne sont dimictiques ; la phase de stratification (thermique et chimique) se réalise en été.

A stratificazione termica di i lavi di muntagna
 La stratification thermique des lacs de montagne
 
A siluetta di a Taccula annant’à u lavu di Melu ? 
La silhouette du Chocard à bec jaune sur le lac de Melu ?
Sta maghjina traduce infatti a battimetria di u lavu. A battimetria (di u grecu anzianu « bathys » chì significheghja « prufondu ») hè a scienza chì s’intaressa à i rilievi è e prufundezze di i lavi è di l’uceani. 
Cette image traduit en fait la bathymétrie du lac. La bathymétrie (du grec ancien « bathys » qui signifie « profond ») est la science qui s’intéresse aux reliefs et aux profondeurs des lacs et des océans.
 
A taccula hè una specia paleo muntagnola, di a famiglia di i Curvidei, chì fraquenta l’inseme di e catene muntagnole d’Auropa (Pirenee, Alpe, Corsica, Caucasia) ma ancu d’Asia è d’Africa di u Nordu. Ind’è l’Alpe, u pudemu scuntrà à a cima di u Monte Biancu (4 809 metri d’altitudine). Ghjè una specia regulamentata à livellu naziunale (lista di l’acelli prutetti annant’à l’inseme di u tarritoriu è e mudalità di a so prutezzione : Articulu 3).
Hè scritta in l’Appicciu II di a Cunvenzione rilativa à a cunservazione di a vita salvatica è di l’ambiu naturale di l’Auropa (Cunvenzione di Berne). Hè cunsiderata cum’è « in Falata » da a Valutazione Direttiva Acelli (2013).
Le Chocard à bec jaune (a tacula) est une espèce paléo-montagnarde, de la famille des Corvidés, qui fréquente l’ensemble des massifs montagneux d’Europe (Pyrénées, Alpes, Corse, Caucase) mais aussi d’Asie et d’Afrique du Nord. Dans les Alpes on peut le rencontrer au sommet du Mont Blanc (4 809 mètres d’altitude). C’est une espèce réglementée au niveau national (Liste des oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection : Article 3).
Elle est inscrite à l’Annexe II de la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe (Convention de Berne). Elle est considérée comme « En déclin  » par l’Evaluation Directive Oiseaux (2013).


A vegetazione di a vasca sburdente dipende di l’altitudine. U Larice hè prisente ingiru à i lavi chì si trovenu à menu di 1700 m (Crena) ; trà 1700 è 2100 m l’alzu udurente hè a varietà duminante di strata arbustiva (Melu) ; sopra à 2100 m a vegetazione hè scarsa è raprisintata da qualchì pianta spinose (Maggiore, Cintu)
La végétation du bassin versant dépend de l’altitude. Le pin laricio est présent autour des lacs situés à moins de 1 700 m (Crenu) ; entre 1 700 et 2 100 m d’altitude l’aulne odorant est l’espèce dominante de la strate arbustive (Melu) ; au-dessus de 2 100 m la végétation est rare et représentée par quelques plantes épineuses (Maggiore, Cintu).

Sti lavi prisentanu certe volte una furmazione vegetale uriginale, e puzzine. Sò stese d’arba igrofile è mesoigrofile stallate annant’à sustratti nati da u colmu naturale più o menu cumplettu di lavi d’origine ghjacciaghja. Sò per a maiò parte furmate da urgani di sottu terra di Gramini, ciperacii è ghjuncacci, nanuli à sfegni. U ghjargalu chì sarpiteghja à mezu à e puzzine hà una pendita debule, u so sustrattu hè rinosu è gravittinu, l’acque viaghjanu senza rimusciu. E cundizione ideale per accoglie lochi à ripruduzzione di truite so tandu riunite. St’idrosistema tene tandu una piazza di primura per a ripruduzzione di a truita endemica salmo trutta macrostigma (varietà d’intaressu cumunutariu, Direttive europeane “habitat” 92/43 CEE. E teste di e vasche custitueghjanu à spessu una ciucciaghja pè e truite, da a quale dipende una grande parte di e pupulazione di e truite di parechji corsi d’acqua.
Ces lacs présentent parfois une formation végétale originale, les pozzines. Ce sont des pelouses hygrophiles et méso-hygrophiles installées sur des substrats issus du comblement naturel plus ou moins complet de lacs d’origine glaciaire. Elles sont essentiellement formées par les organes souterrains de Graminées, Cypéracées et Joncacées naines à sphaignes. Le ruisseau qui serpente à travers les pozzines a une pente faible, son substrat est sableux et graveleux, les eaux s'écoulent sans turbulences. Les conditions idéales pour accueillir des frayères à truite sont donc réunies. Cet hydrosystème joue donc un rôle essentiel pour la reproduction de la truite endémique Salmo trutta macrostigma (espèce d’intérêt communautaire, Directive Européenne « Habitat » 92/43CEE). Les têtes de bassin constituent souvent une nurserie, dont dépendent une grande partie des populations de truites de nombreux cours d’eau.


A vegetazione acquatica hè per a maiò parte raprisintata da alghe microscopiche è di sciume. I macrofitti sò scarsi, u patamò nutente hè prisente in i lavi di Ninu è Ghjalicatapiani. U nenufaru biancu hè prisente solu in u lavu à Crena.
La végétation aquatique est essentiellement représentée par des algues microscopiques et des mousses. Les macrophytes sont rares, le potamot nageant est présent aux lacs de Ninu et Gialicatapiani. Le nénuphar blanc est uniquement présent au lac de Crenu.

 
L’invertebrati acquatichi sò duminati da l’insetti, l’Oligoscietti è i Crustacei. I vertebrati sò raprisintati da a truita, u salmone di funtana, l’uprottu, u catellu muntaninu è u discoglossu. Sta fauna hè caratterizzata da un tassu d’endemisimu altu.
Les invertébrés aquatiques sont dominés par les Insectes, les Oligochètes et les Crustacés. Les vertébrés sont représentés par la truite, le saumon de fontaine, l’euprocte, la salamandre et le discoglosse. Cette faune est caractérisée par un taux d’endémisme élevé.

Tipulugia di i lavi di muntagna Corsa
Typologie des lacs de montagne de Corse


A tipulugia pruposta piglia in contu i parametri abiotichi chì seguitanu: Altitudine (m), Stesa di u lavu (ha), Perimetru (m), prufundezza massima (m), alluntanamentu da u mare (km), alluntanamentu da a centrale di u Vaziu (km), Stesa di a vasca sburdente (ha), spusizione per raportu à a grande sarrenda, Durata di a cutrura (mese), surgente di u corsu d’acqua.
La typologie proposée prend en compte les paramètres abiotiques suivants : Altitude (m), Superficie du lac (ha), Périmètre (m), Profondeur maxi (m), Distance à la mer (km), Distance de la centrale du Vaziu (km), Superficie du bassin versant (ha), Exposition par rapport à la grande barrière, Durée du gel (mois), Source de cours d'eau.

A prughjezzione di i punti « lavi mette » in risaltu trè gruppi di lavi:
Gruppu 1: Bellebone (o Ritondu o Vettaniella), Capitellu, Goria, Bastani, Ninu, Melu
Stu gruppu piglia in contu lavi maiò (stesa di u lavu capita trà 4.38 è 7.40 ha),
prufondi (prufundezza massima capita trà 7 è 42 m), sposti à l’Este per raportu à a grande barriera.
La projection des points « lacs » met en évidence 3 groupes de lacs :
Groupe 1 : Bellebone (ou Ritondu ou Betaniella), Capitellu, Goria, Bastani, Ninu, Melu
Ce groupe comprend des grands lacs (Superficie du lac comprise entre 4.38 et 7.40 ha), profonds (Profondeur maxi comprise entre 7 et 42 m), exposés Est par rapport à la grande barrière.


Gruppu 2: Braca, Crena, Vitalaca
Stu gruppu piglia in contu picculi lavi (stesa capita trà 0,62 è 2.30 ha), pocu prufondi (prufundezza massima capita trà 3.5 è 6.5m) sposti à l’Ueste per raportu à a grande barriera.
Groupe 2 : Bracca, Crenu, Vitalaca
Ce groupe comprend des petits lacs (Superficie du lac comprise entre 0.62 et 2.30 ha), peu profonds (Profondeur maxi comprise entre 3.5 et 6.5 m), exposés Ouest par rapport à la grande barrière.


Gruppu 3: Niellucciu, Oru, Ghjalicatapianu, Oriente, Cavacciole, Maggiore.
Stu gruppu capisce picculi lavi (stesa di u lavu capita trà 0.30 è 1.15ha), pocu prunfondi (prufundezza massima capita trà 1.5 è 1.50 m) sposti à l’Este per raportu à a grande barriera.
Groupe 3 : Niellucciu, Oru, Gialicatapianu, Oriente, Cavacciole, Maggiore.
Ce groupe comprend des petits lacs (Superficie du lac comprise entre 0.30 et 1.15 ha), peu profonds (Profondeur maxi comprise entre 1.5 et 15.0 m), exposés Est par rapport à la grande barrière.


A spusizione per raportu à a grande barriera pò ghjucà un rolu impurtante, più pricisamente in a presa in contu di l’impattu di i sbrisgiuli di particule chi venenu da a centrale di u Vaziu.
L’exposition par rapport à la grande barrière peut jouer un rôle important notamment dans la prise en compte de l’impact éventuel des retombées de particules issues de la centrale thermique du Vaziu.

I gruppi 1 è 2 bis agruppanu i lavi di Ninu è Vitalaca chì sò a surgente di i corsi d’acqua impurtanti respettivamente u tavignanu, a Restonica è u Prunelli. Sti lavi ponu tandu prisintà un inghjocu impurtante in a gestione sia quantitativa sia qualitativa di sti corsi d’acqua.
Les groupes 1 bis et 2 bis rassemblent les lacs de Ninu, Melu et Vitalaca qui sont la source de cours d’eau importants respectivement le Tavignanu, la Restonica et le Prunelli. Ces lacs peuvent donc présenter un enjeu important dans la gestion tant quantitative que qualitative de ces cours d’eau.










 

 





 

 
 


Pàgina 108/109
Page 108/109

                  I LAVI ARTIFICIALI : E RITENUTE DI I MATRALI
                  LES LACS ARTIFICIELS : LES RETENUES DES BARRAGES

In u Mondu
Dans le Monde

I matrali sò custruiti da ritene grande quantità d’acqua. U più vechju data di 2 600 anni nanzu à Cristu, u matrale Sadd-el-Kafara, custruitu in a valle di Garawi in Egittu. St’ultimu avia un’altezza di  14 metri è longu di 110 metri ; u vulume d’acqua ritenuta era di 500 000 m3. E vistighe di stu matrale, oghje fora d’usu, mostranu un spessore di a base di l’opera di 98 metri. 
Les barrages sont construits afin de stocker de grandes quantités d’eau. Le plus ancien date de 2 600 ans avant J.C, le barrage Sadd-el-Kafara, construit dans la vallée de Garawi en Égypte. Ce dernier avait une hauteur de 14 mètres et une longueur de 110 mètres ; le volume d’eau stockée était de 500 000 m3. Les vestiges de ce barrage, aujourd’hui hors service, montrent une épaisseur de la base de l’ouvrage de 98 mètres.
 
U più vechju sempre in serviziu data di u 1594, u matrale di Tibi in Alicante (Spagna), hà un’altezza di 46 metri, una lunghezza di 65 metri è un spessore di a basa di 30 metri. 
Le plus ancien toujours en service date de 1594, le barrage de Tibi en Alicante (Espagne), a une hauteur de 46 mètres, une longueur de 65 mètres et une épaisseur de la base de 30 mètres.
 
L’opera a più alta, 335 metri, hè u matrale di Roghun à u Tadjikistan. A ritenuta, d’una lunghezza di 70 km, permette di ritene 11 600 millioni di m3.
U più altu d’Europa (285 metri) hè u matrale di a Grande Dixence in Svizzera. U vulume di a ritenuta hè di 400 millioni di m3.
 
L’ouvrage le plus haut, 335 mètres, est le barrage de Roghun au Tadjikistan. La retenue, d’une longueur de 70 km, permet le stockage de 11 600 millions de m3.
Le plus haut d’Europe (285 mètres) est le barrage de la Grande Dixence en Suisse. Le volume de la retenue est de 400 millions de m3.

 
In Francia cuntinentale
En France continentale
 
U più altu di Francia (180 m) hè u matrale di Chevril (o di Tignes) in Savoia. St’opera permette di ritene 235 millioni di m3. L’apparatu suttanu di u matrale mostra l’affrescu u più grande di u mondu (18 000 m2) ; hè l’opera di Pierret (1989) è raprisenta Ercule. 
 Le plus haut de France (180 m) est le barrage de Chevril (ou de Tignes) en Savoie. Cet ouvrage permet de stocker 235 millions de m3. Le parement aval du barrage présente la fresque la plus grande du monde (18 000 m2) ; elle est l’œuvre de Pierret (1989) et représente Hercule.
 
In Corsica
En Corse
 
In Corsica ci sò 48 matrali. Frà sti matrali, 12 sò detti di classa A, chì a so altezza franca 50 m. 
La Corse compte 48 barrages, 12 sont dits de classe A, dont la hauteur dépasse 50 m.
 
I matrali di Tolla, Calacuccia, Corscia, Sampolu, Trè Vadine è Rizzanesi sò gestiti da EDF (Elettricità di Francia), da pruduce pè u più idroelettricità. 
 Les barrages de Tolla, Calacuccia, Corscia, Sampolo, Trevadine et Rizzanèse sont gérés par EDF (Electricité De France), à des fins de production d’hydroélectricité essentiellement.
 
I matrali di Teppe Rosse, Alzitone, Bacciana, Guazza, Peri, Alesani, Padula, Codule, Figari, Ortolu è u Spidali sò gestiti da l’OEHC (Uffiziu di l’Ecchippamentu Idrolicu di a Corsica), pè l’acqua da annacquà o pè l’acqua da beie. 
Les barrages de Teppe Rosse, Alzitone, Bacciana, Guazza, Peri, Alesani, Padula, Codule, Figari, Ortolo et Ospedale sont gérés par l’OEHC (Office d’Equipement Hydraulique de la Corse) à des fins d’irrigation et d’alimentation en eau potable.
 
Teppe Rosse, Alzitone, Bacciana, Guazza, Peri è Padula sò ritenute cullinaghje vale à dì riserve artificiale, spessu lucalizate fora di a rete idrografica, chjose da una diga è alimentate sia quand’ellu piove da u ghjargulamentu di l’acque sia da un corsu acqua chì corre sempre o per un tempu. Stu tippu d’opera ùn hà restituzione d’acqua più inghjò (ùn hà micca ghjettu riservatu). 
Teppe Rosse, Alzitone, Bacciana, Guazza, Peri et Padula sont des retenues collinaires c’est-à-dire des réserves artificielles, souvent localisées en dehors du réseau hydrograpique, fermées par une digue et alimentées soit en période de pluies par ruissellement des eaux soit par un cours d’eau permanent ou temporaire. Ce type d’ouvrage n’a pas de restitution d’eau en aval (pas de débit réservé).
 
Matrale è ritenute gestite da EDF  (Elettricità Di Francia)
 Barrages et retenues gérés par EDF (Electricité De France)

 
I matrali è e ritenute gestite da l’OEHC (Uffiziu d’Ecchippamentu Idraulicu di a Corsica)
 Les barrages et retenues gérés par l’OEHC (Office d’Equipement Hydraulique de la Corse)
 


Pàgina 126/127
Page 126/127

I MEZI TEMPURARII ; I PUZZATELLI TEMPURARII MEDITERRANEI
LES MILIEUX TEMPORAIRES ; LES MARES TEMPORAIRES MÉDITERRANÉENNES
 
I puzzatelli tempurari sò idrosistema prisenti in guasi tutti i rughjoni di u mondu. Sò caratterizzati da un periudu di sicchia di durata cambiarina chì tocca sti pezzi d’acqua di manera ciclica. Stu tippu d’ambii tempurari hè particularmente frequente in a zona circumediterrannea.
Les mares temporaires sont des hydrosystèmes présents dans presque toutes les régions du monde. Elles sont caractérisées par une période sèche de durée variable qui touche ces pièces d’eau de façon cyclique. Ce type d’habitats temporaires est particulièrement fréquent dans la zone circumméditerranéenne.

Les groupements végétaux sont dominés par des espèces du genre Isoetes.
L’aggruppamenti vegetali sò duminati da specie di gennaru ISOETES.
L’Evuluzione dinamica di u puzzatellu tempurariu capisce 3 fase chì si seguitanu : a fasa d’empiu, a fasa intermedia, è infine a fasa di sicchia.
L’évolution dynamique de la mare temporaire comprend trois phases successives : la phase de remplissage, la phase intermédiaire et enfin la phase d’assèchement.
 
À ogni fasa currisponde un pupulamentu acquaticu caratteristicu. Infatti, a fasa d’empiu  mette in risaltu l’impurtenza di i Crustacei, a fauna invertebrata hè duminata da l’Anostracei Tanymastix stagnalis è Chirocephalus sp. è dinò i Cladoceri di gennaru Daphnia.
A chaque phase correspond un peuplement aquatique caractéristique. En effet, la phase de remplissage montre l’importance des Crustacés, la faune invertébrée est dominée par les Anostracés Tanymastix stagnalis et Chirocephalus sp. ainsi que les Cladocères du genre Daphnia.
 
 
A fasa intermedia hè caratterizzata da u sviluppu di e larve di Ditteri Chironomidae. I Crustacei Cladoceri tenenu una bona piazza in u pupulamentu acquaticu. Sta fasa hè marcata da a ghjunta di i Coleotteri Gyrinidae, Haliplidae è  Dytiscida . È ancu l’Etterotteri Notonectidae è Corixidae. L’Odonati Lestidae et Libellulidae tenenu, à stu puntu, una piazza menu impurtante.
La phase intermédiaire est caractérisée par la prolifération des larves de Diptères Chironomidae. Les Crustacés Cladocères occupent une bonne place dans le peuplement aquatique. Cette phase est marquée par l’apparition des Coléoptères Gyrinidae, Haliplidae et Dytiscidae. Ainsi que les Hétéroptères Notonectidae et Corixidae. Les Odonates Lestidae et Libellulidae occupent, à ce stade, une place moins importante.
 
 
A fasa d’assiccamentu hè caratterizzata da a duminazione di l’invertebrati predatori : i Ditteri Tanypodinae; l’Odonati Lestidae, Aeschnidae è Libellulidae ; i Coleotteri Dyticidae ; l’Etterotteri Notonectidae et Corixidae.
La phase d’assèchement est caractérisée par la domination des invertébrés prédateurs : les Diptères Tanypodinae ; les Odonates Lestidae, Aeschnidae et Libellulidae ; les Coléoptères Dyticidae ; les Hétéroptères Notonectidae et Corixidae.

 
U prilievu di u sedimentu, durante a fasa d’assiccamentu, mostra a prisenza di forme di resistenza, in particulare di megaspori d’un Pteridofitu di ghjennaru Isoetes eppo di forme inchistate di u Crustaceu Tanymastix stagnalis.
Le carottage du sédiment, durant la phase asséchée, montre la présence de formes de résistance notamment les mégaspores d’un Ptéridophyte du genre Isoetes ainsi que de formes enkystées du Crustacé Tanymastix stagnalis.
 
L’Uffiziu di l’ambiente di a Corsica, in partenariatu incù a Direzzione Regiunale di l’Ambiente di a Corsica è l’Agenzia di l’Acqua Rhônes Méditerranée & Corse, hà lanciatu un prugramma d’azzione per a cunservazione di i puzzatelli tempurari di l’isula, l’ughjettivu di questu quì hè d’assicurà a priservazione di st’ecosistema uriginale è debule, iscrittu cume « « habitat » di primura di a Direttiva « Habitat ».
L’Office de l’Environnement de la Corse, en partenariat avec la Direction Régionale de l’Environnement de la Corse et l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée & Corse, a lancé un Programme d’Action pour la Conservation des Mares Temporaires de l’île dont l’objectif est d’assurer la préservation de cet écosystème original et fragile, inscrit comme habitat prioritaire de la Directive « Habitats ».
 
Stu prugramma d’azzione permette di studià ghjustappuntu a so evuluzione dinamica ma dinù un sapè fà ind’è a gestione di sti mezi è ind’è u duminiu di a biulugia di cunservazione di e specie vegetale è animale scarse ch’elli accoglienu.
Ce programme d’action permet notamment d’étudier son évolution dynamique mais également de développer un savoir-faire dans la gestion de ces milieux et dans le domaine de la biologie de conservation des espèces végétales et animales rares qu’ils hébergent.

Puzzatellu di Padulellu (Porti Vechju)
Mare tempurariu di Padulellu (Porti Vechju)


 

Pàgina 132/133
Page 132/133
 
V. L'ACQUA DI SOTTU TARRA : L'ACQUE DI SURGENTE, L'ACQUE MINERALE È L'ACQUE TERMOMINERALE
V. LES EAUX SOUTERRAINES : LES EAUX DE SOURCE, LES EAUX MINÉRALES ET LES EAUX THERMOMINÉRALES

A natura geologica di a Corsica ùn favuriseghja l’esistenza di e sciappe d’acqua di sottu tarra impurtante. Infatti, i scogli plutonichi (graniti, dioriti, gabbrò…) è vulcanichi (rioliti…) di a Corsica Ercineana è i scogli metamorfichi (scisti, cipullini, gneis…) è magmatichi (serpentinite…) di a Corsica alpina, sò pocu o micca permeabili.
L’acque di sottu tarra in Corsica sò tandu caratterizate da l’assenza di grandi acquifferi d’impurtanza regiunale è a debulezza di i scurrimenti di e surgente.
Invece, sti scogli fratturati offrenu pussibilità d’infilzu di l’acque, ma ùn permettenu a messa in piazza di riserve maiò.
La nature géologique de la Corse ne favorise pas l'existence de nappes d'eau souterraines importantes. En effet, les roches plutoniques (granites, diorites, gabbros…) et volcaniques (rhyolites…) de la Corse hercynienne ainsi que les roches métamorphiques (schistes, cipolins, gneiss…) et magmatiques (serpentinites…) de la Corse alpine, sont peu ou pas perméables. Les eaux souterraines de Corse sont donc caractérisées par l'absence de grands aquifères d'importance régionale et la faiblesse des écoulements des sources.
Néanmoins, ces roches fracturées offrent des possibilités d'infiltration des eaux, mais elles ne permettent pas la mise en place de vastes réserves.



L’acque di surgente, l’acque minerale è l’acque termominerale
Les eaux de source, les eaux minérales et les eaux thermominérales
Definizione:
Définition :
Un’acqua di surgente hè un’acqua chì vene da sottu tarra. Un’acqua minerale hè d’urigine sutterranea ma a so cumpusizione fisicochimica hè stabile in u tempu. Un’acqua termominerale hè un acqua calda, chì vene da sottu tarra, chì a cumpusizione fisicochimica hè stabile.
Certe acque minerale o termominerale anu un effettu annant’à a salute, ricunnisciutu da l’accademia di Medicina.
Une eau de source est une eau d'origine souterraine. Une eau minérale est d'origine souterraine mais sa composition physico-chimique est stable dans le temps. Une eau thermominérale est une eau chaude, d'origine souterraine, dont la composition physico-chimique est stable.
Certaines eaux minérales ou thermominérales ont un effet sur la santé, reconnu par l'Académie de Médecine.


L’acque minerale è termominerale di Corsica.
Les eaux minérales et thermominérales de Corse


Esistenu in Corsica assai surgente termale cù pruprietà terapeutiche cunnisciute dapoi tempi è tempi (vistiche rumane).
St’acque prisentanu un’intaressu à livellu medicale, socioeconomicu è turisticu.
Cunniscimu in Corsica più di 40 surgente chì si ponu classificà in 3 gruppi :
  1. l’acque minerale di e quale a timperatura varieghja trà 12 è 19 gradi : a Porta,  e Caldane d’Ampugnani, Ferriera, Orezza, Pardina, Moita, Puzzichellu, Cordozza,V adina, Ornasu(Acqua acitosa), Funtanella.
  2. L’acque termominerale à timperatura varievule trà 32 à 57 gradi : i Bagni, Caldanella, Petrapolla, Vignola, Caldaniccia, Vutera (i Bagni), Urbalaconu, Baraci, i Caldane di Tallà.
  3. (3) Un acqua radioattiva: Dirza (Uragiu)

Il existe en Corse de nombreuses sources thermales aux propriétés thérapeutiques connues de longue date (vestiges romains).
Ces eaux présentent un intérêt au plan médical, socio-économique et touristique.
 On connait en Corse plus de 40 sources que l’on peut classer dans 3 groupes :

      1. Les eaux minérales dont la température varie de 12 à 19°C : La Porta, Caldane d’Ampugnani, Ferriera, Orezza, Pardina, Moïta, Puzzichellu, Cordozza, Vadina, Ornasu (Aquacetosa), Funtanella.
      2. Les eaux thermoninérales dont la température varie de 32 à 57°C : Guagnu-les-Bains, Caldanella, Pietrapola, Vignola, Caldaniccia, Guitera-les-Bains, Urbalacone, Baraci, Caldane de Tallano.
     3. Une eau radioactive : Dirza (Uragiu).
Acque minerale è termominerale di Corscia: l’emergenze principale
Eaux minérales et thermominérales de Corse : les principales émergences

D’un puntu di vista chimicu, classifichemu ste surgente in 5 gruppi chì currispondenu à indicazione terapeutiche sfarente.
D’un point de vue chimique, on classe ces sources dans 5 groupes qui correspondent à des indications thérapeutiques différentes.
 
(1) L’acque acitose saudiche : i Bagni (Guagnu), Cardozza, Vadina, Petrapolla, Vignola, Funtanella, Caldaniccia, Vutera (i Bagni), Urbalaconu, Baraci, i Caldani di Tallà.
(1) Les eaux sulfurées sodiques : Guagnu-les-Bains, Caldanella, Cardozza, Vadina, Pietrapola, Vignola, Funtanella, Caldaniccia, Guitera-les-Bains, Urbalacone, Baraci, Caldane de Tallano.

(2) L’acque acitose calciche: Puzzichellu.
(2) Les eaux sulfurées calciques : Puzzichellu.
 
(3) L’acque bicarbunatate calciche: Ornasu (Acqua acitosa)
(3) Les eaux bicarbonatées calciques : Ornasu (Aquacetosa).

(4) L’acque farrughjinose: a Porta, Caldane d’Ampugnani, Ferreira, Orezza, Pardina, Moita.
(4) Les eaux ferrugineuses : La Porta, Caldane d’Ampugnani, Ferriera, Orezza, Pardina, Moïta.
 
(5)L’acque radioattive : Dirza (Uraghju)
(5)Les eaux radioactives : Dirza (Uragiu).
Acque minerale è termominerale di Corsica : chimica di l’acque
Eaux minérales et thermominérales de Corse : chimie des eaux

A riescita terapeutica di l’acque termale hè per raportu à a so timperatura alta ma dinù à a chimica di l’acqua chì cumporta assai oligo elementi.
Ma u planctonu termale hà dinù una piazza fundamentale ; a ghjarghjine o baregina hè una sustenza ghjalatinosa azuttata d’origine batteriana essenzialmente custituita da sulfobatterie è d’alghe microscopiche cume i diatomi. Stu planctonu termale hà un’azzione antiossidente, anti infiammatoria è cicatrizante.
L’efficacité thérapeutique des eaux thermales est due à la température élevée mais aussi à la chimie de l’eau notamment à la présence de nombreux oligoéléments. Mais le plancton thermal joue un rôle fondamental ; la glairine ou barégine est une substance gélatineuse azotée d’origine essentiellement bactérienne constituée de sulfobactéries et d’algues microscopiques comme les diatomées. Ce plancton thermal a une action antioxydante, anti-inflammatoire et cicatrisante.

 
L’acque minerale è termominerale di Corsica custituiscenu un patrimoniu assai sottu sfruttatu.
Ci accurghjimu per disgrazia di a mancanza d’adopru è ancu di l’abandonu di i siti chì e nostre surgente anu un intaressu à u pianu medicale, socioeconomicu è turisticu.
Les eaux minérales et thermominérales de Corse constituent un patrimoine largement sous-exploité. On ne peut que déplorer la très faible utilisation et parfois même l’abandon des sites car nos sources ont un intérêt au plan médical, socio-économique et touristique.






 




 















 

 

Pàgina 150/151
Page 150/151

VI. E PARTICULARITÀ DI A FAUNA DI CORSICA
VI. LES PARTICULARITÉS DE LA FAUNE AQUATIQUE DE CORSE 

A storia geulogica di a Corsica (deriva eppo rutazioni di u bloccu corsosardu, 25 millioni d’anni fà) hè à l’urighjine di e particularità di a flora è di a fauna di Corsica. 
Pè a fauna acquatica, l'uriginalità si traduce cù : (i) a prisenza di numerose mancanze faunistiche è (ii) un tassu d’endemisimu altu, u più altu d’Europa dopu à u Caucasu è nanzu à a penisula Iberica. 
L’histoire géologique de la Corse (dérive puis rotation du bloc corso-sarde, il y a 25 millions d’années) est à l’origine des particularités de la flore et de la faune de Corse.
Concernant la faune aquatique, l’originalité se traduit par : (i) la présence de nombreuses lacunes faunistiques et (ii) un taux d’endémisme élevé, le plus élevé d’Europe après le Caucase et avant la péninsule Ibérique
.

 
A.   E mancanze faunistiche 
A.   Les lacunes faunistiques

Ind’è i pesci : sè l’acque linde di a Francia metrupulitana conta 167 specie (cù 64 specie intrudutte), in Corsica, u pupulamentu ichtiologicu hè u più poveru cù solu 25 specie (cù 21 intrudutte). 
Ind’è i battrachi : in Francia metrupulitana, u pupulamentu d’Amfibii conta 39 specie cù 21 specie ind’è l’Alpe è 18 in i Pirenei. L’idrosistemi d’acqua linda in Corsica ùn conta cà 7 specie. 
E mancanze faunistiche sò propiu bè marcate ind’è l’Invertebrati acquatichi. 
Infatti, sè l’inventariu di a fauna di l’acque linde di l’Alpe conta circa 2 200 specie è quella di i Pirenei circa 1 000 specie, in Corsica, solu 650 specie sò state censate. 
Da ramintà chì, a fauna terrestra di Corsica hè marcata da numerose mancanze faunistiche.
Infatti, si pò incalcà nant’à l’assenza di a Gaza, di a Vipera, di u Camosciu, di l’Isardu, di u Stambeccu, d’u Capriolu, di u Scurriolu, di u Tassu, di a Marmotta, di u Lupu, di l’Orsu è di u Lince. Animali chì si scontrenu spessu ind’è l’Alpe o i Pirenei. 
Chez les Poissons : si les eaux douces de France métropolitaine comptent 167 espèces (dont 64 espèces introduites), en Corse, le peuplement ichtyologique est plus pauvre avec seulement 25 espèces (dont 21 introduites).
Chez les Batraciens : en France métropolitaine le peuplement d’Amphibiens comprend 39 espèces avec 21 espèces dans les Alpes et 18 espèces dans les Pyrénées. Les hydrosystèmes d’eau douce de Corse ne comptent que 7 espèces.
Les lacunes faunistiques sont particulièrement bien marquées chez les Invertébrés aquatiques. En effet, si l’inventaire de la faune des eaux douces des Alpes comprend environ 2 200 espèces et celle des Pyrénées près de1 000 espèces, en Corse, seulement 650 espèces ont été inventoriées.
Pour rappel, la faune terrestre de Corse est marquée par de nombreuses lacunes faunistique. En effet, on notera sur l’île l’absence de la Pie, de la Vipère, du Chamois, de l’Isard, du Bouquetin, du Chevreuil, de l’Écureuil, du Blaireau, de la Marmotte, du Loup, de l’Ours et du Lynx. Des animaux fréquemment rencontrés dans les Alpes ou les Pyrénées.


B.   U tassu d’endemisimu altu
B.    Le taux d’endémisme élevé

Ind’è i Pesci, si vede a prisenza di u ceppu endemicu di Salmo trutta macrostigma. 
Ind’è i Battrachi, nant’à 7 specie prisente in Corsica, 6 sò endemiche, hè un tassu d’endemisimu d’à pocu pressu 86%.
Ind’è l’Invertebrati, nant’à e 650 specie prisente ind’è l’acque linde di Corsica, 200 specie sò endemiche sia un tassu d’endemisimu di circa 31%. Frà e 200 specie endemiche, 105 sò endemiche corse è 50 sò endemiche corsosarde. 
In u corsu superiore di i fiumi è di e surgente, u tassu d’endemisimu raghjugne u 60%. Sta biodiversità hè minacciata oghje da i matrali, i righjetti dumestichi, i suvi è i pesticidii aduprati in l’agricultura, l’allevu, a splutazione di i sgranulimi, i sciali acquatichi, l’intruduzzione di specie (esempiu : i pesci) è e cunsequenze di u cambiamentu climaticu. 
U srigulamentu climaticu inghjena una riduzzione di a nichja eculogica di numerose specie d’acqua freta chì vedenu a so aghja di sparghjera ristringhjesi in u corsu superiore di i fiumi è di e surgente. 
Chez les Poissons, on notera la présence de la souche endémique de Salmo trutta macrostigma.
Chez les Batraciens, sur les 7 espèces présentent en Corse, 6 sont endémiques, correspondant à un taux d’endémisme de près de 86 %.
Chez les Invertébrés, sur les 650 espèces présentent dans les eaux douces de Corse, 200 espèces sont endémiques soit un taux d’endémisme de près de 31 %. Parmi les 200 espèces endémiques, 105 sont des endémiques corses et 50 des endémiques corso-sardes.
Dans le cours supérieur des rivières et dans les sources, le taux d’endémisme atteint 60 %.
Cette biodiversité est aujourd’hui menacée par les barrages, les rejets domestiques, les engrais et les pesticides utilisés en agriculture, l’élevage, l’exploitation de granulats, les loisirs aquatiques, les introductions d’espèces (exple : les poissons) et les conséquences du changement climatique.
Le dérèglement climatique entraine une réduction de la niche écologique de nombreuses espèces d’eau froide qui voient leur aire de répartition se restreindre au cours supérieur des rivières et aux sources.







 

Pàgina 156/157
Page 156/157

VII. A BIODIVERSITÀ DI L'ACQUE LINDE DI CORSICA 
VII. LA BIODIVERSITÉ DES EAUX DOUCES DE CORSE

              I Pesci

              Les Poissons

I corsi d’acqua di Corsica sò duminati da trè specie : a truita (Salmo trutta), l’anguilla (Anguilla anguilla) è a beveccula di fiumi (Salaria fluviatilis).
Les cours d’eau de Corse sont dominés par trois espèces : la truite (Salmo trutta), l’anguille (Anguilla anguilla) et la blennie fluviatile (Salaria fluviatilis).

A truita cummuna hè una specie di salmonide urighjinaria di l’Eurasia è di l’Africa di u Nordu. Hè assai sparta in l’Europa sana. Studi genetichi anu dimustratu l’esistenza di parechji tippi genetichi. In Francia cuntinentale, si distingue u ceppu atlanticu (ammansata è riprudutta in piscicultuta) è u ceppu mediterraneu. 
La truite commune est une espèce de salmonidés originaire d’Eurasie et d’Afrique du Nord. Elle est largement répandue dans toute l’Europe. Des études génétiques ont démontré l’existence de plusieurs types génétiques. En France continentale, on distingue la souche atlantique (domestiquée et reproduite en pisciculture) et la souche méditerranéenne.

In Corsica, in più di u ceppu atlanticu è mediterraneu, si vede a prisenza d’un ceppu endemicu corsu chì appartene à a sottu specie macrostigma. A Direttive Eurupea « Habitat » 92/43CEE classificheghja, ind’è l’appicciu II, Salmo trutta macrostigma cume « specie d’interessu cummunitariu ». Sta specie fraquenta e parte apicale di i bacini idrografichi cù certe zone umbule d’altitudine chjamate puzzine. 
En Corse, en plus des souches atlantique et méditerranéenne, on note la présence d’une souche endémique corse appartenant à la sous-espèce macrostigma. La Directive Européenne « Habitat » 92/43CEE classe, dans l’annexe II, Salmo trutta macrostigma comme « espèce d’intérêt communautaire ». Cette espèce fréquente essentiellement les parties apicales des bassins hydrographiques ainsi que certaines zones humides d’altitude appelées pozzines.

In i corsi d’acqua di Corsica, a crescita di a truita hè sottu à i 5 cm à l’annu, cunsequenza di u tassu di mineralisazione di l'acque poche alta (cuntinutu in calciu è in bicarbonati debuli) è di u caratteru olotropu di l’acque (e biomasse in l’invertebrati sò pocu impurtante. A pruliferazione di st’urganisimi acquatichi dipende di a natura geulogica, di l’altitudine, di l’apporti antropichi, di a natura di i boschi fiumarecci (legni duri o legni teneri). L’influenza di l’apporti allottoni di materia urganica sciuta da i boschi fiumarecci nant’à i pupulamenti piscioli di i corsi d’acqua furestieri sò stati messi in risaltu. 
 Dans les cours d’eau de Corse, la croissance de la truite est inférieure à 5 cm par an, conséquence d’un taux de minéralisation des eaux peu élevé (teneurs en calcium et en bicarbonates faibles) et du caractère oligotrophe des eaux (les biomasses en invertébrés sont peu importantes). La prolifération de ces organismes aquatiques dépend de la nature géologique, de l’altitude, des apports anthropiques, de la nature de la ripisylve (feuillus ou résineux). L’influence des apports allochtones de matière organique issue de la ripisylve sur les peuplements piscicoles des cours d’eau forestiers a été mise en évidence.

L’anguilla hè una specie anfibiotica talassotoca. Lascia l’acque cuntinentale è liturale è face una migrazione transuceanica di ripruduzzione versu u mare di i Sargassi, aghja unica d’uvata presunta. In i corsi d’acqua di Corsica, l’anguilla hè stata vista sin’à 1 300 m d’altitudine. 
L’anguille est une espèce amphibiotique thalassotoque. Elle quitte les eaux continentales et littorales et effectue une migration transocéanique de reproduction vers la mer des Sargasses, unique aire de ponte présumé. Dans les cours d’eau de Corse, l’anguille a été recensée jusqu’à 1 300 m d’altitude.
 
A beveccula fluviatile hè un pesciu di u bordu mediterraneu, più frequente in Corsica chè nant’à u cuntinente. Sta specia hè prisente in i grandi fiumi di costa sin’à circa 200m d’altitudine.
La blennie fluviatile est un poisson du pourtour méditerranéen, plus fréquent en Corse que sur le continent. Cette espèce est présente dans les grands fleuves côtiers jusque vers 200m d’altitude.
 
Ste trè specie di pesci autottoni si spartini in i corsi d’acqua di Corsica sicond’à una zunazione altitudinale chì capisce quattru parte :
Ces trois espèces de poissons autochtones se répartissent dans les cours d’eau de Corse selon une zonation altitudinale qui comprend quatre parties :

A zunazione piscicula in Tavignanu
La zonation piscicole dans le Tavignanu
1. Truita ; 2. Anguilla ; 3. Baveccula fluviatile ;
4. Spinarellu ; 5. Laccia ; 6. Cannari ; 7. Livazzu; 8. Mazzardu.
1. Truite ; 2. Anguille ; 3. Blennie fluviatile ;
4. Epinoche ; 5. Alose feinte ; 6. Athérine ; 7. Loup ; 8. Mulet.

 
 
 A zona superiore di e truite, sopra à 800 m d’altitudine, hè duminata da a truita, l’anguilla spessu ùn ci hè.
La zone à truite supérieure, au-dessus de 800 m d’altitude, est dominée par la truite, l’anguille est souvent absente.
 
A zona inferiore di e truite, trà 800 à 200 m d’altitudine, induve u pupulamentu hè cumpostu da a truita è da l’anguille.
La zone à truite inférieure, entre 800 à 200 m d’altitude, où le peuplement est composé de la truite et de l’anguille.
 
A zona di l’anguille, sott’à 200 m d’altitudine, hè duminata da l’anguille chì campanu cù a baveccula fluviale ; l’effettivi di e truite cala propiu.
La zone à anguille, au-dessous de 200 m d’altitude, est dominée par l’anguille qui cohabite avec la blennie fluviale ;les effectifs de truites diminuent considérablement.

A zona d’influenza marina capice l’estuariu è a parte di u fiume sottumessa à a ricullata di l’acque salite. Fora di l’anguille è di u spinarellu (Gasterosteus aculeatus), ci si scontra specie anfibiotiche potamotoche chì mutanu da u mare ver di i corsi d’acqua pè riproducesi : a laccia (Alosa fallax),  u cannari (Atherina boyeri), u livazzu (Dicentrarchus labrax), i mazzardi (Chelon labrosus, Liza aurataLiza ramada, Mugil cephalus).
L’Aphanius di Corsica (Aphanius fasciatus) hè un pesciu chì li piace e lagune liturale salite o salmastre.
 La zone d’influence marine comprend l’estuaire et la partie du fleuve soumise à la remontée des eaux salées. Outre l’anguille et l’épinoche (Gasterosteus aculeatus), on y rencontre des espèces amphibiotiques potamotoques qui migrent de la mer vers les cours d’eau pour se reproduir : l’alose feinte (Alosa fallax), l’athérine (Atherina boyeri), le loup (Dicentrarchus labrax), les mulets (Chelon labrosus, Liza aurata, Liza ramada, Mugil cephalus).
L'Aphanius de Corse (Aphanius fasciatus) est un poisson fréquentant les lagunes littorales salées ou saumâtres.


E specie intrudutte :
Les espèces introduites :
 
L’inseme di l’acque linde di Corsica conta oghje 21 specie di pesci intrudutte quandu ùn ci n’era cà una (a gambusia, Gambusia holbrooki) in 1900. St’ultima hè stata intrudutta in u quadru di u prugramma di lotta contr’à a malaria.
L’ensemble des eaux douces de Corse comptent aujourd’hui 21 espèces de poissons introduites alors qu’elles n’en comptaient qu’une seule (la gambusie, Gambusia holbrooki) en 1900. Cette dernière a été introduite dans le cadre d’un programme de lutte contre le paludisme.

U numeru cumulatu di specie intrudutte sicondu l’annu hè cusì : 1900 (1) ; 1970 (8) ; 1980 (12) ; 1990 (15) ; 2000 (20) ; 2010 (21). 
Le nombre cumulé d’espèces introduites par années est le suivant : 1900 (1) ; 1970 (8) ; 1980 (12) ; 1990 (15) ; 2000 (20) ; 2010 (21).
 
L’acque linde di Corsica contanu 21 specie intrudutte : u sturione cumunu (Acipenser sturio), u luzzu (Esox lucius), u pesciu rossu (Carassius carassius), u carassiu d’oru (Carassius auratus), a carpa (Cyprinus carpio), u cavedanu (Leuciscus cephalus), u ghjozzu (Rutilus rutilus), u pernu (Gobio gobio), u pernu asiaticu (Pseudorasbora parva), a gremilla (Gymnocephalus cernuus), u besgiu (Phoxinus phoxinus), u pesciu gattu (Ictalurus punctatus), a rotella (Scardinius erythrophtalmus), a lucioperca (Sander lucioperca), u siluru (Silurus glanis), a tinca (Tinca tinca), a merla (Perca fluviatilis), u persicu truita (Micropterus salmoides).
 Les eaux douces de Corse comptent 21 espèces introduites : l’esturgeon commun (Acipenser sturio), le brochet (Esox lucius), le cyprin (Carassius carassius), le carassin doré (Carassius auratus), la carpe (Cyprinus carpio), le chevaine (Leuciscus cephalus), le gardon (Rutilus rutilus), le goujon (Gobio gobio), le goujon asiatique (Pseudorasbora parva), la grémille (Gymnocephalus cernuus), le vairon (Phoxinus phoxinus), le poisson chat (Ictalurus punctatus), le rotengle (Scardinius erythrophtalmus), le sandre (Sander lucioperca), le silure glane (Silurus glanis), la tanche (Tinca tinca), la perche (Perca fluviatilis), l’achigan à grande bouche ou black-bass à grande bouche (Micropterus salmoides).
 
Ste specie intrudutte sò state censate in u corsu bassu di i fiumi tocchi da u sfruttamentu di i sgranulimu (ghjarghjuli) è in calchì ritenuta artificiale gestita da Electricité De France o da l’Uffiziu d’Ecchippamentu Idraulicu di a Corsica.
Ces espèces introduites ont été inventoriées dans le cours inférieur des rivières impacté par l’exploitation de granulats (gravières) et dans quelques retenues artificielles gérées par Electricité De France ou l’Office d’Equipement Hydraulique de la Corse.
 
U salmone di e funtane (Salvelinus fontinalis) hè statu intruduttu à l’iniziu di u sittanta in unipochi di lavi d’altitudine. A truita arcubalenu (Oncorhynchus mykiss) hè lampata spessu in i corsi d’acqua di Corsica, prima di l’apertura di a pesca, da a Federazione Interdirpartimentale di a Pesca è di a Piscicultura.
L’omble ou saumon de fontaine (Salvelinus fontinalis) a été introduit au début des années 1970 dans quelques lacs d’altitude. La truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) est déversée régulièrement dans les cours d’eau de Corse, à la veille de l’ouverture de la pêche, par la Fédération Interdépartementale de Pêche et de Pisciculture.

E cunsequenze di l’intruduzzione di specie di pesci : 
Les conséquences de l’introduction d’espèces de poissons :
 
St’intruduzzione sò minacce per i pesci autottoni cume a truita macrostigma (ceppu corsu) : predazione, cumpetizione, germe patofenu (viru è batteri) è parasiti. 
Ces introductions sont des menaces pour les poissons autochtones dont la truite macrostigma (souche corse) : prédation, compétition, germes pathogènes (virus et bactéries) et parasites.
 
In Corsica, à u principiu di u sittanta, u salmone di e funtane (Salvelinus fontinalis) hè statu intuduttu in i lavi di muntagna. E cunsequenze sò catastrofiche, si traducenu da a smarita di a truita (Salmo trutta), chì i salmoni di e funtane chì s’avvicinanu à 40 cm di lunghezza sò assai vuraci. St’intruduzzione hè sicuramente rispunsevule di a calata impurtante di l’effettivi di l’euprottetu di Corsica (Euproctus montanus).
En Corse, au début des années 70, l’omble (ou saumon) de fontaine (Salvelinus fontinalis) a été introduit dans les lacs de montagne. Les conséquences sont catastrophiques, elles se traduisent par la disparition de la truite (Salmo trutta), car les ombles de près de 40 cm de longueur sont très voraces. Cette introduction est très probablement responsable de la baisse importante des effectifs de l’euprocte de Corse (Euproctus montanus).
 
L’agente rusetta (Sphareothecum destruens), un urganisimu parasitu, hè statu identificatu in i pesci di a ritenuta di u matrale in Calacuccia. E specie cuncernate sò u gusgione asiaticu è u besgiu, duie specie intrudutte in Corsica. U gusgione asiaticu (Pseudorasbora parva) hè una specie di pesciu uriginariu di China. St’agente patogenu infetttivu intracellulare eucariota à a fruntiera trà u funzu è l’animale, saria à l’urighjina di murtalità in a pupulazione di rotinglu prisente in stu grande lavu artificiale di Niolu. 
Stu patogenu multiospiti ùn cuncerna micca solu u gusgione asiaticu è u besgiu ma dinò altri pesci intrudutti in l’acque linde di Corsica cum’è a castagna, a carpa, cummuna, u gusgione, u ghjozzu, u trespulu à sole, a truita arcuballenu è u salmone di funtana. 
In Francia cuntinentale, l’agente rusetta tocca dinò l’allevi di u livazzu, pesciu marinu chì binifizieghja, in Corsica di u Label Rouge. St’agente patogenu infettivu puderia, in l’avvene, minaccia a filiera acquacola di Corsica.
L’agent rosette (Sphareothecum destruens), un organisme parasite, a été identifié dans des poissons de la retenue du barrage de Calacuccia. Les espèces concernées sont le goujon asiatique et le vairon, deux espèces introduites en Corse. Le goujon asiatique (Pseudorasbora parva) est une espèce de poisson originaire de Chine. Cet agent pathogène infectieux intracellulaire eucaryote à la frontière champignon-animal, serait à l’origine de mortalités dans la population de rotengle présente dans ce grand lac artificiel du Niolu.
Ce pathogènes multi-hôtes concerne non seulement le goujon asiatique et le vairon mais aussi d’autres poissons introduits dans les eaux douces de Corse comme la brème, la carpe commune, le goujon, le gardon, le perche soleil, la truite arc-en-ciel et le saumon de fontaine.
En France continentale, l’agent rosette touche aussi les élevages de bar (loup) poisson marin qui bénéficie, en Corse du Label Rouge. Cet agent pathogène infectieux pourrait, dans l’avenir, menacer la filière aquacole de Corse.


Nant’à u cuntinente, a truita arcuballenu hè messa in causa in a dissiminazione di malatie virale cum’è a setticemia emorragica virala è a necrosi ematopoietica infettiva. Sò duie rabdovirose postu chì i viru implicati sò di gennaru Novirhabdovirus.
Sur le continent, la truite arc-en-ciel est mise en cause dans la dissémination de maladies virales comme la septicémie hémorragique virale et la nécrose hématopoïétique infectieuse. Ce sont deux rhabdoviroses car les virus impliqués sont du genre Novirhabdovirus.
 
A carpa hè tocca da u viru di a viremia veraninca è l’erpetu viru di a carpa Koï. A carpa hè dinò purtatrice di parasiti monogeni (Diplozoon nipponicum) è cestodi (Bothriocephalus acheilognathi). St’ultimu tocca dinò a gambusia.
La carpe est touchée par le virus de la virémie printanière et l’herpès virus de la carpe Koï. La carpe est aussi porteuse de parasites monogènes (Diplozoon nipponicum) et cestodes (Bothriocephalus acheilognathi). Ce dernier touche aussi la gambusie.
 
U ghjozzu hè u vettore di l’agente d’una malatia parasitaria, a ligulosa duvuta à Ligula intestinalis. U sandre hè l’ospite d’un parasite trematode (Bucephalus polymorphus) rispunsegule di a bucefalosi di e larve.
Le gardon est le vecteur de l’agent d’une maladie parasitaire, la ligulose due à Ligula intestinalis. Le sandre est l'hôte d’un parasite trématode (Bucephalus polymorphus) responsable de la bucéphalose larvaire.
 
A salvezza di u nostru ecosistemu acquaticu passa da l’interdizzione d’intruduzzione nove di pesci è da una prutezzione rinfurzata di i capi di i bacini versanti induve campa a truita corsa. 
La sauvegarde de notre écosystème aquatique passe par l’interdiction de nouvelles introductions de poissons et une protection accrue des têtes de bassin-versant où vit la truite corse.
Calchì elementi di a biulugia di a truita è di l’anguilla
Quelques éléments de la biologie de la truite et de l’anguille

Truite : Rilazione Taglia / Pesu
Truite : Relation Taille / Poids
 
A rilazione trà a taglia è u pesu di e truite hè riassunta da un’equazione matematica chì permetti di diterminà u pesu sicondu a taglia di u pesciu. Una truita di 10 cm pesa circa 10 grammi ; una di 30 cm pesa 200 g è un pesciu di 60 cm hà un pesu di 1,6 Kg. 
 
La relation entre la taille et le poids des truites est résumée par une équation mathématique qui permet de déterminer le poids en fonction de la taille du poisson. Une truite de 10 cm pèse environ 10 grammes ; une de 30 cm pèse 200 g et un poisson de 60 cm à un poids de 1,6 Kg.

Truita : Rilazione Taglia / Età (poligonu di e fraquenze cumulate criscente)
 
Truite : Relation Taille / Age (polygone des fréquences cumulées croissantes)
 
U poligonu di e frequenze cumulate criscente permette di sapè prestu l’età di i pesci. E rumpiture di a pendita sò ricercate da truvà e borne di e sfarente classe d’età. 
 
Le polygone des fréquences cumulées croissantes permet une détermination rapide de l’âge des poissons. Les ruptures de pente sont repérées afin de déterminer les bornes des différentes classes d’âge.
 
Rilazione Taglia / Età di e truite  (borne di e classe di taglia)
Bone di e classe di taglia (mm) Età (annu)
65 à 83 0+ (zattinu di l’annu)
84 à 125 1+ (truita d’un annu)
126 à 152 2+
153 à 207 3+
208 à 266 4+
267 à 327 5+
 
 Anguilla : Rilazione Taglia  / Pesu
Anguille : Relation Taille / Poids
 
A rilazione trà a taglia è u pesu di e truite hè mudelizata da un’equazione matematica. Permette di determinà u pesu sicondu a taglia di u pesciu. Un’anguilla di 10 cm pesa pocu più d’un gramma ; una di 40 cm pesa 100 g è un pesciu di 80 cm hà un pesu di 900 g. 
 
La relation entre la taille et le poids des anguilles est modélisée dans une équation mathématique. Elle permet de déterminer le poids en fonction de la taille du poisson. Une anguille de 10 cm pèse à peine plus d’un gramme ; une de 40 cm pèse 100 g et un poisson de 80 cm à un poids de 900 g.

Anguilla : Rilazione Taglia / Età (poligonu di e frequenze cumulate criscente)
Anguille: Relation Taille / Age (polygone des fréquences cumulées croissantes)
 
U poligonu di e frequenze cumulate criscente permette una determinazione rapida di l’età di i pesci. E rumpiture di pendita sò ricercate da truvà e borne di e sfarente classe d’età.
 
Le polygone des fréquences cumulées croissantes permet une détermination rapide de l’âge des poissons. Les ruptures de pente sont repérées afin de déterminer les bornes des différentes classes d’âge.
 
Rilazione Taglia / Età di l’anguille (borne di e classe di taglia)
 
Borne di e classe di taglia (mm) Età (annata)
55 à 149 0+ (civelle de l’année)
150 à 212 1+ (anguille d’un an)
213 à 309 2+
310 à 399 3+
400 à 500 4+
501 à 601 5+
602 à 800 6+
 
 
I pesci in i lavi di muntagna
Les poissons dans les lacs de montagne
 
À u principiu di u XXesimu seculu i lavi di u Ninu è di u Melu eranu cunnisciuti per e sò pupulazione di truite. L’astri lavi eranu cunsiderati, forse à tortu, cume apisciculi, vale à dì sterili per i pesci.
Au début du XXème siècle, seuls les lacs de Ninu et de Melu étaient connus pour leur population de truite. Les autres lacs étaient considérés, probablement à tort, comme apiscicoles c’est-à-dire stériles pour les poissons.
 
Infatti, u lavu di Ghjalicatapiani, ch’ùn era cuncernatu da l’operazione di pisciulini, prisenta una bella pupulazione di pescia fariò. A cunnessione incù u ghjargalu di Manganellu, un affluente di u Vechju (affluente di u Tavignanu) pò spiecà sta situazione. D’altri lavi di muntagna in Corsica sò forse in u stessu casu. 
En effet, le lac de Gialicatapianu, qui n’a pas été concerné par des opérations d’alevinage, présente une belle population de truite fario. La connexion avec le ruisseau de Manganellu, un affluent du Vecchiu (affluent du Tavignanu) peut expliquer cette situation. D’autres lacs de montagne en Corse sont peut-être dans le même cas.

À a fine di l’anni 50, un’operazione di pisciulini in pescia fariò hè fattu in i lavi di Crena è Vitalaca. À u principiu di l’anni 70, un pisciulinaghju in pescia fariò o in ombulu (o salmone) di funtana hè statu realizatu : (i) in u massicciu di u Ritondu in i lavi di  Melu,  Capitellu, Goria, Belledone (o Ritondu o Vettaniella) è Oriente; (ii) in i massicci di u Rinosu in i lavi di Bastani, Braca è Vitalaca
A la fin des années 50, une opération d’alevinage en truite fario est effectuée aux lacs de Crenu et Vitalaca. Au début des années 70, un alevinage en truite fario et en omble (ou saumon) de fontaine a été réalisé : (i) dans le massif du Ritondu aux lacs de Melu, Capitellu, Goria, Bellebone (ou Ritondu, ou Betaniella) et Oriente ; (ii) dans le massif du Rinosu aux lacs de Bastani, Bracca et Vitalaca.
In i lavi induv’ell’hè statu intruduttu l’ombulu (o salmone) di funtana è chì aggruttava una pupulazione di pescia fariò, a cuabitazione trà e duie specie hè durata pocu.
A specia alien (introdutta) hà sguassatu a specia endemica, hè u casu in u lavu di u Melu.
Dans les lacs où a été introduit l’omble (ou saumon) de fontaine et qui abritaient une population de truite fario, la cohabitation entre les deux espèces a duré peu de temps. L’espèce alien (introduite) a éliminé l’espèce autochtone, c’est le cas au lac de Melu.


À i tempi d’oghje, in i lavi di Ninu, Vitalaca, Ghjalicatapianu, Oriente, Crenu è Braca, u pupulamentu pisciculu ùn hè raprisintatu chè da a pescia fario.
A fauna piscicula di i lavi di l’Oriente, di Crena è di Braca hè in traccia di smarisce.
L’ombulu (o u salmone) di funtana hè l’unica specia di pesciu prisente in i lavi di u Melu, Bastani è Capitellu.
I lavi i più carchi à pesci sò per ordine scriscente : Melu, Ninu, Bastani,Capitellu,Vitalaca è Gialicatapianu.
De nos jours, aux lacs de Ninu, Vitalaca, Gialicatapianu, Oriente, Crenu et Braca, le peuplement piscicole n’est représenté que par la truite fario. La faune piscicole des lacs d’Oriente, de Crenu et de Braca est en voie de disparition.
L’omble (ou saumon) de fontaine est l’unique espèce de poisson présente aux lacs de Melu, Bastani et Capitellu.
Les lacs les plus poissonneux sont par ordre décroissant : Melu, Ninu, Bastani, Capitellu, Vitalaca et Gialicatapianu.


L’assenza di pesci in i lavi di Cavacciole, Maggiore, Niellucciu è Oru hè sicuramente liata à a forte debulezza in mineralisazione di l’acque è currelativamente à una pruduzzione primaria ridotta.
L’absence de poisson dans les lacs de Cavaciole, Maggiore, Niellucciu et Oru est probablement due à la très faible minéralisation des eaux et corrélativement à une production primaire réduite.

U valore di a cunduttività, chì spechja a mineralisazione di l’acque hè di 42μS/cm in u lavu di u Ninu. Quelle rilevate in Cavacciole, Maggiore, Niellucciu, è Oru (13 à 26μS/cm) sò più debule, sò caratteristiche di l’acque pocu pocu mineralizate.
U cuntenutu in carboniu organicu sdruttu d’un acqua hè un’avicinanza di a pruduzzione primaria d’un ecosistema acquaticu. In u lavu di u Ninu, u valore ottenutu hè di 6,7 mg/l, quelle rilevate in Cavacciole , Maggiore, Niellucciu è Oru (0,6 à 0,8 mg/l) sò dece volte più debule, traducenu una pruduttività primaria debule di st’idrosistema muntagnoli.
A scunfitta di a pruduzzione di u pisciulinaghju in Goria è Bellebone (o Ritondu, o Vettaniella) pò avè a stessa spiecazione.
La valeur de la conductivité, qui reflète la minéralisation des eaux, est de 42 μS/cm au lac de Ninu. Celles relevées à Cavaciole, Maggiore, Niellucciu et Oru (13 à 26 μS/cm) sont plus faibles, elles sont caractéristiques des eaux très faiblement minéralisées.
La teneur en Carbone Organique Dissous d’une eau est une approche de la production primaire d’un écosystème aquatique. Au lac de Ninu, la valeur obtenue est de 6.7 mg/l, celles relevées à Cavaciole, Maggiore, Niellucciu et Oru (0.6 à 0.8 mg/l) sont dix fois plus faibles, elles traduisent la faible productivité primaire de ces hydrosystèmes montagnards.
L’échec de l’alevinage à Goria et Bellebone (ou Ritondu, ou Betaniella) peut avoir la même explication.


 
U lavu di Ghjalicatapianu si trova annant’à u territoriu cumunale di Vivariu à 1523m d’altitudine. Hà una superficia di 0.3 ettari è una prufundezza massimale di 7m. Hè ghjacciatu circa 6 mesi à l’annu. Stu lavu custituisce a surgente di a vadina di Ghjalicatapianu, affluente à u Vechju chì si lampa in u Tavignanu. 
 
L’acque di u lavu di Ghjalicatapianu prisentanu un principiu d’eutrofisazione, cunsecutivu à un arricchiscimentu di l’ambiu in materie urganiche chì l’urigine hè varia, i vegetali terrestri (alzi), i macrofitti acquatichi (potamoti), l’animali dumestichi è a fraquentazione umana. 
 
 
Le lac de Ghjalicatapianu est situé sur le territoire communal de Vivariu à 1 523 m d’altitude. Il a une superficie de 0.3 hectares et une profondeur maximale de 7 m. Il est gelé près de 6 mois par an. Ce lac constitue la source du ruisseau de Ghjalicatapianu, affluent du Vecchiu qui se jette dans le Tavignanu.
 
Les eaux du lac de Ghjalicatapianu présentent un début d’eutrophisation, consécutif à un enrichissement du milieu en matières organiques dont l’origine est diverse, les végétaux terrestres (aulnes), les macrophytes aquatiques (potamots), les animaux domestiques et la fréquentation humaine.


L’anfibi o batrachi 
 
Ind’è l’ecosistemi d’acqua linda di Corsica, i dui principali gruppi d’Anfibii sò raprisentati. E cudate, chì pussedenu una coda è l’anfibi codimozzi chì, à l’età adulta, ùn anu micca coda. 
 
L’anfibii codimozzi :
U ruspu verde di i Baleari (Bufotes viridis balearicus) : endemicu di i Baleari, di a Corsica è di l’Italia miridiunale. 
discoglossu corsu (Discoglossus montalentii) : endemicu di Corsica
discoglossu sardu (Discoglossus sardus) : endemicu tirrenianu
A ranochja di u Pastore (Pelophylax lessonae bergeri)
A rana sarda (Hyla sarda) : endemicu di Corsica, di Sardegna è di l’arcipelagu tuscanu
 
 Les amphibiens ou batraciens
 
Dans les écosystèmes d’eau douce de Corse, les deux principaux groupes d’Amphibiens sont représentés. Les Urodèles, qui possèdent une queue et les Anoures qui n’ont pas de queue à l’état adulte.
 
Les Anoures :
Le crapaud vert des Baléares (Bufotes viridis balearicus) : endémique des Baléares, de Corse et d’Italie du Sud
Le discoglosse corse (Discoglossus montalentii) : endémique de Corse
Le discoglosse sarde (Discoglossus sardus) : endémique tyrrhénien
La grenouille de Berger (Pelophylax lessonae bergeri)
La rainette sarde (Hyla sarda) : endémique de Corse, de Sardaigne et de l’archipel toscan.

E cudate :
 
U vechjottu di Corsica (Euproctus montanus) hè una specia endemica di Corsica. Ricerca l’acque fresche, senza pulluzione è bè ussigenate, da u liturale sin’à 2 000 m d’altitudine.
 
A specia hè regulamentata : 
À u livellu internaziunale : Cunvenzione rilativa à a cunservazione di a vita salavtica è di l’ambiu naturale di l'Europa (Cunvenzione di Berne) : Appicciu II.
À u livellu cummunitariu : Direttiva 92/43/CEE (Direttiva europea detta Direttiva Abitati-Faunu-Flora) : Appicciu IV.
À u livellu naziunale : Arrestatu di l’8 di Ghjennaghju 2021 fissendu a lista di l’anfibii è di i rettili raprisentati annant’à u tarritoriu metrupulitanu prutetti annant’à l’inseme di u territoriu naziunale è e mudalità di a so prutezzione : Articulu 2. 
À u livellu regiunale : Arrestatu di u 28 di ghjugnu 2021 rilativu à a prevenzione di l’introduzzione è di a prupagazione di e specie animale esotiche invadente annant’à u territoriu di a Reunione : Appicciu 1.
 
U catellu muntaninu (Salamandra corsica) hè una specia endemica di Corsica. Ricerca i lochi freschi è crosci di e fureste pampanute o rasginose lucalizate trà 300 è 1 800m d’altitudine. 
 
A specia hè regulamentata : 
À u livellu internaziunale : Cunvenzione rilativa à a cunservazione di a vita salvatica è di l’ambiu naturale di l'Europa (Cunvenzione di Berne) : Appicciu III.
À u livellu naziunale : Arrestatu di l’8 di Ghjennaghju 2021 fissendu a lista di l’anfibii è di i rettili raprisentati annant’à u tarritoriu metrupulitanu prutetti annant’à l’inseme di u territoriu naziunale è e mudalità di a so prutezzione : Articulu 3.
À u livellu regiunale : Arrestatu di u 28 di ghjugnu 2021 rilativu à a prevenzione di l’introduzzione è di a prupagazione di e specie animale esotiche invadente annant’à u tarritoriu di a Reunione : Appicciu 1.
 
Les Urodèles :
 
L’euprocte de Corse (Euproctus montanus) est une espèce endémique de Corse. Elle recherche les eaux fraiches, exemptes de pollution et bien oxygénées, du littoral jusqu’à 
2 000 m d’altitude.
L’espèce est réglementée :
Au niveau international : Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe (Convention de Berne): Annexe II.
Au niveau communautaire : Directive 92/43/CEE (Directive européenne dite Directive Habitats-Faune-Flore): Annexe IV.
Au niveau national : Arrêté du 8 janvier 2021 fixant la liste des amphibiens et des reptiles représentés sur le territoire métropolitain protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection : Article 2.
Au niveau régional : Arrêté du 28 juin 2021 relatif à la prévention de l’introduction et de la propagation des espèces animales exotiques envahissantes sur le territoire de La Réunion: Annexe 1.
La salamandre de Corse (Salamandra corsica) est une espèce endémique de Corse. Elle recherche les endroits frais et humides des forêts feuillues ou résineuses situées entre 300 et 1 800 m d’altitude.
 
L’espèce est réglementée :
Au niveau international : Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe (Convention de Berne): Annexe III.
Au niveau national : Arrêté du 8 janvier 2021 fixant la liste des amphibiens et des reptiles représentés sur le territoire métropolitain protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection : Article 3.
Au niveau régional : Arrêté du 28 juin 2021 relatif à la prévention de l’introduction et de la propagation des espèces animales exotiques envahissantes sur le territoire de La Réunion: Annexe 1.


I rettili (Cuppulate è sarpi acquatichi) 
 
E cuppulate : 
A tistughjine d’Auropa francotaliana (Emys orbicularis galloitalica)
 
In Francia, a tistughjine d’Auropa hè à oghje ghjornu prisente ind’è sette rughjoni : Corsica, Uccitania, Pruvenzia Alpe Costa Azzura, Nova Aquitania, Auvergna Ronu Alpe, Burgogna Franche-Comté è centru Val de Loire. 
 
A tistughjine d’Auropa conta 13 sottuspecie ; in Francia, un studiu geneticu hà mustratu l’esistenza di trè sottuspecie raprisentate sott’à quattru forme :
 
-Duie forme liate à un ceppu uriginariu d’Italia (ceppu galloitalica) prisente ind’u Meziornu Livante sott’à a forma Emys orbicularis galloitalica è in Corsica sott’à a forma Emys orbicularis lanzai
-Una liata à un ceppu uriginariu di u livante di l’Italia Emys orbicularis hellenica prisente in Camarga. 
-Una liata à un ceppu uriginariu di a Piaghja di u Danubu Emys orbicularis, prisente in u restu di u paese. 
In Corsica, a tistughjine fraquenta parechji tippi d’ambii innebrii di bassa altitudine : stagni, corsi d’acqua, padule d’acqua dolce à salmastra legera, puzzatelli permanenti è ancu tempurarii, foce di fiumi. E mudifiche è a destruzzione di u locu di vita anu purtatu una regressione è una frammentazione di a pupulazione. 
 
Specie esotiche :
A cuppulata di Flurida (Trachemys scripta elegans)
A cuppulata à macragne gialle (Trachemys scripta scripta)
A cuppulata culimbrina (Chelydra serpentina)
 
I sarpi (bisce acquatiche) :
A biscia à cullana di Corsica (Natrix natrix corsa) : endemica di Corsica
A biscia viperina (Natrix maura)
 
Les reptiles (Tortues et serpents aquatiques)
 
Les tortues :
La cistude d’Europe franco-italienne (Emys orbicularis galloitalica)
 
En France, la cistude d’Europe est actuellement présente dans sept régions : Corse, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire.
 
La cistude d’Europe compte 13 sous-espèces ; en France, une étude génétique a montré l’existence de trois sous-espèces représentées sous quatre formes :
- Deux formes attachées à une lignée originaire d’Italie (lignée galloitalica) présentes dans le Sud-Est sous la forme Emys orbicularis (galloitalica) galloitalica et en Corse sous la forme Emys orbicularis (galloitalica) lanzai.
- Une attachée à une lignée originaire de l’est de l’Italie Emys orbicularis hellenica présente en Camargue.
-  Une attachée à une lignée originaire de la Plaine du Danube Emys orbicularis orbicularis, présente dans le reste du pays.
 En Corse, la tortue cistude fréquente plusieurs types de milieux humides de basse altitude : étangs, cours d’eau, marais d’eau douce à légèrement saumâtre, mares permanentes et même temporaires, embouchures de fleuve. Les modifications et la destruction de son habitat ont entrainé une régression et une fragmentation de la population.


A specia hè regulamentata : 
À u livellu internaziunale : Cunvenzione rilativa à a cunservazione di a vita salvatica è di l’ambiu naturale di l'Europa (Cunvenzione di Berne) : Appicciu II.
À u livellu cummunitariu : (1) Direttiva 92/43/CEE (Direttiva europea detta Direttiva Abitati-Faunu-Flora) : Appicciu IV. (2) Direttiva 92/43/CEE (Direttiva europea detta Direttiva Abitati-Faunu-Flora) : Appicciu II.
À livellu naziunale : Arrestatu di l’8 di Ghjennaghju 2021 fissendu a lista di l’anfibi è di i rettili raprisentati annant’à u tarritoriu metrupulitanu prutetti annant’à l’inseme di u tarritoriu naziunale è e mudalità di a so prutezzione : Articulu 2. 
À u livellu regiunale : Arrestatu di u 28 di ghjugnu 2021 rilativu à a prevenzione di l’introduzzione è di a prupagazione di e specie animale esotiche invadente annant’à u tarritoriu di a Reunione : Appicciu 1.
 
 
L’espèce est réglementée :
Au niveau international : Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe (Convention de Berne): Annexe II.
Au niveau communautaire : (1) Directive 92/43/CEE (Directive européenne dite Directive Habitats-Faune-Flore): Annexe IV. (2) Directive 92/43/CEE (Directive européenne dite Directive Habitats-Faune-Flore): Annexe II.
Au niveau national : Arrêté du 8 janvier 2021 fixant la liste des amphibiens et des reptiles représentés sur le territoire métropolitain protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection : Article 2. Au niveau régional : Arrêté du 28 juin 2021 relatif à la prévention de l’introduction et de la propagation des espèces animales exotiques envahissantes sur le territoire de La Réunion : Annexe 1.

 
E specie esotiche :
 
A cuppulata di Flurida hè prisente ind’è tutte i rughjoni di Francia ancu in Corsica è custituisce una minaccia per a tistughjine d'Europa postu ch’ella occupa a stessa nichja eculogica. Sta specia hè raprisentata da trè sottuspecie. A trachemida à macragne rosse (Trachemys scripta elegans) è a trachemida à macragne gialle (Trachemys scripta scripta) sò prisente in Corsica. A trachemida di Troost (Trachemys scripta troostii) hè assente di l’isula. 
A cuppulata serpentina (Chelydra serpentina), hè una di e più grosse specie di cuppulate d’acqua dolce. D’urigine nord’americana, hè stata cummercializzata in Francia dopu à a diffesa di l’impurtazione di a cuppulata di Flurida in Europa in u 1997. Sta cuppulata, particularamente vurace, custituisce una vera minaccia per l’equilibriu di l’ambii naturali ch’ella fraquenta. 
 
Les espèces exotiques :
La tortue de Floride est présente dans toutes les régions de France dont la Corse et constitue une menace pour la cistude d’Europe car elles occupent la même niche écologique. Cette espèce est représentée par trois sous-espèces. La trachémyde à tempes rouges (Trachemys scripta elegans) et la trachémyde à tempes jaunes (Trachemys scripta scripta) sont présentent en Corse. La trachémyde de Troost (Trachemys scripta troostii) est absente de l’île.
La tortue serpentine (Chelydra serpentina), est une des plus grosses espèces de tortues d’eau douce. D’origine nord-américaine, elle a été commercialisée en France suite à l’interdiction de l’importation de la tortue de Floride en Europe en 1997. Cette tortue, particulièrement vorace, constitue une menace sérieuse pour l’équilibre des milieux naturels qu’elle fréquente.

 
I sarpi (bisce acquatiche) :
 
A biscia à cullana di Corsica (Natrix natrix corsa) hè un sarpu mezu acquaticu endemicu, chì campa vicinu à i corsi d’acqua, da u liturale sin’à 600 metri d’altitudine. 
 
A specia hè regulamentata : 
À u livellu internaziunale : Cunvenzione rilativa à a cunservazione di a vita salvatica è di l’ambiu naturale di l'Europa (Cunvenzione di Berne) : Appicciu II.
À u livellu cummunitariu : (1) Direttiva 92/43/CEE (Direttiva auropea detta Direttiva Abitati-Faunu-Flora) : Appicciu IV. 
À u livellu naziunale : Arrestatu di l’8 di Ghjennaghju 2021 fissendu a lista di l’anfibii è di i rettili raprisentati annant’à u tarritoriu metrupulitanu prutetti annant’à l’inseme di u tarritoriu naziunale è e mudalità di a so prutezzione : Articulu 2. 
À u livellu regiunale : Arrestatu di u 28 di ghjugnu 2021 rilativu à a prevenzione di l’introduzzione è di a prupagazione di e specie animale esotiche invadente annant’à u tarritoriu di a Reunione : Appicciu 1.

 Les serpents (couleuvres aquatiques) :
 
La couleuvre à collier de Corse (Natrix helvetica corsa) est un serpent semi-aquatique endémique, qui vit près des cours d’eau, du littoral jusqu’à 600 mètres d’altitude.
 
L’espèce est réglementée :
Au niveau international : Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe (Convention de Berne): Annexe III.
Au niveau communautaire : (1) Directive 92/43/CEE (Directive européenne dite Directive Habitats-Faune-Flore): Annexe IV.
Au niveau national : Arrêté du 8 janvier 2021 fixant la liste des amphibiens et des reptiles représentés sur le territoire métropolitain protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection : Article 2.
Au niveau régional : Arrêté du 28 juin 2021 relatif à la prévention de l’introduction et de la propagation des espèces animales exotiques envahissantes sur le territoire de La Réunion: Annexe 1.
 
A biscia viperina (Natrix maura) hè prisente in Africa di u Nordu, in Spagna, in Italia cumpresa a Sardegna. In Francia, a truvemu à u meziornu d’una linea Quimper-Belfort, chì piglia in contu a Corsica. 
 
A specia hè regulamentata : 
À u livellu internaziunale : Cunvenzione rilativa à a cunservazione di a vita salvatica è di l’ambiu naturale di l'Europa (Cunvenzione di Berne) : Appicciu II.
À u livellu naziunale : Arrestatu di l’8 di Ghjennaghju 2021 fissendu a lista di l’anfibii è di i rettili raprisentati annant’à u tarritoriu metrupulitanu prutetti annant’à l’inseme di u territoriu naziunale è e mudalità di a so prutezzione : Articulu 2. 
À u livellu regiunale : Arrestatu di u 28 di ghjugnu 2021 rilativu à a prevenzione di l’introduzzione è di a prupagazione di e specie animale esotiche invadente annant’à u territoriu di a Reunione : Appicciu 1.
 
La couleuvre vipérine (Natrix maura) est présente en Afrique du Nord, en Espagne, en Italie y compris la Sardaigne. En France, on la trouve au sud d’une ligne Quimper-Belfort, y compris en Corse.
 
L’espèce est réglementée :
Au niveau international : Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe (Convention de Berne): Annexe III.
Au niveau national : Arrêté du 8 janvier 2021 fixant la liste des amphibiens et des reptiles représentés sur le territoire métropolitain protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection : Article 2.
Au niveau régional : Arrêté du 28 juin 2021 relatif à la prévention de l’introduction et de la propagation des espèces animales exotiques envahissantes sur le territoire de La Réunion : Annexe 1.


L’invertebrati
 
U pupulamentu di l’invertebrati di l’acque currente di a Corsica hè caratterizatu da l’esistenza di difetti faunistichi numarosi è da un percentuale di specie endemiche assai altu. 
 
A cumpusizione specifica di a fauna di l’acque linde di Corsica (650 specie) hè una di e più povare d'Europa uccidentale. I corsi d’acqua di l’Alpe contanu circa 2 200 specie (guasgi 1 000 ind’è i Pirenei).
E lacune faunistiche sò d’impurtanze spare in a fauna, assai numarose ind’i Piecotteri, i Ditteri è i Triccotteri, menu prisente ind’è l’Effemerotteri, l’Odonate, i Culeotteri è l’Idracariani. 
 
 
Les invertébrés
 
Le peuplement d’invertébrés des eaux courantes de la Corse est caractérisé par l’existence de nombreuses lacunes faunistiques et un pourcentage d’espèces endémiques très élevé.
 
La composition spécifique de la faune des eaux douces de Corse (650 espèces) est une des plus pauvre d’Europe occidentale. Les cours d’eau des Alpes comptent près de 2 200 espèces (près de 1000 dans les Pyrénées).
Les lacunes faunistiques sont d’importances inégales dans la faune, très nombreuses chez les Plécoptères, les Diptères et les Trichoptères, moins marquées chez les Ephéméroptères, les Odonates, les Coléoptères et les Hydracariens.

 
L’esistenza di ste lacune faunistiche si spieca da u fattu chì e specie cuntinentale chì mancanu in Corsica ùn sò mai ghjunte in terra corsa. 
Infatti, u quaternariu hè statu u periudu induve a fauna è a flora di i rughjoni olartichi si sò diversificati u più. À st’epica, l’uscillazione climatiche maiò anu arrecatu spazziamenti di a fauna è di a flora nant’à spazii stesi, postu chì i tassoni seguitavanu tandu i prugressi è i ritiri di i ghjacciali. Sti scambii trà i sfarenti rughjoni anu inghjennatu, in Europa mezana, una richezza specifica tamanta. Invece, à a stessa epica, a Corsica hè firmata à u scartu di issi muvimenti faunistichi è floristichi postu ch’ella era scantata à livellu geugraficu, chì a deriva di u bloccu corsu sardu data di l’uligocenu miocenu (Terziariu).
 
L’existence de ces lacunes faunistiques s’explique par le fait que toutes les espèces continentales qui manquent en Corse n’ont jamais atteint l’île. 
En effet, le quaternaire a été la période où la faune et la flore des régions holarctiques se sont le plus diversifiées. A cette époque, les grandes oscillations climatiques ont provoqué des déplacements de faune et de flore sur de vastes étendues, car les taxons suivaient alors les avancées et les retraits des glaciers. Ces échanges entre les différentes régions ont abouti, en Europe moyenne, à une grande richesse spécifique. Or, à la même époque, la Corse est restée à l’écart de ces mouvements faunistiques et floristiques car elle était déjà géographiquement isolée, la dérive du bloc corso-sarde datant de l’oligocène-miocène (Tertiaire).
 

A fauna acquatica di Corsica hè caratterizata da un percentuale di specie endemiche assai altu. Esistenu in Auropa trè centri maiò d’endemisimu per a fauna di l’acque currente : u Caucase, a pruvincia Tirrenia (chì include l’Italia penisulare, a Sicilia, a Sardegna è a Corsica) è a Penisula Iberica. 
Incù guasgi 200 specie endemiche, a fauna di a Corsica rinchjude, capita a poca supercifia di l’isula, a più forte cuncentrazione d’endemichi d’Auropa. A singularità di l’entomoidrofauna hè marcata di modu sparu in i sfarenti gruppi. In Corsica, i Piecotteri, i Triccotteri et les Ditteri Biefaroceridi anu u percentuale di specie endemiche u più forte. 
L’endemisimu si sprime in primu locu in e cummunità di e surgente è in i pupulamenti di u corsu supranu di i fiumicelli duve a parte d’endemisimu avvicina i 60%. U biotopu di e surgente custituisce un aggrottu è adunisce e cundizione favurevule à a sopravivenza di l’anziane specie. 
 
 
La faune aquatique de Corse est caractérisée par un pourcentage d’espèces endémiques très élevé. Il y a en Europe trois grands centres d’endémisme pour la faune des eaux courantes : le Caucase, la province Tyrrhénienne (qui comprend l’Italie péninsulaire, la Sicile, la Sardaigne et la Corse) et la Péninsule Ibérique.
Avec près de 200 espèces endémiques, la faune de Corse renferme, compte tenu de la faible superficie de l’île, la plus forte concentration d’endémiques d’Europe. L’originalité de l’entomohydrofaune est inégalement marquée dans les divers groupes. En Corse, les Plécoptères, les Trichoptères et les Diptères Blépharocérides renferment le plus fort pourcentage d’espèces endémiques.
L’endémisme se manifeste principalement dans les communautés des sources et dans les peuplements du cours supérieur des rivières où le taux d’endémisme approche 60 %. Le biotope des sources constitue un refuge et réunit les conditions favorables à la survivance d’espèces anciennes.


A maiò parte di l’invertebrati acquatichi facenu e tappe larvarie è ninfale in l’acqua è a tappa adulta (imagò) in l’ambiu aereu. 
 
U faunu di i fiumicelli prisenta adattazione à u currente ; sò di dui tippi : (i) etulogicu, aggrundendusi sott’à e petre è (ii) murfulogiche (appianera dorso ventrale, grinfie, crocchi, pseudopodi, ventose, tracarcu di i foderi). 
 
 
La majorité des invertébrés aquatiques réalisent les stades larvaire et nymphal dans l’eau et le stade adulte (imago) dans le milieu aérien.
 
La faune des rivières présente des adaptations au courant ; elles sont de deux types : (i) éthologique, en s’abritant sous les pierres et (ii) morphologique (aplatissement dorso-ventral, griffes, crochets, pseudopodes, ventouses, surcharges des fourreaux).

 
 
In un corsu d’acqua, i vegetali acquatichi (alghe è macrufiti) ùn portanu chè una parte più o menu debbule di e sustenze urganiche necessarie à l’inseme di i cunsummatori. St’ecosistema riceve l’essenziale di a so energia primaria da a cuprendula vegetale à l’intornu (boscu fiumarecciu è vegetazione di  a grande barriera) è forse di sbarsi urganichi vari. 
E fronde in scumpusizione custituiscenu l’alimentazione di prima trinca di l’Invertebrati acquatichi detritivori (i frammentori) chì s’attaccanu à i pisticci vegetali, trasfurmenduli in pisticciuli. A presenza di culunie di microurganisimi facenu cresce u valore nutritivu di sta materia urganica. 
L’elementi fini chì risultanu di issa frammentazione ghjovanu di manghjusca à l’urganisimi cullettori chì l’ottenenu, sia per via di a filtrazione di e particule in suspesa ind’è l’acqua, sia per via di a racolta di l’elementi fini dipusitati da u sustrattu.
Una categuria propiu specializata d’Invertebrati qualificati di raschjoni di sustrattu o di modu più generale di pascitori, manghja alghe epilitiche (Diatome).
L’Invertebrati predatori è parasiti si nutriscenu à dannu di i frammentori, di i cullettori è di i pascitori. 
I Salmonidi cum’è a truita sò, frà i pesci, i predatori di l’Invertebrati acquatichi.
 
Dans un cours d’eau, les végétaux aquatiques (algues et macrophytes) n’apportent qu’une partie relativement faible des substances organiques nécessaires à l’ensemble des consommateurs. Cet écosystème reçoit l’essentiel de son énergie primaire du couvert végétal environnant (ripisylve et végétation du bassin versant) et éventuellement de divers rejets organiques.
Les feuilles en décomposition constituent l’alimentation de base des Invertébrés aquatiques détritivores (les fragmenteurs) qui s'attaquent aux gros débris végétaux, les transformant en débris plus fins. La présence de colonies de microorganismes augmente la valeur nutritive de cette matière organique.
Les éléments fins résultant de cette fragmentation servent de nourriture aux organismes collecteurs qui les obtiennent, soit par filtration des particules en suspension dans l’eau, soit par récolte des éléments fins déposés sur le substrat.
Une catégorie très spécialisée d’Invertébrés qualifiés de racleurs de substrat ou plus généralement de brouteurs, se nourrit d’algues épilithiques (Diatomées).
Les Invertébrés prédateurs et parasites s'alimentent aux dépens des fragmenteurs, des collecteurs et des brouteurs.
Les Salmonidés comme la truite sont, parmi les poissons, les prédateurs des Invertébrés aquatiques.


E curiosità
A medusa d’acqua linda (Craspedacusta sowerbyi)
Uriginaria di China (fiume Yangsté Kiang), hè censata in 1880, in Ingliterra in un pozzu d’un ortu botanicu. Hè stata traspurtata azzingata à e piante acquatiche trupicale spurtate in Ingliterra frà e quale a ghjacinta d’acqua. In u 1928, hè prisenta fora di i pozzi, ind’è piani d’acqua inglese. Oghje, hà culunizatu i 5 cuntinenti per via di u marcatu di e piante d’acquariu. 
In Francia, affacca in u 1962, à u lagu Léman, eppo in u 1990 à u lagu d’Annecy. Affacca in Corsica in u 2009 ind’è e ritenute di i matrali di Teppe Rosse è di Coti Chjavari. 

Les curiosités
La méduse d’eau douce (Craspedacusta sowerbyi)
Originaire de Chine (fleuve Yangtsé Kiang), elle est inventoriée en 1880, en Angleterre dans le bassin d’un jardin botanique. Elle a été transportée accrochée aux plantes aquatiques tropicales importées en Angleterre dont la jacinthe d’eau. En 1928, elle est présente à l’extérieur des bassins, dans des plans d’eau anglais. Aujourd’hui elle a colonisé les 5 continents grâce au marché des plantes d’aquarium.
En France elle apparaît en 1962, au lac Léman, puis en 1990 au lac d’Annecy. En 2009 elle apparaît en Corse dans les retenues des barrages de Teppe Rosse et de Coti-Chiavari.

 
I tardigradi
I tardigradi si scontranu ind’è l’acque linde, salmastre è salite ma ancu ind’è l’ambii terrestri umbuli. A fauna acquatica di Corsica conta 19 specie di tardigradi. E famiglie e più raprisentate sò l’Echiniscidi è l’Issibidi. St’urganisimi chjuchissimi (trà 0,05 mm è 1,2 mm) si nustriscenu per a maiò parte d’erba bambina è d’alghe filamentose, qualchì specia scarsa hè carnivora. 
I tardigradi resistenu à e temperature streme, da -272°C à +150°C. Certi sò ancu sempre vivi dopu à una surtita ind’u spaziu, durante una missione urbitale russia, resistendu cusì à u viotu spaziale è à i raghji UV.
St’animali ponu entre pian pianinu in vita, a crittobiosa, per via d’una desidratazione avanzata. Per ciò chì tocca à stu fenomenu biologicu, l’acqua hè rimpiazzata da un « contraghjelu biologicu » cumpostu di zuccaru. I tardigradi anu a facultà di mette in opera prucessi di reparazione di l’ADN. U sequenzagiu genomicu di stu animale apre perspettive interessante frà e quale prugrammi di ricerca annant’à u mecanisimu di reparazione di l’ADN è a carcinogenesa ind’è l’umanu. 
Les tardigrades
Les tardigrades se rencontrent dans les eaux douces, saumâtres et salées mais aussi dans les milieux terrestres humides. La faune aquatique de Corse compte 19 espèces de tardigrades. Les familles les plus représentées sont les Echiniscidaeet les Hypsibiidae. Ces organismes de très petite taille (entre 0,05 mm et 1,2 mm) se nourrissent essentiellement de mousses et d’algues filamenteuses, quelques rares espèces sont carnivores.
Les tardigrades résistent aux températures extrêmes, de - 272°C à + 150°C. Certains ont même survécu à une sortie dans l'espace, au cours d’une mission orbitale russe, résistant ainsi au vide spatial et au rayonnent UV.
Ces animaux peuvent entrer en vie ralentie, la cryptobiose, grâce à une déshydratation poussée. Dans ce phénomène biologique, l’eau est remplacée par un « antigel biologique » à base de sucre.
Les tardigrades ont la faculté de mettre en œuvre des processus de réparation de l’ADN. Le séquençage génomique de cet animal ouvre des perspectives intéressantes notamment dans les programmes de recherche sur les mécanismes de réparation de l'ADN et la carcinogenèse chez l’humain.

 
I molluschi 
« Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés » eccu u principiu di a canzona intitulata « La Madrague », cantata da Brigitte Bardot in u 1963, scritta da Jean-Max Rivière è cumposta da Gérard Bourgeois. I molluschi (e cunchiglie) è i crustacei parenu dunque infeudati à l’ambiu marinu. 
Ind’è l’acque linde di Corsica, 36 specie di molluschi sò state inventuriate. 5 sò endemiche.
Ci hè ancu un musculu d’acqua linda (Unio elongatulus) in u corsu inferiore di u Tavignanu.
 
Les mollusques
« Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés » c’est ainsi que commence la chanson intitulée « La Madrague », chantée par Brigitte Bardot en 1963, écrite par Jean-Max Rivière et composée par Gérard Bourgeois. Les mollusques (les coquillages) et les crustacés semblent donc inféodés au milieu marin.
Dans les eaux douces de Corse, 36 espèces de mollusques ont été inventoriées dont 5 sont endémiques.
Il y a même une moule d’eau douce (Unio elongatulus) dans le cours inférieur du Tavignanu.


I crustacei
Stu gruppu faunisticu hè raprisentatu da 6 specie frà 4 endemiche. Ci vole à mintuvà a prisenza di duie specie introdute : u gambaru à zampe bianche (Austropotamobius pallipes) è u gambaru americanu (Faxonius limosus). St’ultima hè scritta annant’à a lista di e specie esotiche chì invadiscenu l’Unione Europea di modu preoccupante. Infatti, u gambaru americanu raprisenta una minaccia per e specie indigene sia per cumpetizione, sia per trasmissione di a pesta di i gambari, una affezzione micosica chjamata affamicosa, chì ne hè un purtatore sanu. Di più, rende debule e dighe è e sponde svarangunendu tanne prufonde, una minaccia per l’opare idrauliche. 

Les crustacés
Ce groupe faunistique est représenté par 6 espèces dont 4 endémiques. Il faut signaler la présence de deux espèces introduites : l’écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) et l’écrevisse américaine (Faxonius limosus). Cette dernière est inscrite sur la liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union Européenne. En effet, l’écrevisse américaine représente une menace pour les espèces indigènes soit par compétition, soit par transmission de la peste des écrevisses, une affection mycosique appelée aphanomycose, dont elle est un porteur sain. De plus elle fragilise les digues et les berges en creusant de profonds terriers, une menace pour les ouvrages hydrauliques.

 
I pianari, varmi immurtali
I pianari sò varmi piatti acquatichi (Plathelminthes), sò raprisentati ind’è l’acque linde di Corsica da trè specie endemiche : Crenobia alpina corsica endemica di Corsica, Dugesia Benazii endemica di Corsica, di Sardegna è d’Italia penisulare ; Dugesia mediterranea endemica di Corsica, Sardegna, Sicilia è Spagna. St’urganisimi anu a facultà di regenerà ogni parte ferita di u so corpu è ancu d’un individuu cumplettu à partesi d’un pezzucciu di u so corpu. Studi recenti anu mustratu chì stu prucessu di regenerazione hè rettu da e cellule solche pluriputente, chjamate « neuplasti ». U risultatu di ste ricerche apre perspettive, per l’Omu, annant’à a riginerera di i tissuti è di e cellule, è u mantenimentu di e funzione vitale bench’ella esiste a senescenza. 
 
Les planaires, des vers immortels
Les planaires sont des vers plats aquatiques (Plathelminthes), ils sont représentés dans les eaux douces de Corse par trois espèces endémiques : Crenobia alpina corsica endémique de Corse, Dugesia benazzii endémique de Corse, de Sardaigne et d’Italie péninsulaire ; Dugesia mediterranea endémique de Corse, Sardaigne, Sicile et Espagne.
Ces organismes ont la faculté de régénérer n’importe quelle partie endommagée de leur corps et même un individu complet à partir d’un fragment de leur corps.
Des études récentes ont montré que ce processus de régénération est régi par des cellules souches pluripotentes appelées « néoblastes ». Le résultat de ces recherches ouvre des perspectives, pour l’Homme, sur la régénérescence des tissus et des cellules, et le maintien des fonctions vitales malgré la sénescence.

 
 
U gurdianu di Corsica un parasitu manipulatore
U gurdianu di Corsica (Gordionus cyrnensis) hè un vermu parasitu micca semmentatu à u corpu cilendricu (crucivia di i nematomorfi). S’inturnieghja  annant’à ellu stessu furmendu un veru « nodu gurdianu », da quì tene u so nome. À u statu di larva u parasitu si sviluppa in u copru d’un insettu terrestru ortutteru (sanmartina, saltarinu, grillu) o culeotteru. U gurdianu maneghja u cumpurtamentu di l’oste ch’ellu punta versu u succidiu annigendusi per ritruvà u so ambiu di riproduzzione. In l’ambiu acquaticu, parasiteghja prima vertebrati acquatichi cum’è i batracini o i pesci, eppo e larve d’invertebrati acquatichi cum’è i triccotteri à foderi (portilegnu). A larva parasitata di triccotteri si trasfurmeghjanu in ninfa (acquatica) eppo in adultu terrestru (aerianu) chì serà manghjatu da un grillu o un coleotteru. Cusì si realizeghja u ciculu biologicu di u gurdianu. 
 
 
Le gordien de Corse un parasite manipulateur
Le gordien de Corse (Gordionus cyrnensis) est un vers parasite non-segmenté au corps cylindrique (embranchement des nématomorphes). Il s’enroule sur lui-même formant un véritable « nœud gordien » d’où son nom.
À l’état larvaire le parasite se développe dans le corps d’un insecte terrestre orthoptère (sauterelle, criquet, grillon) ou coléoptère. Le gordien manipule le comportement de l’hôte qu’il pousse au « suicide » par noyade afin de retrouver son milieu de reproduction.
Dans le milieu aquatique il parasite dans un premier temps des vertébrés aquatiques comme les batraciens ou les poissons ; dans un second temps des larves d’invertébrés aquatiques comme les trichoptères à fourreau (porte-bois). La larve parasitée de trichoptère se transforme en nymphe (aquatique) puis en adulte terrestre (aérien) qui sera dévoré par un grillon ou un coléoptère. Le cycle biologique du gordien est ainsi réalisé.


L’Idracariani, regulatori di e pupulazione di e zinzale
 
L’acariani acquatichi sò arannichi (chì i raprisententi i più cunnisciuti sò carantuli è scurpioni) parasiti o predatori di larve acquatiche d’insetti chì i ditteri ne facenu parte (zinzale è altri).
Ind’è l’acque linde di l’isula, si conta guasgi 70 specie frà e quale 41 sò endemiche à a Corsica. U pupulamentu hè duminatu da i Gennari Torrenticola è Igrupati
St’urganisimi acquatichi sò prisentati annant’à l’inseme di a rete idrografica, da a surgente à a foce di i corsi d’acqua. Fraquentanu l’acque currente (corsi d’acqua) ma dinò l’acque impuzzate in piaghja (corsu inferiore di i fiumicelli, stagni, puzzatelli tempurari) è in muntagna (lavi d’altitudine). 
Rammintemu chì e zinzale sò vettori di malaria, di u chikungunya, di a denga, di a zika…
 
 
Les Hydracariens, régulateur des populations de moustiques
Les acariens aquatiques sont des arachnides (dont les représentants les plus connus sont les araignées et les scorpions) parasites ou prédateurs de larves aquatiques d’insectes dont les diptères (moustiques et autres).
Dans les eaux douces de l’île, on compte près de 70 espèces dont 41 sont endémiques à la Corse. Le peuplement est dominé par les genres Torrenticola et Hygrobates.
Ces organismes aquatiques sont présents sur l’ensemble du réseau hydrographique, de la source à l’embouchure des cours d’eau. Ils fréquentent non seulement les eaux courantes (cours d’eau) mais aussi les eaux stagnantes en plaine (cours inférieur des rivières, étangs, mares temporaires) et en montagne (lacs d’altitude).
Rappelons que les moustiques sont le vecteur du paludisme, du chikungunya, de la dengue, de zika…


A flora acquatica : macrofiti è microalghe
 
I macrofiti : sò grandi vegetali acquatichi. Sò prisenti ind’è parechje imbrancamenti è gruppi vegetali. 
Ind’è i Spermatofitti (piante à grane) si pò mintuvà i potamò (Potamogeton sp.), 13 specie sò prisente in Corsica. 
Ind’è i Pteridofiti (filette, erbe pinnine è licupodi), si ritene a pillulare minuta (Pilularia minuta). 
Ind’è i Briufiti (erbe bambine, epatiche è antocerote), u gennaru Fontinalis hè raprisentatu in Corsica da 3 specie. 
Ind’è e microalghe, vale à dì quelle visibile è identifichevule da l’ochju umanu annant’à u terrenu, si pò mintuvà i gennari Cladophora è Chara
 
I macrofiti ponu esse classificati second’à 2 gruppi : l’elufiti è l’idrofiti
 
 
La flore aquatique : macrophytes et microalgues
 
Les macrophytes : sont des grands végétaux aquatiques. Ils sont présents dans plusieurs embranchements et groupes végétaux. 
Chez les Spermatophytes (plantes à graines) on peut citer les potamots (Potamogeton sp.), 13 espèces sont présentent en Corse.
Chez les Ptéridophytes (fougères, prêles et lycopodes) on retiendra la pilulaire menue (Pilularia minuta.).
Chez les Bryophytes (mousses, hépatiques, et anthocérotes), le genre Fontinalis est représenté en Corse par 3 espèces.
Chez les macroalgues, c’est-à-dire celles visibles et identifiables à l’œil nu sur le terrain, on peut citer les genres Cladophora et Chara.
 
Les macrophytes peuvent être classés en 2 groupes : les hélophytes et les hydrophytes.

 
 
L’elufiti sò vegetali emersi chì supportanu una immersione parziale. Si chjamanu ancu piante di a billotta o piante anfibie o anfifite.
E specie e più cumune sò : Phragmites australis (Canna), Typha latifolia (Baina à larghe fronde), Scirpus lacustris(Ghjoncu di i carricaghji), Juncus acutus (Vinculu à tepali pinzuti), Osmunda regalis (Filgastrellu), Nasturtium officinale (Criscione di funtana), Mentha aquatica (Menta acquatica) et Carex nigra (Sisicciu scuru).
 
 
Les hélophytes sont des végétaux émergés qui supportent une immersion partielle. On les appelle aussi plantes de la vase ou plantes amphibies ou amphiphytes.
Les espèces les plus communes sont : Phragmites australis (Roseau), Typha latifolia (Massette à larges feuilles), Scirpus lacustris (Jonc-des-chaisiers), Juncus acutus (Jonc à tépales pointus), Osmunda regalis (Osmonde royale), Nasturtium officinale (Cresson de fontaine), Mentha aquatica (Menthe aquatique) et Carex nigra (Laîche sombre).


L’idrofiti sò vegetali immersi o undighjanti.
Stu gruppu di macrofiti si cumpone di 4 tippi :
(i) Idrofiti summersi fissati cumpletamente immersi
(ii) Idrofiti summersi fissati à fronde undighjante
(iii) Idrofiti libari undighjanti di sopra
(iv) Idrofiti libari undighjanti immersi 
Les hydrophytes sont des végétaux immergés ou flottants.
Ce groupe de macrophytes se compose de 4 types :
  1. Hydrophytes submergées fixées totalement immergées
  2. Hydrophytes submergées fixées à feuilles flottantes
  3. Hydrophytes libres flottantes de surface
  4. Hydrophytes libres flottantes immergées.
 
Idrofiti summersi fissati cumplettamente immersi
Elodea canadensis (Eludea di u Canada o pesta d’acqua) : prisente in i corsi inferiore di i fiumicelli, stu Alien (specia esotica), hè forse « scappatu » di l’acquari.
 
Idrofiti summersi fissati à fronde undighjante
Nymphea alba (Nenufaru biancu) : specia prisente à a foce d’unipochi di corsi d’acqua è à u lavu di Crenu, forse traspurtati (« aeropurtati ») da u grebe castagnosu (Tachybaptus ruficollis), acellu nichjatore ind’a caniccia di u lavu. 
 
I patamò : 13 specie sò prisentate ind’è l’idrosistemi di Corsica (corsi d’acqua, stagni, canali, pozzini). E specie e più raprisentate sò : Potamogeton natans (Potamò chì nota), Potamogeton pectinatus (Potamò pitturatu), Potamogeton pusilus (Potamò magrunchjinu o di Palerma).
 
Hydrophytes submergées fixées totalement immergées
Elodea canadensis (Elodée du Canada ou peste d’eau) : présente dans le cours inférieur des rivières, cet alien (espèce exotique), s’est probablement « échappé » des aquariums.
 
Hydrophytes submergées fixées à feuilles flottantes
Nymphaea alba (Nénuphar blanc) : espèce présente à l’embouchure de quelques cours d’eau et au lac de Crenu, probablement transporté (« aéroporté ») par le grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), oiseau nicheur dans la roselière du lac.
 
Les potamots : 13 espèces sont présentes dans les hydrosystèmes de Corse (cours d’eau, étangs, canaux, tourbières). Les espèces les mieux représentées sont : Potamogeton natans (Potamot nageant), Potamogeton pectinatus (Potamot pectiné), Potamogeton pusilus (Potamot fluet ou de Palerme).


Idrofiti libari undighjanti di sopra
Sarramure : Lemna minor (Piccula linticula) et Lemna gibba (Linticula d’acqua goba).
 
Idrofiti libari undighjanti immersi
Utricularia australis (Urticulariu australe)
 
Hydrophytes libres flottantes de surface
Les lentilles d’eau : Lemna minor (Petite lenticule) et Lemna gibba (Lenticule d’eau bossue).
 
Hydrophytes libres flottantes immergées
Utricularia australis (Utriculaire australe)

 
I macrofiti è i sapè naturalisti populari
 
E piante acquatiche sò spessu state aduprate in e farmacupee tradiziunale (Grechi, Rumani, erburisti auropei…).
Hippocrate (-460, -377) prescrivia u rizomu di l’acora o canna udurante (Acorus calamus) per curà e malatie di l’ochju, l’indigestione, e pene di denti, i rifreddori, a tossa è a frebba. 
L’oliu essenziale di l’acora (canna udurante) hè aduprata da l’Egittu è da l’India per curà e malatie di pelle, a tossa, l’asima è e marroide. E radiche di stu macrofitu anu prupietà vaculative è diuretiche. 
A medicina tradiziunale Chinese è giapunese aduprava i rizomi siccati di 2 specie di nenufaru (Nuphar japonicum è Nuphar pumila) per e so pruprietà toniche, emustatiche è diuretiche. 
In Francia, u rizomu di u nenufaru giallu (Nuphar lutea) curava l’affezzione di a pelle : zingature d’insetti, colpi di sole, brusgiature superficiale…
À u Soudan, e radiche è a fronde di a lottula d’Egittu o lottula turcata (Nymphaea lotus) sò aduprati per trattà a disenteria è i tumori. Dinù per e so prupietà antibatteriane. 
 
 
Les macrophytes et les savoirs naturalistes populaires
 
Les plantes aquatiques ont été fréquemment utilisées dans les pharmacopées traditionnelles, (Grecs, Romains, herboristes européens…).
Hippocrate (- 460, - 377) prescrivait le rhizome de l’acore ou roseau odorant (Acorus calamus) pour soigner les maladies de l’œil, les indigestions, les maux de dents, les refroidissements, la toux et la fièvre.
L’huile essentielle de l’acore (roseau odorant) est utilisée en Egypte et en Inde pour soigner des maladies de la peau, la toux, l’asthme et les hémorroïdes. Les racines de ce macrophyte ont des propriétés laxatives et diurétiques.
La médecine traditionnelle chinoise et japonaise utilisait les rhizomes séchés de 2 espèces de nénuphar (Nupharjaponicum et Nuphar pumila) pour leurs propriétés tonique, hémostatique et diurétique.
En France, le rhizome du nénuphar jaune (Nuphar lutea) soignait les affections de la peau : piqûres d’insectes, coups de soleil, brûlures superficielles …
Au Soudan, la racine et la feuille du lotier d'Égypte ou lotus tigré (Nymphaea lotus) sont utilisées pour traiter la dysenterie et les tumeurs. Ainsi que pour ses propriétés antibactériennes.


In Corsica : 
U criscione di funtana era cunsummatu crudu in insalata o cottu in a suppa è a torta à l’arbe. Ma era dinù adupratu per curà e malatie di pelle.
A menta acquatica era adupratu in a preparazione di suppe, torte à l’arbe, fritelle, frittata. 
I ghjonchi cuntribuiscenu à a fabricazione di e fattoghje è di e nasse di piscadori.
A salga o vetricia porpura ghjove à fà e sporte.
En Corse :
Le cresson de fontaine était consommé cru en salade ou cuit dans la soupe et la tarte aux herbes. Mais il était aussi utilisé pour soigner les maladies de peau.
La menthe aquatique était utilisée dans la préparation de soupe, tarte aux herbes, beignets, omelette. 
Les joncs contribuent à la fabrication des formes à fromage et des nasses de pêcheurs.
L’osier ou saule pourpre sert à confectionner des paniers.

 
E ghjussie : piante invasore in Francia è in u rughjone mediterraneu (è ancu in Corsica)
 
Ludwigia palustris hè una specia di ghjussia chì hè prisente in un rughjone geugraficu assai largu. Hè prisente in Francia cuntinentale è in Corsica in i stagni è i fiumicelli. Sta specia ùn pone nisun prublema particulare. 
Ma Ludwigia palustris hè una pianta invasore chì inghjenna scomudi gravi in l’ecosistemi acquatichi. Sta specia, uriginaria d’America Suttana, hè stata introduta di modu accidentale versu u 1830 in u rughjone di Montpellier. Dapoi, hà culunizatu a Francia sana, a prima usservazione in Corsica (in Figari, Corsica Suttana) data di 2007. 
L’erbaghji foltri è stesi inghjennanu :
(i) Una calata di a biodiversità (cumpetizione incù a flora indigena) ;
(ii) Una mudifica di a fisico chimica di l’acque ;
(iii) Una perturbazione idrolica (scurrimentu)
U Cunservatoriu Butanicu Naziunale di Corsica (CBNC), serviziu di l’Ufficiu di l’Ambiu, hè ingagiatu in una strattegia di lotta contru à e specie invasive in generale è a ghjussia in particulare.
 
Les jussies: des plantes envahissantes en France et dans la région méditerranéenne (y compris en Corse)
 
Ludwigia palustris est une espèce de jussie qui a une vaste répartition géographique. Elle est présente en France continentale et en corse dans les étangs et les rivières. Cette espèce ne pose pas de problème particulier.
Mais Ludwigia peploides est une plante envahissante qui provoque de graves nuisances dans les écosystèmes aquatiques. Cette espèce, originaire d’Amérique du Sud, a été introduite accidentellement vers 1830 dans la région de Montpellier. Elle a depuis coloniser toute la France, la première observation en Corse (à Figari, Corse du Sud) date de 2007.
Les herbiers denses et étendus entrainent :
  1. Une baisse de la biodiversité (compétition avec la flore indigène) ;
  2. Une modification de la physico-chimie des eaux ;
  3. Une perturbation hydraulique (écoulement).
Le Conservatoire Botanique National de Corse (CBNC), service de l’Office de l’Environnement, est engagé dans une stratégie de lutte contre les espèces invasives en général et la jussie en particulier.

E microalghe
 
Ind’è l’ambii acquatichi, e microalghe occupanu dui cumpartimenti : a culonna d’acqua è u sedimentu (fondu). L’alghe di piena acqua custituiscenu u filoplantonnu, l’alghe fissate annant’à u fondu (alghe bentiche o epilettiche) cumponenu u perifitonu. 
 
E microalghe in i corsi d’acqua 
 
In i corsi d’acqua di Corisca avemu invinturiatu circa 280 specie di microalghe. E Diatomoficee sò e più raprisentate incù guasgi 70% di specie ricense ; i gennari Navicula è Nitzschia supraneghjanu u pupulamentu diatomicu. 
Per numarosi corsi d’acqua d’Auropa meridiunale, u numaru di specie hè veramente inferiore. 
 
E microalghe in i lavi d’altitudine
 
Per l’inseme di i lavi ch’è no avemu studiatu, circa 150 specie d’alghe, filoplantonniche è perifitiche, sò state inventuriate.
Incù circa 130 specie, e Cloroficee è e Diatomoficee supraneghjanu u pupulamentu algalu. U svilippu d’una flora ricca in Diatumee testimugneghja di a prisenza di silice ind’è l’acque. A cummunità fitoplantonnica hè di più diversificata chè quella epilitica. 
Ind’è i lavi di Melu è Ninu, a pruliferazione di sianobatterie durante u periudu d’istatina hè testimoniu d’una polluzione in leia cù a soprafraquentazione di i siti.
 
Les microalgues
 
Dans les milieux aquatiques, les microalgues occupent deux compartiments : la colonne d’eau et le sédiment (fond). Les algues de pleine eau constituent le phytoplancton, les algues fixées sur le fond (algues benthiques ou épilithiques) composent le périphyton.
 
Les microalgues dans les cours d’eau
 
Dans les cours d’eau de Corse nous avons inventorié près de 280 espèces de microalgues. Les Diatomophycées sont les mieux représentées avec près de 70% des espèces recensées ; les genres Navicula et Nitzschia dominent le peuplement diatomique.
Pour de nombreux cours d’eau d’Europe méridionale, le nombre d’espèces est nettement inférieur.

 
Les microalgues dans les lacs d’altitude
 
Pour l’ensemble des lacs que nous avons étudié, près de 150 espèces d’algues, phytoplanctoniques et periphytiques, ont été inventoriées.
Avec près de 130 espèces, les Chlorophycées et les Diatomophycées dominent le peuplement algal. Le développement d’une flore riche en Diatomées atteste de la présence de silice dans les eaux. La communauté phytoplanctonique est plus diversifiée que celle épilithique.
Dans les lacs de Melu et Ninu, la prolifération de cyanobactéries pendant la période estivale témoigne d’une pollution en relation avec la surfréquentation des sites.

 
E microalghe ind’è e ritinute artificiale 
 
Ind’è e ritinute di i lavi artificiali studiati, più di 200 specie sò state rilevate, e Diatomoficee è e Cloroficee sò i gruppi duminanti durante a maiò parte di u ciculu annuale. 
Durante u periudu estivale, si rimarca un bloom fitoplantonnicu o efflurescenza fitoplantonnica chì hè u risultatu di a pruliferazione di e sianobatterie chì raprisenta più di 90% di e microalghe prilevate. 
 
Les microalgues dans les retenues artificielles
 
Dans les retenues des lacs artificiels étudiés, plus de 200 espèces ont été relevées, les Diatomophycées et les Chlorophycées sont les groupes dominants durant une très grande partie du cycle annuel.
Pendant la période estivale, on note un bloom phytoplanctonique ou efflorescence phytoplanctonique qui résulte de la prolifération des cyanobactéries qui représente plus de 90% des microalgues prélevées.


E sianobatterie 
 
E sianobatterie, ancu chjamate sianoficee, sò procarioti autotrofi, classificate d’un puntu di vista sistematicu in u regnu di l’eubatterie. Sti microurganisimi si sfarenzieghjanu di e batterie per via di a prisenza di clorofilla a, è di pigmenti accessori. 
 
E sianobatterie sò prisente di modu naturale in numaru ristrettu in ogni locu in u mondu, è ind’è guasgi tutti l’ambii, ancu i più periculosi. In ogni locu acquicciosu, ci ponu esse sianobatterie. 
 
A pruliferazione di e sianobatterie hè a cunsequenza d’un’incroccula trà e so adattazione è i so fattori ambientali. ‘Ssi fattori sò di modu principale : 
-       Un’impurtante cuncentrazione ind’è l’ambii di fosfora ;
  • Una bona stabilità di a culonna d’acqua ; 
-       Una timperature alta di l’acqua.
U sviluppu di e sianobatterie pò avè una cunsequenza annant’à a qualità di l’acqua, postu chì certe sianobatterie anu a capacità di produce tussine chjamate sianotussine. 
 
Les cyanobactéries
 
Les cyanobactéries, également appelées cyanophycées, sont des procaryotes autotrophes, classées d’un point de vue systématique dans le règne des Eubactéries. Ces micro-organismes se distinguent des bactéries par la présence de chlorophylle a, et de pigments accessoires.
 
Les cyanobactéries sont naturellement présentes en petit nombre partout dans le monde, et dans pratiquement tous les milieux, même les plus extrêmes. Partout où il y a de l’eau, il peut y avoir des cyanobactéries.
 
La prolifération des cyanobactéries est la conséquence d’une combinaison entre leurs adaptations et les facteurs environnementaux. Ces facteurs sont principalement :
            - une importante concentration dans le milieu de phosphore ;
            - une bonne stabilité de la colonne d’eau
            - une température élevée de l’eau.
 
Le développement des cyanobactéries peut avoir une incidence sur la qualité de l’eau, car certaines cyanobactéries possèdent la capacité à produire des toxines appelées cyanotoxines.



 




 
 




 
 





 









 

Pàgina 202/203
Page 202/203

VIII. A vegetazione terrestra di l’idrosistemi
         A. E fureste alluviale è i boschi fiumarecci

 VIII. La végétation terrestre des hydrosystèmes
          A. Les forêts alluviales et les ripisylves


Una furesta alluviale hè una furmazione buscosa annant’à alluvioni, in leia incù a sciappa acquifera suttana, sottumessa à l’influenza di e fiumare. 
Un boscu fiumarecciu, chjamatu dinò furesta riparia, hè un ecosistema di furesta duminatu da l’essenze lignose (arburi) chì bordanu u piuvale d’un corsu d’acqua. 
E fureste alluviale è i boschi fiumarecci prisentanu duie categurie d’essenze legnose : e legne tennere (vetricia, alzu, piopu) è e legne dure (Leccia, frassu, aceru).
L’inseme cumpostu da corsi d’acqua è l’arburi custituisce un « ecocumplessu » vale à dì un inseme d’ecosistemi interattivi. 
 
E fureste alluviale è i boschi fiumarecci anu un rollu impurtante ind’è : (i) a furmazione di e tarre ind’è e piaghje alluviale ; (ii) u cuntrollu di i flussi di surfacia è sutterranii ; (iii) u trasportu di sedimenti è di materie urganiche roze ; (iv) a filtrazione di a pulluzione cuntribuendu à u putere autoepuratore di i corsi d’acqua. 

Une forêt alluviale est une formation boisée sur alluvions, en relation avec la nappe phréatique sous-jacente, soumise à l’influence des crues.
Une ripisylve, appelée aussi forêt riveraine, est un écosystème forestier dominé par des essences ligneuses (arbres) qui bordent le chenal d’un cours d’eau.
Les forêts alluviales et les ripisylves présentent deux catégories d’essences ligneuses : les bois tendres (saule, aulne, peuplier) et les bois durs (chêne, frêne, érable).
L’ensemble composé par cours d’eau et les arbres constitue un « écocomplexe » c’est-à-dire un ensemble d’écosystèmes interactifs.
 
Les forêts alluviales et les ripisylves jouent un rôle important dans : (i) La formation des sols dans les plaines alluviales ; (ii) Le contrôle du flux de surface et souterrain ; (iii) Le transport de sédiments et de matière organique grossière ; (iv) La filtration de la pollution en contribuant au pouvoir auto-épurateur des cours d’eau.


E specie arburiscente di u boscu fiumarecciu anu un’influenza annant’à e cundizione idrologiche, idroliche è murfulogiche di i corsi d’acqua : u sistema aerianu mudificheghja e cundizione di scurrimentu in rigu maiò (attenuazione di l’effettu di e fiumare) è u sistema di e radiche cuntruleghja a forma è a stabilità di u rigu minò. 
I boschi fiumarecci ghjocanu un rollu impurtante in u spazziamentu di e specie (Curridore  eculogicu), più precisamente l’acelli è l’insetti. 
L’aggrotti sottu sponda, furmati da e radiche di l’arburi di u boscu fiumarecciu, anu un’influenza annant’à u cumpurtamentu di i pesci : (i) abitatu è aggrottu (durante e fiumare) ; (ii) timperatura più bassa dunque acque megliu ussigenate ; (iii) rilazione troffica, postu chì e larve d’invertebrati acquatichi chì si nutriscenu di fronde morte, sò a manghjusca di i pesci. 
E fureste alluviale è i boschi fiumarecci sò ambii in digressione per via di : (i) l’agricultura è l’urbanisazione ; (ii) a spluttera di sgranulimi (ghjargule) ; (iii) e cunsequenze di u scambiamentu climaticu. 
 
 
Les espèces arborescentes de la ripisylve influencent les conditions hydrologiques, hydrauliques et morphologiques des cours d’eau : l’appareil aérien modifie les conditions d’écoulement en lit majeur (atténuation de l’effet des crues) et l’appareil racinaire contrôle la forme et la stabilité du lit mineur.
 
Les ripisylves jouent un rôle dans le déplacement des espèces (Corridor écologique), notamment les oiseaux et les insectes.
Les abris sous-berge, formés par les racines des arbres de la ripisylve, influencent le comportement des poissons : (i) Habitat et refuge (lors des crues) ; (ii) Température plus basse donc eaux mieux oxygénées ; (iii) Relation trophique, car les larves d’invertébrés aquatiques qui se nourrissent de feuilles mortes, sont la nourriture des poissons.
 
Les forêts alluviales et les ripisylves sont des milieux en régression à cause de : (i) L’agriculture et l’urbanisation ; (ii) L’exploitation de granulats (gravières) ; (iii) Les conséquences du changement climatique.

 
A furesta alluviale di a foce di u Fangu
 
A foce di u Fangu hè unu di i lochi scarsi di l’isula induv’ellu si pò usservà una furesta alluviale. Sta furesta hè duminata da a leccia (Quercus ilex), l’albitru (Arbutus unedo) è a scopa arburescente (Erica arborea). Annant’à e sponde di u corsu, u boscu fiumarecciu hè cumpostu per a maiò parte d’alzu glutinosu (Alnus glutinosa), di vetricia cinerinu (Salix cinerea) è di loriu (Laurus nobilis).
 
E ripisilive di a rete idrografica Restonica Tavignanu
 
Da l’inghjò sin’à l’insù si succedenu furmazione vegetale rivulare. 
 
 
La forêt alluviale de l’embouchure du Fangu
 
L’embouchure du Fangu est un des rares endroits de l’île où l’on peut observer une forêt alluviale. Cette forêt est dominée par le chêne vert (Quercus ilex), l’arbousier (Arbutus unedo) et la bruyère arborescente (Erica arborea). Sur les berges du cours, la ripisylve est essentiellement composée de l’aulne glutineux (Alnus glutinosa), du saule cendré (Salix cinerea) et du laurier-sauce (Laurus nobilis).

Les ripisylves du réseau hydrographique Restonica-Tavignanu
 
De l’aval vers l’amont se succèdent des formations végétales rivulaires.

 
À a foce di u Tavignanu, u boscu fiumarecciu à frassu è piopi hè si ne và propiu di male per via di l’attività umane. U frassu à fronde acute (Fraxinus angustifolia subsp. Oxycarpa), l’alzu glutinosu (Alnus glutinosa), u quarciu pedonculutu (Quercus rubor), a vetricia cinderina (Salix cinerea), u querciu pubescente (Quercus pubescens), a vetricia bianca (Salix alba), l’olmu campestru (Ulmus minor), u piopu neru (Populus nigra) è u piopu biancu (Populus alba) sò l’arburi i più raprisentati. 
 
 
l’embouchure du Tavignanu, la ripisylve à frêne et peupliers est très dégradée par les activités humaines. Le frêne à feuilles aiguës (Fraxinus angustifolia subsp. oxycarpa), l’aulne glutineux (Alnus glutinosa), le chêne pédonculé (Quercus rubor), le saule cendré (Salix cinerea), le chêne pubescent (Quercus pubescens), le saule blanc (Salix alba), l’orme champêtre (Ulmus minor), le peuplier noir (Populus nigra) et le peuplier blanc (Populus alba) sont les arbres les mieux représentés.
 

À u ponte d’Altiani, u boscu fiumarecciu hè duminatu da u frassu à fronde acute (Fraxinus angustifolia subsp. oxycarpa), l’alzu glutinosu (Alnus glutinosa) è u piopu neru (Populus nigra). In i lochi carchi à sedimenti (petre, gravette, rene è limichi), pupulamenti di vetrice si stallanu. Sò caratterizate da tramatrice rossa (Salix purpurea subsp.purpurea), a vetricia bianca (Salix alba), a vetricia cinderina (Salix cinerea), a vetricia debule (Salix fragilis), u piopu neru (Populus nigra), u ruscu (Ilex aquifolium), l’alzu glutinosu (Alnus glutinosa) è u ficu (Ficus carica).
 
Au pont d’Altiani, la ripisylve est dominée par le frêne à feuilles aiguës (Fraxinus angustifolia subsp. oxycarpa), l’aulne glutineux (Alnus glutinosa) et le peuplier noir (Populus nigra).
Dans les zones où se sont accumulés des sédiments (cailloux, graviers, sables et limons), des peuplements de saules s’installent. Ils sont caractérisés par l’osier rouge (Salix purpurea subsp. purpurea), le saule blanc (Salix alba), le saule cendré (Salix cinerea), le saule fragile (Salix fragilis), le peuplier noir (Populus nigra), le houx (Ilex aquifolium), l’aulne glutineux (Alnus glutinosa) et le figuier (Ficus carica).


In u curtinese, u stratu arburiscente di boscu fiumarecciu hè duminatu da l’alzu glutinosu (Alnus glutinosa), l’alzu curdatu (Alnus cordata), u noce (Juglans regia) è u ficu (Ficus carica). In u stratu arbustivu sò prisenti : u pericu (Hypericum hircinum), a scopa terminale (Erica terminalis) è u bussu (Buxus sempervirens).
 
 
Dans le cortenais, la strate arborescente de la ripisylve est dominée par l’aulne glutineux (Alnus glutinosa), l’aulne cordé (Alnus cordata), le noyer (Juglans regia) et le figuier (Ficus carica). Dans la strate arbustive sont présents : le millepertuis à odeur de bouc (Hypericum hircinum), la bruyère terminale (Erica terminalis) et le buis (Buxus sempervirens).
 
In a valle di a Restonica, à u ponte à Tragone, induve e sponde sò di ruccaglia, u boscu fiumarecciu hè strettu è discuntinuu. L’arburi di a furesta (faiu, pinu laricciu) ghjunghjenu in tagliu di u corsu d’acqua. U boscu fiumarecciu hè caratterizatu da l’alzu glutinosu (Alnus glutinosa), l’alzu curdatu (Alnus cordata), u frassu à fiori (Fraxinus ornus), u ruscu (Ilex aquifolium), u faiu (Fagus sylvatica), u ghjallicu (Abies alba) è u tassu (Taxus baccata). In u stratu arbustivu affacca l’alzu udurante (Alnus viridis subsp.suaveolens). 
 
Dans la vallée de la Restonica, au pont de Tragone, où les rives sont rocailleuses, la ripisylve est étroite et discontinue. Les arbres forestiers (hêtre, pin laricio) atteignent le bord du cours d’eau.
La ripisylve est caractérisée par l’aulne glutineux (Alnus glutinosa), l’aulne cordé (Alnus cordata), le frêne à fleurs (Fraxinus ornus), le houx (Ilex aquifolium), le hêtre (Fagus sylvatica), le sapin (Abies alba) et l’if (Taxus baccata). Dans la strate arbustive apparait l’aulne odorant (Alnus viridis subsp. suaveolens).

 
À e chjostre di e Grutelle, l’alzu glutinosu è l’alzu curdatu smariscenu, e cundizione edafiche è termiche sfavurevule parenu spiecà sta smarrita. À st’altitudine, a vegetazione riparia hè duminata da l’alzu udurante chì ricolla sin’à in lavu di Capitellu. 
 
Aux bergeries des Grutelle, l’aulne glutineux et l’aulne cordé disparaissent, les conditions édaphiques et thermiques défavorables semblent expliquer cette disparition. A cette altitude, la végétation riveraine est dominée par l’aulne odorant qui remonte jusqu’au lac de Capitellu.

E pozzine di Corsica
 
E pozzine sò addunite igrofile spezializate, situate ind’è u pianu subalpinu o di modu più particulare muntagnolu. Ste turbiere sò prisente ind’è l’alte valle di i principali corsi d’acqua. E pozzine sò ghjerbe igrofile è mesoigrofile stallate annant’à sustrati esciuti di a riculmatura più o menu cumpletta di i lavi d’urigine ghjaciara. Stallate annant’à un sottupianu impermeabile (fanga ghjaciaria) à feltru turbosu intintu d’acqua, sò di modu principale furmate da l’urgani sutterranii di e Graminee, Ciperacee è Ghjoncacee nannule à sfagnu.
 
 
Les pozzines de Corse
 
Les pozzines sont des groupements hygrophiles spécialisés, situés dans l’étage subalpin ou exceptionnellement montagnard. Ces tourbières sont présentes dans la haute vallée des principaux cours d’eau. Les pozzines sont des pelouses hygrophiles et méso-hygrophiles installées sur des substrats issus du comblement plus ou moins complet de lacs d’origine glaciaire. Installées sur un sous-sol imperméable (boue glaciaire) à feutre tourbeux imbibé d’eau, elles sont essentiellement formées par les organes souterrains de Graminées, Cypéracées et Joncacées naines à sphaignes.

 
E pozzine sò pupulate di modu largu da specie eurosiberiane (circa 65%), accumpagnate d’un numaru non disprezzevule di specie endemiche (35%). Ste terre turbose custituiscenu un ambiu difficiule per vegetali numarosi perchè sò asfissichi, guasgi micca mineralizati, è assai povari, in azotu assimilevule in particulare. Ghjè per quessa ch’elli portanu una fiora pocu ricca è spezializata in veru. Ghjè u casu (i) di e murtelle chì prisentanu micorise, vale à dì associi di fungu inferiore cù e radiche di e piante ; (ii) di e Drosere chì manghjanu l’insetti (piante dette « carnivore » o di modu più precisu insettivore).
 
Les pozzines sont largement peuplées d’espèces eurosibériennes (65 % environ), accompagnées d’un nombre non négligeable d’espèces endémiques (35 %). Ces sols tourbeux constituent un milieu difficile pour de nombreux végétaux car ils sont asphyxiques, faiblement minéralisés, et très pauvres en particulier en azote assimilable. C’est pourquoi ils portent une flore peu riche et nettement spécialisée. C’est le cas (i) des myrtilles qui présentent des mycorhizes, c’est à dire une association d’un champignon inférieur avec les racines de la plante ; (ii) des Drosera qui se nourrissent d’insectes (plantes dites « carnivores » ou plus justement insectivores).
 
E pozzine sò custituite di trè insemi distinti à livellu fisionomicu : (i) una padula sisicci duve dumineghjanu u sisicciu scuru, u paturinu chjucu chjucu, a viuletta di e padule ; (ii) una padula à pugnicula è à quadrella cespitosa duve e specie duminante sò a pugnicula, a quadrella scura è u paturinu chjucu chjucu ; (iii) una ghjerba à nardu duminata da u nardu è u sorgu corso sardu.
 
Les pozzines sont constituées de trois ensembles physionomiquement distincts : (i) un marais à laîches où dominent la laîche sombre, le pâturin tout petit, la violette des marais ; (ii) un marais à grassette et à scirpe cespiteux où les espèces dominantes sont la grassette corse, le scirpe cespiteux, la laîche sombre et le pâturin tout petit ; (iii) une pelouse à nard dominée par le nard et la sagine corso-sarde.

‘Ss’ambiu asfissicu, più o menu acidu, hè propiu sfavurevule à a prisenza di micro-urganisimi rispunsevuli di l’avvilimentu è di a mineralisazione di i scarti vegetali morti. A materia urganica nonavvilinata (a turba) s’ammansa dapoi un periudu anteriore à u rinculu di l’ultimi ghjaciaghji, sia circa dodecimila anni. U stratu di turba pò misurà da 3 à 6 metri di pagnura, u pH di l’orizonti superiori hè sempre acidu, presu trà 5 è 5.7.
 
Ce milieu asphyxique, plus ou moins acide, est très défavorable à la présence de micro-organismes responsables de la dégradation et de la minéralisation des débris végétaux morts. La matière organique non dégradée (la tourbe) s’accumule depuis une période postérieure au retrait des derniers glaciers, soit environ douze mille ans. La couche de tourbe peut atteindre 3 à 6 mètres d’épaisseur; le pH des horizons supérieurs est toujours acide, compris entre 5 et 5.7.
 
Urigine è evuluzione di i gruppi di pozzine : 
 
U rinculu di i ghjacciaghji di l’ultime fase climatiche fretose hà purtatu u scavamentu di fosse è a messa in piazza di lavi. U prucessu di sedimentazione, per via di l’arricata d’alluvioni turrenziali, si mette à pocu à pocu in anda ind’è ‘ssi lavi. 
 
I primi banchi di gravette è di fanghe lacustre à affaccà sò tandu culunizati da ghjerbe à pugnicula (Pinguicula corsica) è à quadrella cespitosa (Scirpus cespitosus). Una ghjerba padulosa à sisicciu scuru (Carex nigra f.intricata) si stalla dopu à pocu à pocu. L’alluvioni è e ghjerbe chì e scopranu Vincenu piazza annant’à l’acqua libara. Stu prucessu hà cunduttu à a furmazione di turbe è forse à a spezzatura di u lavu ghjaciaghju in parechji pozzi liati trà di elli per via d’una rete di canali.
 
Origine et évolution des groupements de pozzines :
 
Le retrait des glaciers des dernières phases climatiques froides a entraîné le creusement de cuvettes et la mise en place de lacs. Le processus de sédimentation, par apport d’alluvions torrentielles, se met progressivement en marche dans ces lacs.
 
Les premiers bancs de graviers et de boues lacustres a émerger sont alors colonisés par des pelouses à grassette corse (Pinguicula corsica) et à scirpe cespiteux (Scirpus cespitosus). Une pelouse marécageuse à laîche sombre (Carex nigra f. intricata) s’installe ensuite peu à peu. Les alluvions et les pelouses qui les recouvrent gagnent du terrain sur l’eau libre. Ce processus a conduit à la formation de tourbe et parfois au morcellement du lac glaciaire en plusieurs bassins ou « pozzi » reliés entre eux par un réseau de canaux.


Sè u prucessu di sedimentazione è di prugressione di a vegetazione cuntinueghja, i pozzi ponu esse colmi ; certi, messi da cantu di u giru generale di l’acqua currente, ùn ghjocanu più chè u rollu di puzzatelli tempurarii. 
Quande u colmu hè guasgi cumplettu, sò culunizati da u sisicciu scuru (Carex nigra f.intricata). Ne ghjunghjimu tandu à un paisaghju di piane cuparte di modu cumplettu di vegetazione erbacea, duve e ghjerbe à nardu (Nardus stricta)sò duminante, qualchì picculu ghjargalu chì trascinanu l’inseme. 
 
Si le processus de sédimentation et de progression de la végétation se poursuit, les « pozzi » peuvent être comblés; certains, isolés du circuit général de l’eau courante, ne jouent plus que le rôle de mares temporaires.
Lorsque le comblement est quasi complet, ils sont colonisés par la laîche sombre (Carex nigra f. intricata). On en arrive ainsi à un paysage d’étendues planes uniformément couvertes de végétation herbacées, où les pelouses à nard (Nardus stricta) sont dominantes, quelques petits ruisselets drainant l’ensemble.

 
E pozzine è e sequestrazione di u carboniu
 
Durante a 21esima reunione di a Cunfarenza di e Partite (CoP 21), l’inseme di i participanti anu aduttatu « l’Accordu di Parigi », di Dicembre 2015. St’accordu, chì mira u mantenimentu di u riscaldamentu di u pianeta (bè sottu à 2°C di pettu à i livellu preindustriali », mintuveghja in u so articulu 5 chì « à E Partite li toccanu di piglià misure per cunservà è, quand’hè u casu, rinfurzà i pozzi è riserve di Gazu à effettu serra ».
 
A Corsica aggrotta dui ecosistemi maestri per ciò chì tocca à a fissassione è soprattuttu à a sequestrazione di carboniu, incù a prisenza di vasti erbaghji di pusidunie è di pozzine (d’altitudine). Travaglii scentifichi recenti anu permessu di classificà l’ecosistemi in funzione di u putenziale di sequestrazione di carboniu. L’erbaghju di pusidunie ghjunghje in capufila incù circa 2 100 tunnellate di CO2 per ettare. Eppo ghjunghjenu e pozzine (1 300 T.CO2/ha) è e mangrove (1 1OO T.CO2/ha). E fureste trupicale è bureale ammanuglieghjanu menu di 200 T.CO2/ha.
 
 
Les pozzines et la séquestration du carbone
 
Lors de la 21ème réunion de la Conférence des Parties (CoP 21), l’ensemble des participants ont adopté « l’Accord de Paris », en Décembre 2015. Cet accord, qui vise à contenir le réchauffement de la planète « bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels », précise dans son article 5 que « Les Parties doivent prendre des mesures pour conserver et, le cas échéant, renforcer les puits et réservoirs de gaz à effet de serre ».
 
La Corse abrite deux écosystèmes clés en matière de fixation et surtout de séquestration de carbone, avec la présence de très vastes herbiers de posidonies et de pozzines (tourbières d’altitude). Des travaux scientifiques récents ont permis de classer les écosystèmes en fonction du potentiel de séquestration de carbone. L’herbier de posidonies arrive en tête avec près de 2 100 tonnes de CO2 par hectare. Viennent ensuite les tourbières (1 300 T.CO2/ha) et les mangroves (1 100 T.CO2/ha). Les forêts tropicales et boréales stockent moins de 200 T.CO2/ha.

 
In u quadru d’un prugramma di ricerca intitulatu « PADDUC-CHANGE » è finanzatu da a Cullettività di Corsica, avemu realizatu un campiunariu di a terra di a pozzina di u lavu di Ninu. A tafunatura di splutazione hè ghjunta à 4 metri di a prufundezza, è hà permessu (i) di mette in lume u prufilu di terra di ste pozzine è (ii) d’effettuà campiunarii à prufundezze sfarente per realizà analisi di i rapporti isotopichi C - N è a datazione à u carboniu 14. 
 
Dans le cadre d’un programme de recherche intitulé « PADDUC-CHANGE » et financé par la Collectivité de Corse, nous avons effectué un échantillonnage du sol de la pozzine du lac de Ninu.
Le forage d’exploration a atteint 4 mètres de profondeur, il a permis (i) de dresser le profil de sol de cette pozzine et (ii) d’effectuer des échantillons à différentes profondeurs afin de réaliser l’analyse des rapports isotopiques C - N et la datation au carbone 14.


U prufilu di a terra include : 
  1. I dece primi centimetri sò custituiti da una vegetazione erbacea duve dumineghja e ghjerbe à nardu (Nardus stricta). Secondu i lochi, u sisicciu scuru (Carex nigra f.intricata) hè prisente. 
  2. A pagnura di a turba ghjunghje sin’à 3,40 metri. St’ambiu asfissicu, più o menu acidu (u pH di l’orizonti suprani hè presu trà 5 è 5.7), hè propiu sfavurevule à a prisenza di microurganisimi rispunsevuli di l’avvilimentu è di a mineralisazione di pisticciuli vegetali morti. A materia urganica ch’ùn hè avvilinata s’accunzuleghja depoi un periudu pusteriore à u rinculu di l’ultimi ghjaciaghji. Sta turba est furmata principalmente da l’urgani sutterranii nonavvilinati di Graminee, Ciperacee è Ghjoncacee nannule à sfagnu.
  3.  À 3,50 m di prufundezza, a smarghjina ghjacciaghja, di circa un metru di pagnura, hè raprisentata da un’arzilla turchina furmendu un stratu impermeabili. 
  4.  U solcu ercinianu, cumpostu di granodioriti à biutita anfibola è incastri, affacca à 5.5 metri di prufundezza.
 
Le profil de sol comprend :
(i) Les dix premiers centimètres sont constitués par une végétation herbacée où dominent les pelouses à nard (Nardusstricta). Par endroit, la laîche sombre (Carex nigra f. intricata) est présente.
(ii) L’épaisseur de la tourbe atteint 3,40 mètres. Ce milieu asphyxique, plus ou moins acide (le pH des horizons supérieurs est compris entre 5 et 5.7), est très défavorable à la présence de micro-organismes responsables de la dégradation et de la minéralisation des débris végétaux morts. La matière organique non dégradée s’accumule depuis une période postérieure au retrait des derniers glaciers. Cette tourbe est essentiellement formée par les organes souterrains non dégradés de Graminées, Cypéracées et Joncacées naines à sphaignes.
(iii) A 3,50 m de profondeur, la moraine glaciaire, de près d’un mètre d’épaisseur, est représentée par une argile bleue formant une strate imperméable.
(iv) Le socle hercynien, composé de granodiorites à biotite-amphibole et enclaves, apparait à 5.5 mètres de profondeur.

 
A stima di l’età di i sfarenti strati di u prufilu di a terra di a pozzina hè quella chì seguita :
À 0,50m di prufundezza l’età stimatu di a turba hè di 2 500 anni (cal.BP) ; à 3,40 m s’alza à   8 500 anni.
In funzione di a prufundezza, l’età di a smarghjina ghjaciaghja varia trà 9 000 è 14 000 anni (cal.BP). Rammintemu chì l’ultima ghjacera in Corsica data di u Dryas (-17 000 à -10 000) è chì u rinculu cumplettu di u ghjaciaghju situatu in l’altu Tavignanu (duve si trova u lavu di Ninu) hè stimatu à -10 000 anni.
Avemu ancu realizatu una mudelisazione 3D di a pozzina nordu punente di u lavu di Ninu. 
 
 
L’estimation de l’âge des différentes strates du profil de sol de la pozzine est la suivante :
A 0,50 m de profondeur l’âge estimé de la tourbe est de 2 500 ans (cal.BP) ; à 3,40 m il s’élève à 8 500 ans.
En fonction de la profondeur, l’âge de la moraine glaciaire varie de 9 000 à 14 000 ans (cal.BP). Rappelons que la dernière glaciation en Corse date du Dryas (-17 000 à -10 000) et que le retrait complet du glacier situé dans le haut-Tavignanu (où se situe le lac de Ninu) est estimé à -10 000 ans.
Nous avons aussi réalisé une modélisation 3D de la pozzine nord-ouest du lac de Ninu.

Evoluzione di e pozzine in u tempu (ricustituzione)
Evolution des pozzines au cours du temps (reconstitution)

Tafunera di e pozzine di u lavu di Ninu
Carottage des pozzines du lac de Ninu

Prilevu di e pozzine di u lavu di Ninu : Arzille turchine (smarghjina ghjaciaria) à 4 m di prufundezza
Carotte des pozzines du lac de Ninu : Argiles bleues (moraine glaciaire) à 4 m de profondeur

Prilevu di e pozzine di u lavu di Ninu : Turba à 3 m di prufundezza
Carotte des pozzines du lac de Ninu : Tourbe à 3 m de profondeur

Mudelisazione 3D di a pozzina nordu punente di u lavu di Ninu
Modélisation 3D de la pozzine nord-ouest du lac de Ninu



 

 

Pàgina 216/217
Page 216/217

IX. A Biodiversità minacciata
IX. La Biodiversité menacée

A fauna di l’acque linde di Corsica hè stampata da un tassu d’endemisimu altu. Ind’è i Vertebrati, fora di u tamonu corsu di Salmo trutta macrostigma, i Batracini contanu sei specie endemiche. 
Ind’è l’Invertebrati, 200 specie sò endemiche frà e quale 105 endemiche corse è 50 endemiche corsosarde. 
Sta Biodiversità eccezziunale hè minacciata da l’evvenimenti naturali stremi cum’è e fiumare è e sicchie fiumareccie, ma ancu l’attività umane. Parleremu di e sfarente forme d’antropisazione, ch’ella sia diretta (ritenute, pulluzione, cuntaminazione) o indirette (sregulamentu climaticu duvutu à l’emissione di gasu à effettu serra).
U videremu dopu chì una di e cunsequenze di u scambiamentu climaticu hè l’aumentazione di a frequenza è di l’amplitudine di l’evvenimenti stremi (fiumare è sicchie fiumareccie).  
La faune des eaux douces de Corse est marquée par un taux d’endémisme élevé. Chez les Vertébrés, outre la souche corse de Salmo trutta macrostigma, les Batraciens comptent six espèces endémiques.
Chez les Invertébrés, 200 espèces sont endémiques dont 105 endémiques corses et 50 endémiques corso-sardes.
Cette Biodiversité exceptionnelle est menacée par des événements naturels extrêmes comme les crues et les étiages, mais aussi par les activités humaines. Nous aborderons les différentes formes d'anthropisation, qu’elle soit directe (barrages, pollutions, contaminations) ou indirecte (dérèglement climatique dû aux émissions de gaz à effet de serre).
Nous le verrons par la suite, une des conséquences du changement climatique est l’augmentation de la fréquence et de l’amplitude des événements extrêmes (crues et étiages).


L’evvenimenti naturali stremi : fiumare è sicchie fiumareccie
Les événements naturels extrêmes : crues et étiages 


U regime idrologicu (evoluzione di i ghjetti in cor’d’un ciculu annuale) di i corsi d’acqua mediterranei hè marcatu da evvenimenti stremi : e fiumare è e sicchie fiumareccie. Sti parametri naturali di u funziunamentu di l’ecosistema acquaticu ponu avè effetti destruttori, ma u vultà à una situazione nurmale si face più o menu in furia. 
 
Le régime hydrologique (évolution des débits au cours d’un cycle annuel) des cours d’eau méditerranéens est marqué par des évènements extrêmes : les crues et les étiages. Ces paramètres naturels du fonctionnement de l’écosystème aquatique peuvent avoir des effets destructeurs, mais le retour à une situation normale se fait plus ou moins rapidement.

Evoluzione di u ghjettu mezanu d’ogni ghjornu (in m3/s) di u Tavignanu in 2017 (surghjente Banque Hydro)
Evolution du débit moyen journalier (en m3/s) du Tavignanu en 2017 (source Banque Hydro)
 
E fiumare
E precipitazione impurtantedi capicursura è in a minima misura a sdrutta di e neve à u veranu, intrenanu un’aumentazione di u debitu è attempu a vitezza di u currente 
 
E fiumare anu un effettu pusitivu annant’à l’ecosistema acquaticu perchè l’effettu di caccia elimineghja e materie ammansate in u corsu d’acqua, ch’elle sianu naturale o antropiche. 
Ma a flora è u faunu acquatichi sò impattati perchè e fiumare eccezziunale si portanu l’urganisimi acquatichi ma soprattuttu, strughjenu l’abitati. 
 
I macrofiti, sti vegetali acquatichi maiò (putamoti, erbe bambine, macroalghe…) sò spessu strutte è purtate da u currente.
E microalghe, cum’è e diatomee, si staccanu più difficiule di u sustrattu, ma certe fiumare eccezziunale eliminanu u biofilmu (microflora) di modu cumplettu. 

Les crues
Les précipitations automnales importantes et dans une moindre mesure la fonte de la neige au printemps, entraînent une augmentation du débit et corrélativement de la vitesse du courant.
 
Les crues ont un effet positif sur l’écosystème aquatique car l’effet de chasse élimine les matières accumulées dans le cours d’eau, qu’elles soient naturelles ou anthropiques.
 
Mais la flore et la faune aquatiques sont impactées car les crues exceptionnelles emportent les organismes aquatiques mais surtout, détruisent les habitats.
 
Les macrophytes, ces grands végétaux aquatiques (potamots, mousses, macroalgues …) sont souvent arrachés et emportés par le courant.
Les microalgues, comme les diatomées, se détachent plus difficilement du substrat, mais certaines crues exceptionnelles éliminent complètement le biofilm (microflore).


Fiumare eccezziunale chì u periudu di ritornu (o periudu di recurrenza) hè centinnale vale à dì ch’ella hà una pussibilità annant’à 100 di realizà si (è micca una volta tutti i 100 anni), pruvucheghjanu non solu disgrazie materiale è umane cunsiderevule, ma ancu perturbazione impurtante di u fauna acquatica.
Ma, i pesci è l’invertebrati si sò adattati (à livellu etologicu, murfulogicu è anatomicu) per, d’un cantu, resiste à l’idrodinamisimu forte durante a fiumara (Resistenza) è d’un antru cantu, di culunizà di novu u locu dopu a fiumara (Resilienza). 
 
 
Des crues exceptionnelles dont la période de retour (ou période de récurrence) est centennale c’est-à-dire qu’elle a une « chance » sur 100 de se reproduire (et non une fois tous les 100 ans), provoquent non seulement des dégâts matériels et humains considérables, mais aussi des perturbations importantes de la faune aquatique.
Mais, les poissons et les invertébrés ont développé des adaptations (éthologiques, morphologiques et anatomiques) afin d’une part de résister au fort hydrodynamisme pendant la crue (Résistance) et d’autre part de recoloniser le milieu après la crue (Résilience).

 
A resistenza di i pesci
Durante a fiumara, i pesci schizanu u corsu assiale di u fiume è si mettenu vicinu à e sponde, in u corsu maiò, induve a vitezza di u currente hè sminuita da i fusti d’arburi di u boscu fiumarecciu (furesta riparia). A prisenza d’aggrotti sottu e sponde permette di limità l’impattu annant’à u pupulamentu pisciculu. Difatti, i pesci ùn adopranu solu ‘ss’aggrotti durante i mumenti di riposu (ind’e cundizione idrologiche nurmale) ma ancu durante e fiumare.
A prisenza di lochi di sviluppu di fiumare, naturale o artificiale, ghjoca un rollu impurtante in sta fasa di resistenza. Ancu sè, durante a calata, i pesci risicheghjanu di ritruvassi intrappulati in i lochi decunnettati di u corsu d’acqua. 
I pesci ponu ancu effettuà migrazione versu l’affluenti chjuchi chì, spessu, sò menu impattati da l’effetti di a fiumara.
 
La résistance chez les poissons
Pendant la crue, les poissons évitent le cours axial de la rivière et se positionnent près des berges, dans le lit majeur, où la vitesse du courant est ralentie par le tronc des arbres de la ripisylve (forêt riveraine). La présence d’abris sous-berge permet de limiter l’impact sur le peuplement piscicole. En effet, les poissons utilisent ces abris non seulement lors des phases de repos (dans les conditions hydrologiques normales) mais aussi lors des crues.
La présence de zones d’expansion de crue, naturelles ou artificielles, joue un rôle important dans cette phase de résistance. Même si, lors de la décrue, des poissons risquent de se retrouver piégés dans des zones déconnectées du cours d’eau.
Les poissons peuvent aussi effectuer une migration vers les petits affluents qui sont souvent moins impactés par les effets de la crue.

Per disgrazia, ogni fiumara hè accumpagnata d’una pulluzione di l’acqua da l’idrocarburi, elementi tracce (metalli pisivi), medicine, prudutti d’intrategnu. I pesci, anzituttu i salmonidi cum’è a truita, sò propiu sensibuli à a pulluzione. Sta pulluzione, ben’chì puntuale, riduce a capacità di resistenza di st’urganisimi acquatichi. 
 
 Malheureusement, chaque inondation est accompagnée d’une pollution des eaux par des hydrocarbures, des éléments traces (métaux lourds), des médicaments, des produits d'entretien. Les poissons, notamment les salmonidés comme la truite, sont très sensibles à la pollution. Cette pollution, bien que ponctuelle, réduit la capacité de résistance de ces organismes aquatiques.

A resilienza di i pesci
Dop’à a fiumara, i pesci chì anu migratu voltanu in u so abitatu di predilezzione. Sè u pupulamentu pisciculu hè guasgi leccu,a riculunisazione di l’ambiu si face à partesi i l’affluenti chjuchi, per via di a divalera di i pisciulini di pesci. Chì in una rete idrografica, l’affluenti anu un rollu di riserve biologiche à partesi di e quale si face a riculunisazione di i biotopi è a ricustruzzione di l’edifiziu eculogicu. 
 
La résilience chez les poissons
Après la crue, les poissons qui ont migré retournent dans leur habitat de prédilection. Si le peuplement piscicole est quasiment anéanti, la recolonisation du milieu se fait à partir des petits affluents, par dévalaison des alevins de poissons. Car dans un réseau hydrographique, les affluents jouent le rôle de réservoirs biologiques à partir desquels s’effectue la recolonisation des biotopes et la reconstruction de l’édifice écologique.

 
A resistenza di l’invertebrati
 
Durante a fiumara, u pupulamentu d’invertebrati acquatichi face 2 tippi di migrazione. Infatti, a fauna si piatta in u corsu maiò induve a vitezza di u currente hè menu impurtante. L’aggrotti sottu sponda custituiscenu lochi rifugii.
Ma l’invertebrati, per via di a so piccula altura, migranu ind’è u sottu scurrimentu di u rigu di u corsu d’acqua. 
A resistenza à i currenti forti hè cundiziunata da a prisenza, ind’è cert invertebrati bentichi, d’adattazione murfulogica (appianera dorso ventrale) è/o anatomica (grinfie, zinghi, ventose).
Malgradu sta lotta per stà in vita, una parte di u pupulamentu d’invertebrati acquatichi hè vittima d’una deriva (dispersione passiva sott’à l’effettu di u currente) catastrofica chì porta l’individui versu l’avale.
 
 
 
 
 La résistance chez les invertébrés
 
Pendant la crue, le peuplement d’invertébrés aquatiques effectue 2 types de migrations. En effet, la faune se réfugie dans le lit majeur où la vitesse du courant est plus faible. Les abris sous-berge constituent des zones refuges.
Mais les invertébrés, étant donnée leur petite taille, migrent dans le sous écoulement du lit du cours d’eau.
La résistance aux forts courants est conditionnée à la présence, chez certains invertébrés benthiques, d’adaptations morphologiques (aplatissement dorso-ventral) et/ou anatomiques (griffes, crochets, ventouses).
Malgré cette lutte pour la survie, une partie du peuplement d’invertébrés aquatiques est victime d’une dérive (dispersion passive sous l’effet du courant) catastrophique qui entraîne les individus vers l’aval.


A resilienza di l’invertebrati
Dop’à a fiumara, l’invertebrati acquatichi, chì sò migrati in u rigu maiò è in u sottu scurrimentu, voltanu à u so locu di vita d’urigine. Ma l’elementu fundamentale di a resilienza hè a deriva urdinaria à partesi di picculi affluenti, menu impattati da a fiumara.
A deriva cattastrofica di e larve d’invertebrati acquatichi hè cumpensata da l’uvata fatta innanzu da l’adulti (imagos) chì volanu ricullendu u corsu d’acqua.
A riculunisazione di u locu, chì si face in furia, hè messa in anda da a prisenza di specie #asinchrone (parechje sottu pupulazione à stadi sfarenti) è di specie #polivoltine (parechje generazione à l’annu).
In u casu d’una pulluzione, spessu liata à a fiumara, u tempu di resilienza hè allungata di manera cunsiderevule. 
 
 
La résilience chez les invertébrés
 
Après la crue, les invertébrés aquatiques, qui ont migré dans le lit majeur et dans le sous écoulement, regagnent leurs habitats d’origine. Mais l’élément fondamental de la résilience est la dérive ordinaire à partir des petits affluents, moins impactés par la crue.
 
La dérive catastrophique des larves d’invertébrés aquatiques est compensée par la ponte effectuée en amont par les adultes (imagos) qui volent en remontant le cours d’eau.
 
La recolonisation rapide du milieu est favorisée par la présence d’espèces asynchrones (plusieurs sous populations à différents stades) et d’espèces polyvoltines (plusieurs générations par an).
 
En cas de pollution, souvent associée à la crue, le temps de résilience est considérablement rallongé.

 
 
E sicchie fiumareccie 
Durante u ciculu idrologicu, a calata di debitu in periudu d’istatina porta mudifiche maiò in u funziunamentu di i corsi d’acqua. Una sicchina fiumareccia severa è prulungata pò purtà à a sicchia cumpletta. Sta sicchera, chì pò esse periodicu in u casu di corsi d’acqua tempurarii, hè u risultatu di l’evapurazione è/o di l’infiltrazione di l’acqua. 
Durante a sicchia fiumareccia, e cundizione di u locu diventanu sfavurevule è portanu à una selezzione di e specie. Un scurrimentu lentu limiteghja l’uscillazione di l’acqua è iputeca una bona ussigenazione. 
D’estate, i ghjetti bassi inghjenanu un riscaldamentu di l’acqua chì sminuisce u tassu d’ussigeniu chì si solve ind’è l’acqua. 
U periudu di sicchia fiumareccia hè favurevule à l’accatamansera, in u rigu di u corsu d’acqua, di materia urganica. U so avvilimentu s’hà da traduce da un cunsummu di l’ussigenu di l’acqua. A timperatura alta di l’acqua è l’accumulazione di materia urganica ponu creà cundizione d’anussia.
I scurrimenti debuli di u periudu d’istatina anu cum’è cunsequenza a crescita di a cuncentrazione di i pulluenti ind’è l’acque. 
St’avvilimentu di e cundizione di u locu ponu pruvucà un trafalime di l’urganisimi acquatichi o ancu di a murtalità. Durante stu periudu criticu, a fauna hè di più vulnerevule à i patogeni (siscu, batterie), à i parasiti è à e pulluzione. 
Durante a sicchia fiumareccia, a reduzzione di l’abitatu di e specie è a sminuera di a pagnura di a lama d’acqua, limiteghjanu a circulazione libara di l’individi. 
 
Les étiages
 
Au cours du cycle hydrologique, la baisse du débit en période estival entraîne des modifications majeures dans le fonctionnement des cours d’eau. Un étiage sévère et prolongé peut aboutir à un assec complet. Cet assèchement, qui peut être périodique dans le cas de cours d’eau temporaires, résulte de l’évaporation et/ou de l’infiltration de l’eau.
 
Pendant l’étiage, les conditions du milieu deviennent défavorables et entraînent une sélection des espèces. Un écoulement lent limite le brassage de l’eau et hypothèque une bonne oxygénation.
En été, les débits faibles entrainent un réchauffement de l’eau qui accentue la baisse du taux d’oxygène dissous dans l’eau.
La période d’étiage est propice à l’accumulation, dans le lit du cours d’eau, de matière organique. Sa dégradation se traduira par une consommation de l’oxygène de l’eau. La température élevée de l’eau et l’accumulation de matière organique peuvent créer des conditions d’anoxie.
Les faibles écoulements en période estivale ont pour conséquence l’augmentation de la concentration des polluants dans les eaux.
Cette dégradation des conditions du milieu peut provoquer un affaiblissement des organismes aquatiques voire de la mortalité. Pendant cette phase critique, la faune est plus vulnérable aux pathogènes (virus, bactéries), aux parasites et aux pollutions.
 
Pendant l’étiage, la réduction de l’habitat des espèces et la diminution de l’épaisseur de la lame d’eau, limitent la libre circulation des individus.


L’assiccamentu cumplettu : casu di i corsi d’acqua pruvisorii mediterranei
 
In u casu d’una assiccamentu cumplettu di u rigu di u corsu d’acqua, a riculunisazione di u locu, dopu à a rimessa in acqua, si face in 4 tappe successive : 
 
A prima currispunde à a riculunisazione da l’invertebrati acquatichi chì sò sempre vivi dopu à l’assiccamentu cumplettu in vita ma rallentata cum’è u Molluscu Gasteropodu Ancylus fluviatilis, l’Oligocettu Eiseniella tetraedra è i Ditteri Chironomidae.
 
A siconda tappa si face da l’eclusione di e prime uvate di l’Efemerotterie Habrophlebia fusca è Caenis martae, ma ancu u Triccotteru Tinodes agarricinus
 
A terza tappa currisponde à a ghjunta, per via aeriana, di Culeotteri adulti cum’è Helichus substriatus è Deronectes moestus.
 
L’ultima tappa vede affaccà nove specie ghjunte da a deriva urdinaria à partesi di i pupulamenti bentichi di e zone state in acqua, situate più insù.Sti lochi custituiscenu riserve biologiche chì u rollu in a riculunisazione di l’ambiu hè fundamentale. Ma l’ustaculi à a cuntinuità eculogica inturbidiscenu e cundizione di circulazione di e specie. A resturazione di a cuntinuità eculogica (apparinata di e riserve…) hè dunque indispensevule à a resilienza di l’ecusistema acquaticu. 
 
L’Assec complet : cas des cours d’eau temporaires méditerranéens
 
Dans le cas d’un assèchement complet du lit du cours d’eau, la recolonisation du milieu, après la remise en eau, s’effectue en 4 étapes successives :
 
La première correspond à la colonisation par des invertébrés aquatiques qui ont survécu à l’assec complet, en état de vie ralentie comme le Mollusque Gastéropode Ancylus fluviatilis, l’Oligochète Eiseniella tetraedra et les Diptères Chironomidae.
 
La seconde étape se réalise par l'éclosion des premières pontes des Ephéméroptères Habrophlebia fusca et Caenismartae, ainsi que du Trichoptère Tinodes agaricinus.
 
La troisième phase correspond à l'arrivée, par voie aérienne, de Coléoptères adultes comme Helichus substriatus et Deronectes moestus.
 
La dernière étape voit apparaitre de nouvelles espèces arrivées par la dérive ordinaire à partir des peuplements benthiques des zones restées en eau, situées en amont. Ces zones constituent des réservoirs biologiques dont le rôle dans la recolonisation du milieu est fondamental. Mais les obstacles à la continuité écologique perturbent les conditions de circulation des espèces. La restauration de la continuité écologique (arasement de barrage…) est donc indispensable à la résilience de l’écosystème aquatique.


 
L’antropisazione diretta (matrali, puluzione, cuntaminazione)
 
I matrali
 
Trattemu quì u casu d’un cumplessu idroelettricu chì piglia in contu un matrale è a so ritinuta ma ancu un’usina idroelettrica, situata dop’à a riserva è alimentata da l’acque ipolimmiche di stu matrale. 
 
L’impattu di u matrale annant’à e caratteristiche fisicochimiche è biologiche di i corsi d’acqua si traduce da : 
  1. Una perturbazione di u regime termicu 
  2. Una mudifica di a fisicochimica di l’acque, in particulare di a cunduttività ; 
  3. Una calata di a ricchezza tassinomica di e cummunità d’invertebrati bentichi 
  4. A calata di i pupulamenti di Triccotteri, d’Effemerotteri, di Plecotteri è di Mulluschi. 
  5. A pruliferazione di i Ditteri (Simuliidae è Chironomidae) è Oligocheti. 
 
L’anthropisation directe (barrages, pollution, contamination)
 
Les barrages
 
Nous traitons ici le cas d’un complexe hydroélectrique comprenant un barrage et sa retenue ainsi qu’une usine hydroélectrique, située en aval du barrage et alimentée par les eaux hypolimniques de cette retenue.
 
L’impact du barrage sur les caractéristiques physico-chimiques et biologiques des cours d’eau se traduit par :
(i) Une perturbation du régime thermique ;
(ii) Une modification de la physico-chimie des eaux, en particulier de la conductivité ;
(iii) Une baisse de la richesse taxinomique des communautés d’invertébrés benthiques ;
(iv) L’appauvrissement des peuplements de Trichoptères, d’Ephéméroptères, de Plécoptères et de Mollusques.


Variazione di a struttura di i pupulamenti d’invertebrati bentichi in un corsu d’acqua toccu da l’assesti idroelettrichi
Variation de la structure des peuplements d’invertébrés benthiques dans un cours d’eau impacté par des aménagements hydroélectriques

L’impattu di l’assesti idroelettrichi hè di più marcatu in a parte di i corsi d’acqua sottumessa à e staffiunate (pezzu cù u currente elettricu tagliatu nanz’à l’usina) chè ind’e purzione in ghjettu riservatu (nanz’à u matrale). E staffiunate sò variazione cutidiane di u ghjettu, liate à u funziunamentu di l’usina idroelettrica. 
 
L’impact des aménagements hydroélectriques est plus marqué dans la partie du cours d’eau soumise aux éclusées (tronçon court-circuité en aval de l’usine) que dans les portions en débit réservé (en aval du barrage). Les éclusées sont des variations quotidiennes du débit, liées au fonctionnement de l’usine hydroélectrique.

 
Evoluzione di u debbitu urariu (in m3/s) di u Golu da u 23 à u 29 di lugliu 2021 (surghjente Banca Hydro) 
Evolution du débit horaire (en m3/s) du Golu du 23 au 29 juillet 2021 (source Banque Hydro)
 
A puluzione 
 
In i corsi d’acqua di Corsica, a pendita impurtante porta à un scurrimentu à a lestra è turbulente chì assicurreghja per via di l’imbuleghju una bona ussigenazione di l’acqua, l’autoepurazione di i fiumi hè dunque propiu efficace. 
Ma i sbarsi urbani, trattati o nò, pruvocanu perturbazione. In di fatti, l’arrecate impurtante d’acque usciole o dumestiche mudificheghjanu e caratteristiche di i fattori abiotichi (scimia di l’acqua, sustrattu) è biotiche (alghe, invertebrati, pesci) di l’ecosistema acquaticu. 
 
 
La pollution
 
Dans les cours d’eau de Corse, la pente importante entraîne un écoulement rapide et turbulent qui assure par brassage une bonne oxygénation de l’eau, l’autoépuration des rivières est donc très efficace.
Mais les rejets urbains, traités ou non, provoquent des perturbations. En effet, les apports importants d’eaux vannes ou domestiques modifient les caractéristiques des facteurs abiotiques (chimie de l’eau, substrat) et biotiques (algues, invertébrés, poissons) de l’écosystème aquatique.
 
L’impact de la pollution sur les paramètres physico-chimiques des eaux se manifeste par l’apparition de sels d’azote et de phosphore.

 
A mudificazione di a cumpusizione di e cummunità d’invertebrati bentichi si traduce da : 
(i) A crescita di a diversità per certe tassocenose (Hirudinee, Oligoscete, Ditteri) invece si riduce per d’altre (Effemerotteri, Plecotteri, Tricotteri è Coleotteri) ; 
(ii) A smarita o a reduzzione di l’effettivu di tassoni polluosensibuli ;
(iii) L’apparizione di tassoni infeudati stritti à a materia urganica ; 
(iv) A crescita di a densità di tassoni polluoresistenti è saprobionti (Oligosceti è Ditteri Chironomidae) ;
(v) A crescita di a densità di pupulamentu di l’abitati lenitichi ;
(vi) A crescita di i predattori di certi saprobionti cum’è l’Irudinee chì si nutriscenu d’Oligosceti è di larve di Chironomidi ;
(vii) A crescita impurtante di l’abundanza rilativa di i cullettori (Orthocladiinae è Chironomini) in leia cù l’arricchiscimentu di l’acque in particule urganiche in suspesa ;
(viii) A calata schietta di l’abundanza rilativa di l’invertebrati pascitori (raclori di sustrattu) chì e Diatomee bentiche smariscenu per a ghjunta di e batterie.
 
La modification de la composition des communautés d’invertébrés benthiques se traduit par :
 
(i) L’accroissement de la diversité pour certaines taxocénoses (Hirudinées, Oligochètes, Diptères) tandis qu’elle se réduit pour d’autres (Ephéméroptères, Plécoptères, Trichoptères et Coléoptères) ;
(ii) La disparition ou la réduction de l’effectif des taxons polluosensibles ;
(iii) L’apparition de taxons strictement inféodés à la matière organique ;
(iv) L’augmentation de la densité des taxons polluorésistants et saprobiontes (Oligochètes et Diptères Chironomidae) ;
(v) L’augmentation de la densité du peuplement des habitats lénitiques ;
(vi) L’augmentation des prédateurs de certains saprobiontes comme les Hirudinées qui se nourrissent d’Oligochètes et de larves de Chironomides ;
(vii) L’augmentation importante de l’abondance relative des collecteurs (Orthocladiinae et Chironomini) en relation avec l’enrichissement des eaux en particules organiques en suspension ;
(viii) La baisse nette de l’abondance relative des invertébrés brouteurs (racleurs de substrat) car les Diatomées benthiques disparaissent au profit des bactéries.
 
L’impattu di i sbarsi urganichi annant’à a cummunità derivante si traduce da : 
(i) A reduzzione di a diversità faunistica è di a densità di deriva ;
(ii) A crescita di l’abundanza rilativa di i Ditteri ;
(iii) A calata di l’abundanza rilativa di l’Effemerotteri, di i Triccotteri è di i Coleotteri ;
(iv) A smarita di l’urganisimi polluosensibuli mentre ch’elli ùn sò ancu raprisentati in u bentosu ;
(v) A crescita di a deriva di i tassoni polluoresistenti o saprofili (OrthocladiinaeChironominiPsychoda).
 
A variazione di a cumpusizione faunistica di a deriva hè dunque un parametru pertinente per a valutazione di l’impattu d’una pulluzione urganica.
 
L’impact des rejets organiques sur la communauté dérivante se traduit par :
(i) La réduction de la diversité faunistique et de la densité de dérive ;
(ii) L’augmentation de l’abondance relative des Diptères ;
(iii) La diminution de l’abondance relative des Ephéméroptères, des Trichoptères et des Coléoptères ;
(iv) La disparition des organismes polluosensibles alors qu’ils sont encore représentés dans le benthos ;
(v) L’augmentation de la dérive des taxons polluo-résistants ou saprophiles (Orthocladiinae, Chironomini, Psychoda).
 
La variation de la composition faunistique de la dérive est donc un paramètre pertinent pour l’évaluation de l’impact d’une pollution organique.

Variazione di a struttura di i pupulamenti d’invertebrati bentichi in un corsu d’acqua impattatu da i sbarsi urbani
Variation de la structure des peuplements d’invertébrés benthiques dans un cours d’eau impacté par des rejets urbains

A cuntaminazione 
 
L’impattu d’una mina anziana d’arsenicu, lucalizata annant’à e sponde di a Presa, ghjunghjenu da a Bravona, si traduce cù una cuntaminazione à l’arsenicu è l’antimoniu di i cumpartimenti fisicoscimichi è biulogichi di l’acque. 
 
Nanzu à a mina, a cuncentrazione mezana in arsenicu di l’acqua hè 1 000 volte di più alta chè quella ottenuta in e stazione di rifarenza. 
 
L’impattu di a cuntaminazione di u locu porta à a smarita di 19 specie d’invertebrati bentichi ma ancu una vera sminuera di l’effettivu d’una dicina di specie.
 
 
La contamination
 
L’impact d’une ancienne mine d’arsenic, localisée sur les berges de la Presa, affluent de la Bravona, se traduit par une contamination par l’arsenic et l’antimoine des compartiments physico-chimiques et biologiques des eaux.

 
En aval de la mine, la concentration moyenne en arsenic de l’eau est 1 000 fois plus élevée que celle obtenue dans la station de référence.
 
L’impact de la contamination du milieu entraîne la disparition de 19 espèces d’invertébrés benthiques ainsi qu’une nette diminution de l’effectif d’une dizaine d’espèces.

 
Ind’è l’invertebrati prisenti nanz’à a mina, e larve di Plecotteri prisentanu e più forte cuncentrazione in arsenicu è in antimoniu. 
Per i Plecotteri di u gennaru Leuctra, u valore di u fattore di bioaccumulazione (chì hè u rapportu trà a cuncentrazione in arsenicu o in antimoniu ind’è l’invertebrati è i tenidori mezani di l’acqua) hè di 800 per l’arsenicu è 1 300 per l’antimoniu. 
 
Chez les invertébrés présents en aval de la mine, les larves de Plécoptères présentent les plus fortes concentrations en arsenic et en antimoine.
Pour les Plécoptères du genre Leuctra, la valeur du facteur de bioaccumulation (qui est le rapport entre la concentration en arsenic ou en antimoine dans les invertébrés et les teneurs moyennes de l’eau) est de 800 pour l’arsenic et 1 300 pour l’antimoine.

 
Ind’è a stazione a più cuntaminata, a cuncentrazione mezana in arsenicu è in antimoniu di a briofita Fontinalis antipyretica hè di 353µg/g per l’arsenicu è di 48 µg/g per l’antimoniu ; i tenidori in arsenicu è in antimoniu ind’è l’erbe bambine crescenu incù quelle di l’acque. U valore di u fattore di bioaccumulazione hè di 160 per l’arsenicu è 370 per l’antimoniu. 
Dans la station la plus contaminée, la concentration moyenne en arsenic et en antimoine de la bryophyte Fontinalis antipyretica est respectivement de 353 et 48 µg/g; les teneurs en arsenic et en antimoine dans les mousses augmentent avec celles de l’eau. La valeur du facteur de bioaccumulation est de 160 pour l’arsenic et 370 pour l’antimoine.
 
E truite chì campanu più in altu à a mina prisentanu una cuncentrazione mezana di 1.92 µg/g d’arsenicu è 0.45 µg/g d’antimoniu. U fenomenu d’organotropisimu hè statu messu in lume ; i n di fatti, a classifica per ordine discindente di l’urgani sfarenti di pesci studiati in funzione di a bioaccumulazione, hè (i) per l’arsenicu : operculi > fecatu > fuciale > scheletru assiale > musculu è (ii) per l’antimoniu : operculi > fuciale > scheletru assiale > fecatu > musculu. E cuncentrazione in arsenicu è in antimoniu per l’inseme di l’urgani sò in leia stretta incù quelle rilevate ind’è l’acqua. 
 
In a stazione cuntaminata, u studiu di l’evoluzione di e cuncentrazione in arsenicu è in antimoniu in a catena alimentaria mostra chì a bioaccumulazione sminuisce quandu s’alza in i livelli trupicali. 
Les truites vivant en aval de la mine présentent une concentration moyenne de 1.92 µg/gd’arsenic et 0.45 µg/gd’antimoine. Le phénomène d’organotropisme a été mis en évidence ; en effet, le classement par ordre décroissant des différents organes de poissons étudiés en fonction de la bioaccumulation, est (i) pour l’arsenic : opercules > foie > branchies >squelette axial > muscle et (ii) pour l’antimoine : opercules > branchies > squelette axial > foie > muscle. Les concentrations en arsenic et en antimoine pour l’ensemble des organes sont en étroite corrélation avec celles relevées dans l’eau.
 
Dans la station contaminée, l’étude de l’évolution des concentrations en arsenic et en antimoine dans la chaîne alimentaire montre que la bioaccumulation diminue lorsque l’on s’élève dans les niveaux trophiques.

 
L’antropisazione indiretta (u scambiamentu climaticu) 
 
E cunsequenze di u riscaldamentu climaticu annant’à i pupulamenti d’invertebrati acquatichi di i corsi d’acqua di Corsica si traducenu da a mudifica di e limite d’altitudone à livellu  di a superficia di repartizione di certe specie. 
 
U srigulamentu climaticu porta una reduzzione di a nichja eculogica di specie numarose d’acqua freta chì vedenu ristringhjesi a so aghja di repartizione à u corsu superiore di i fiumi è à a surghjente.
 
L’anthropisation indirecte (le changement climatique)
 
Les conséquences du réchauffement climatique sur les peuplements d’invertébrés aquatiques des cours d’eau de Corse se traduisent par la modification des limites altitudinales de l’aire de répartition de certaines espèces.
 
Le dérèglement climatique entraîne une réduction de la niche écologique de nombreuses espèces d’eau froide qui voient leur aire de répartition se restreindre au cours supérieur des rivières et aux sources.

Limiti altitudinali d’unipochi d’urganisimi stenotermi “freti”
Limites altitudinales de quelques organismes sténothermes « froids »
 
U Pianariu Crenobia alpina corsica è u Colleotteru Deronectes lareynieri chì a limita inferiore di l’aghja di repartizione era, in 1964, à 650 metri, ùn falanu più sottu à 1 000m d’altitudine dapoi u 2010.
 La Planaire Crenobia alpina corsica et le Coléoptère Deronectes lareynieri dont la limite inférieure de l’aire de répartition était, en 1964, à 650 mètres, ne descendent plus en dessous de 1 000 m d’altitude depuis 2010.
 
U Colleotteru Graptodytes sexgattatus è l’Effemerotteru Baetis cyrneus anu vistu ristringhjesi anch’elli, a so aghja di repartizione. In di fatti, a limita inferiore di l’aghja di repartizione hè passata in 48 anni da 400 m à 800m d’altitudine. 
 Le Coléoptère Graptodytes sexgattatus et l’Ephéméroptère Baetis cyrneus ont vu eux aussi, leur aire de répartition se restreindre. En effet, la limite inférieure de l’aire de répartition est passée en 48 ans de 400 m à 800 m d’altitude.
 
Incù u riscaldamentu di l’acque in altitudine, e specie d’acqua calda vedenu a limita superiore di a so aghja di repartizione ricullà in altitudine. In u corsu supranu di i fiumi, a cumpetizione interspecifica hè messa à male, è u mantenimentu in vita di e specie endemiche, numarose in altitudine, hè minacciatu. 
Avec le réchauffement des eaux en altitude, les espèces d’eau chaude voient la limite supérieure de leur aire de répartition remonter en altitude. Dans le cours supérieur des rivières, la compétition interspécifique s’aggrave, et la survie des espèces endémiques, nombreuses en altitude, est menacée.

Limiti altitudinali d’unipochi d’urganisimi stenotermi “caldi”
Limites altitudinales de quelques organismes sténothermes « chauds »
 
I Coleotteri Yola bicarinata obscurior è Eubria pallustris sò urganisimi stenotermi “caldi”. À  principiu di l’anni 60, a limita suprana di a so aghja di repartizione si truvava à pocu pressu à 500m d’altitudine. St’invertebrati ricollanu, dapoi u 2010, sin’à 1 000 metri. 
Les Coléoptères Yola bicarinata obscurior et Eubria pallustris sont des organismes sténothermes « chauds ». Au début des années 60, la limite supérieure de leur aire de répartition se situait vers 500 m d’altitude. Ces invertébrés remontent, depuis 2010, jusqu’à 1 000 mètres.
 
A  limita suprana di l’aghja di repartizione di u Ditteru Liponeura cortensis hè passata da 800m à 1 300 m in 48 anni. 
La limite supérieure de l’aire de répartition du Diptère Liponeura cortensis est passée de 800 m à 1 300 m en 48 ans.
L’Effemeotteru Serratella ignita chì ùn francava micca i 1 000m d’altitudine in u 1964, ricolla sin’à 1 450m dapoi u 2010. 
L’Ephéméroptère Serratella ignita qui ne dépassait pas 1 000 m d’altitude en 1964, remonte jusqu’à 1 450 m depuis 2010.

 

Pàgina 232/233
Page 232/233

​X. L’adopri di l’acqua in Corsica 
          L’adopri passati 
X. Les utilisations de l’eau en Corse

          Les utilisations passées
 
I mulini, i lavatoghji è e funtane, testimonii di l’adopru passatu di l’acque, custituiscenu sempre oghje un patrimoniu creatu inestimevule. 
 
L’acquidotti sò opare più impurtante chì facenu vede a maestria anziana di a gestione di l’acqua. 
In u paese aiaccinu, a vintina d’acquidottu di u canale di a Gravona hà ghjucatu un rollu fundamentale per l’alimentazione in acqua di a cità d’Aiacciu ma ancu per à livellu agriculu per i tarreni induve ci passa u canale. Custruttu sott’à Napuleò III, longu di circa 20chm, stu canale prisenta unepoche d’opare maiò cum’è l’acquidottu di u Ponti Bonellu, Mezavia è Mulinu Biancu. 

Les moulins, les lavoirs et les fontaines, qui témoignent de l’utilisation passée des eaux, constituent aujourd’hui encore un patrimoine bâti inestimable.
 
Les aqueducs sont des ouvrages plus importants qui dévoilent la maitrise passée de la gestion de l’eau.
Dans le pays ajaccien, la vingtaine d’aqueducs du canal de la Gravona a joué un rôle fondamental pour l’alimentation en eau de la ville d’Aiacciu mais aussi pour l’exploitation agricole des terrains traversés par le canal. Construit sous Napoléon III, long de près de 20 Km, ce canal présente quelques ouvrages majeurs comme les aqueducs de Ponte Bonello, Mezzavia et Mulinu Biancu.

 
L’Acquidottu di Moriani (cummuna di San Niculau), chjamatu ancu Canale di a Stazzona, hè un’opera genuvese custruita in u 1578, longu d’un chilometru. Alimentava, à partesi d’una presa d’acqua in u Pietrignani, a Stazzona di Moriani chì aduprava a forza idrolica per u funziunamentu di i so ecchippamenti. 
L’Aqueduc de Moriani (commune de San Niculau), appelé aussi Canal de la Forge, est un ouvrage génois construit en 1578, long d’environ un kilomètre. Il alimentait, à partir d’un captage dans le Pietrignani, la Forge de Moriani qui utilisait la force hydraulique pour le fonctionnement des ses équipements.
 
In Ghisoni, un canale d’irrigazione di circa 3chm, chjamatu « u fossu », custruitu versu u 1860, permettia l’annacquera di qualchì centinaia d’ettari di terre agricule. Oghje, hè sempre in usu. 
 
A Ghisoni, un canal d’irrigation de près de 3km, appelé « u fossu », construit vers 1860, permettait d’irriguer plusieurs centaines d’hectares de terres agricoles. Il est encore utilisé de nos jours.
 
 
 
 
L’anziani matrali  sò i testimonii di l’impurtanza di a riserva di l’acqua d’inguernu per un adopru durante u periudu d’istatina secca. 
 
Les anciens barrages témoignent de l’importance du stockage de l’eau en hiver pour une utilisation pendant la période estivale particulièrement sèche.


U matrale di Caprioni dettu di u penitenziariu di Coti Chiavari hè statu custruitu trà u 1870 è u 1871 à u locu dettu “Caprioni” annant’à u ghjargalu chjamatu “Furmiculosa”. U matrale hè altu di 19m, longa di 55m è hà una larghezza di muru di 5,50m à u paramentu. hè arrichitu d’un dispusitivu di troppu pienu situatu à manca di l’opera. U so vulume hè stimatu à 24 000m3. A so custruzzione hè di tippu matrale  pesu è hè statu fattu  in petre zuccate  murate à a calcina idrolica. 
 
Le barrage de Caprioni dit du pénitencier de Coti-Chiavari a été construit entre 1870 et 1871 au lieu-dit « Caprioni » sur le ruisseau dénommé « Furmiculosa ». Le barrage est haut de 19 m, long de 55 m et présente une largeur de mur de 5,50 m au parement. Il dispose d’un dispositif de trop-plein situé sur la gauche de l’ouvrage. Son volume est estimé à 24 000 m3. Sa construction est de type barrage poids et a été effectuée en pierres de tailles maçonnées à la chaux hydraulique.
 
U matrale di a mina di l’Argentella hè situatu annant’à e cummune di Galeria è di Calenzana. Sè a spluttera di u minariu d’argentu data di u periudu genuvese, a custruzzione di a riserva data di 1869. U matrale, alta di 20 m è longu di 144m, crea una ritenuta d’una capacità di 80 000m3.
Le barrage de la mine de l’Argentella est situé sur les communes de Galeria et de Calenzana.
Si l’exploitation du minerai d’argent date de la période génoise, la construction du barrage date de 1869. Le barrage, d’une hauteur de 20 m et d’une longueur de 144 m, crée une retenue d’une capacité de 80 000 m3.

 
Un’antra spluttera minaria, l’antica mina d’arsenicu di Matra, hè un altru esempiu di l’adopru industriale di l’acqua. Una presa d’acqua in fiume permettia u trasportu di l’acqua sin’à l’usina di lavera di u minariu. Eppuru, l’antica mina d’arsenicu di Matra hè un esempiu parfettu d’attività passata chì iputeca u sviluppu attuale di a piaghja urientale per via d’una cuntaminazione di l’acque da l’arsenicu è l’antimoniu.
 
Une autre exploitation minière, l’ancienne mine d’arsenic de Matra, est un autre exemple de l’utilisation industrielle de l’eau. Un captage en rivière permettait l’acheminement de l’eau jusqu’à l’usine de lavage du minerai. Malheureusement, l’ancienne mine d’arsenic de Matra est un parfait exemple d’activité passée qui hypothèque le développement actuel de la plaine orientale à cause d’une contamination des eaux par l’arsenic et l’antimoine.

L’usi oghjinchi
Les utilisations actuelles
 
L’acqua hè una risorsa naturale chì si rinova, ma ùn hè senza fine. In a perspettiva di e cunsequenze di u cambiamentu climaticu, ci vole à tenala contu. 
 
L’eau est une ressource naturelle renouvelable, mais elle n’est pas inépuisable. Dans la perspective des conséquences du changement climatique, il faut l’économiser.
 
L’acqua cunsummata currisponde à l’acqua pigliata pè un usu in particulare ; l’acqua sfrazata currisponde à a parte ch’ùn hè resa à u mezu. 
In u casu di a pruduzzione d’idroelettricità, a maiò parte di st’acqua hè rimessa ind’è u mezu ; si parla dunque d’un cunsummu è micca d’un frazu. In Corsica, u vulume annuale d’acqua turbinatu và da 500 à 900 millioni di metri quadrati. 
L’acqua chì hè rimessa dopu à u so cunsummu (acqua dumestica) hè chjamata acqua residuaria o acqua usata.
 
L’eau utilisée correspond à l’eau prélevée pour un usage donné ; l’eau consommée correspond à la partie qui n’est pas restituée au milieu.
Dans le cas de la production d’hydroélectricité, la très grande majorité de cette eau est rejetée dans le milieu ; on parle donc d’utilisation et non de consommation. En Corse, le volume annuel d’eau turbiné varie de 500 à 900 millions de mètres cubes.
L’eau qui est rejetée après son utilisation (eau domestique) est appelée eau résiduaire ou eau usée.


L’usi di l’acque è di i mezi acquatichi  
Les usages de l’eau et des milieux aquatiques
 
Usi di casa : 
Usage domestique : 
            Acqua da beie (bivende, igiene, lavera, evacuazione sanitaria) ;
Orti ;
Lotta contr’à i fochi ;
Sciali (mezi acquatichi, piscine private). 
Eau potable (boisson, hygiène, lavage, évacuation sanitaire) ;
            Jardins potagers ;
Lutte contre les incendies ;
            Loisirs (milieux aquatiques, piscines privées).

 
Usi ecunomichi :
Usage économique :
            Agricultura (per un dettu annacquera) ;
            Pruduzzione d’energia (idroelettricità, rafretamentu di e centrale elettriche termiche) ;
            Estrazione di materiale alluvionari (ghjarghjuli) ;
            Amministrazione pubblica ; 
            Agroalimentare ;
            Cunchiglicultura ;
            Sciali (piscine pubbliche).
            Agriculture (dont irrigation) ;
Production d’énergie (hydroélectricité, refroidissement des centrales électriques thermiques) ;
Extraction de matériaux alluvionnaires (gravières) ;
Administration publique ;
Agroalimentaire ;
Conchyliculture ;
Loisirs (piscines publiques).

 
I cunsummi annuali d’acqua sicondu l’usu
Les consommations annuelles d’eau par usage
 
In Corsica, u vulume annuale di precipitazione liquide (piossa) è solide (neve, grandina) hè vicinu à 8 miliardi di m³. Dopu à l’evapotraspirazione (evapurazione fisica è sudamentu di a vegetazione) è infiltrazione, u sgottu di l’inseme di i corsi d’acque hè di 3 milardi di msia un ghjettu di 100 m³/s.
L’ottu vasche sburdente e più pruduttive raprisentanu à elle sole 75 % di a risorsa (Golu, Tavignanu, Taravu, Liamone, Gravona, Prunelli, Rizzanesi è Fium’Orbu). 
 
En Corse, le volume annuel des précipitations liquides (pluie) et solides (neige, grêle) est voisin de 8 milliards de m³. Après évapotranspiration (évaporation physique et transpiration de la végétation) et infiltration, l’écoulement dans l’ensemble des cours d’eau est de de 3 milliards de m3 soit un débit de 100 m3/s.
Les huit bassins versants les plus productifs cumulent à eux seuls près de 75 % de la ressource (Golu, Tavignanu, Taravu, Liamone, Gravona, Prunelli, Rizzanese et Fium’Orbu).

 
In Corsica, i prilevi grevi annulai sò capiti trà 90 è 110 millioni di metri cubi, 70 à 90 Mm3 sò ricacciati da l’acque supranante. Pè l’acque sutterranee, u vulume prilevatu hè di 25 Mmà l’annu. Ma certe tafunature individuale ùn sò cunnisciute ; i volumi prilevati sò stati stimati trà 5 è 12 millioni di m3/annu. Cusì serebbenu 30 à 37 millioni di mà esse prilevati annualmente ind’è l’acque sutterranee di Corsica. 
 
En Corse, les prélèvements bruts annuels sont compris entre 90 et 110 millions de mètres cubes, 70 à 90 Mm3 sont issus des eaux de surface. Pour les eaux souterraines, le volume prélevé est de 25 Mm3 par an. Mais certains forages individuels ne sont pas connus ; les volumes prélevés ont été estimés entre 5 et 12 millions de m3/an. Ainsi ce serait 30 à 37 millions de m3 qui seraient prélevés annuellement sur les eaux souterraines de Corse.
 
U vulume di e riserve d’acque ritenute hè di 109 Mmè si scumpone cusì : 
61.6 Mm3 in e custruzzione gestite da EDF (Elettricità di Francia) è 47.3 Mmin quelle di  l’OEHC (Uffiziu di l’Equipaggiu Idraulicu di a Corsica). 
 
Le volume des réserves d’eau stockées dans les retenues est de 109 Mm3 répartit ainsi : 61.6 Mm3 dans les ouvrages gérés par EDF (Electricité De France) et 47.3 Mm3 dans ceux de l’OEHC (Office d’Equipement Hydraulique de la Corse).
 
1) Agricultura : 58 Mm3 di quale 46 Mm3 per l’annacquera ; i prilevi sò fatti in l’acque supranante (ritenute di i matrali è corsi d’acqua). 
A Piaghja Urientale hè u settore di l’isula induve e cunsummazione sò e più alte (35 à 50 50 Mm3).
 
1) Agriculture : 58 Mm3 dont 46 Mm3 pour l’irrigation ; les prélèvements sont effectués dans les eaux de surface (retenues des barrages et cours d’eau).
La Plaine Orientale est le secteur de l’île où les consommations sont les plus élevées (35 à 50 Mm3).

 
U PADDUC (Pianu d’Assestu è di Sviluppu Durevule di a Corsica) hè statu appruvatu da l’Assemblea di Corsica u 5 di nuvembre di u 2020. Unu di l’ughjettivi di stu ducumentu strateghjicu hè di pruteghje i spazii agriculi è silviculi da duppià e pruduzzione in st’attività in trenta anni. A cartugrafia di l’ESA (Spazii Strateghjichi Agriculi) mostra una superficie tutale di circa 100 000 ha ; oghje, solu u 20% di l’ESA sò annacquate. 
 
Le PADDUC (Plan d’Aménagement et de Développement Durable de la Corse) a été approuvé par l'Assemblée de Corse le 5 novembre 2020. Un des objectifs de ce document stratégique est de protéger les espaces agricoles et sylvicoles afin de doubler la production agricole et sylvicole à trente ans. La cartographie des ESA (Espaces Stratégiques Agricoles) montre une surface totale d’environ 100 000 ha ; aujourd’hui, seuls 20 % des ESA sont irrigués.
 
2) Alimentazione in Acqua de Beie : 45 Mm3 di i quale 22 Mm3 venenu da l’acque supranente (corsi d’acqua è ritenute artificiale) è 23 Mm di l’acque sutterranee (surgente, tafunature di e nappe alluviale, acquifferi di a stalca 
A pupulazione risidente fraza u 80 % di stà risorsa è a pupulazione turistica u 20 %.
 
2) Alimentation Eau Potable : 45 Mm3 dont 22 Mm3 provenant des eaux de surface (cours d’eau et retenues artificielles) et 23 Mm3 des eaux souterraines (sources, forages dans les nappes alluviales et les aquifères du socle).
La population résidente consomme 80 % de cette ressource et la population touristique 20 %.


3) Industria : pè u rinfriscamentu di i mutori di e centrale termiche di u Vaziu è di Lucciana, EDF sfrutta circa 0,1 Mm3.
 
3) Industrie : pour le refroidissement des moteurs des centrales thermiques du Vaziu et de Lucciana, EDF utilise près de 0,1 Mm3.
 
A resita di e rete
Le rendement des réseaux
 
In u 2015, a resita di e rete di l’acque schiette s’avvicina à u 70%. Ùn franca micca u 50 % in a Piaghja Urientale chì hè u settore di l’isula induve i cunsummi sò i più alti (35 à 50 Mm3).
Pè e rete d’acqua da beie, u valore di a resita hè capitu trà 80 è 90 %.
 
En 2015, le rendement des réseaux d’eau brute est voisin de 70 %. Il ne dépasse pas 50 % dans la Plaine Orientale qui est le secteur de l’île où les consommations sont les plus élevées (35 à 50 Mm3).
Pour les réseaux d’eau potable, la valeur du rendement est comprise entre 80 et 90 %.

 
L’idroelettricità 
L’hydroélectricité
 
A putenza tutale di u parcu di pruduzzione idraulica d’EDF hè di 199 MW. St’energia hè prudutta à partesi da l’infrastrutture (3 matrali è 7 centrale idroelettriche) chì si trovanu in e valle di u Golu, di u Fium’Orbu è di u Prunelli. 
A piccula idraulica, micca gestita da EDF, raprisenta menu di 30 MW. 
 
La puissance totale du parc de production hydraulique d’EDF est de 199 MW. Cette énergie est produite à partir des infrastructures (3 barrages et 7 centrales hydroélectriques) localisées dans les vallées du Golu, du Fium’Orbu et du Prunelli.
La petite hydraulique, non gérée par EDF, représente moins de 30 MW.

 
U mistu elettricu ripone nant’à un brandale più o menu equilibratu trà u termicu (369 MW), l’intercunnezzione cù l’Italia (150 MW) è l’energie pulite. 
L’ernergia termica hè u stalcu di u mistu elettricu, u fioul raprisenta u 41 % di a pruduzzione elettrica. 
L’energia idraulica hè di l’energie pulite a prima cù 20 % di a pruduzzione elettrica. 
Cù 30 %, l’intercunessione cù l’Italia (cavi SARCO è SACOI) sò indispinsevule pè assicurà u sistema elettricu di Corsica (cavi Sardegna-Corsica è Sardegna-Corsica-Italia).
L’energie pulite altre chè l’idroelettricità sò in sviluppu : Fotovoltaicu (6 %), Eolicu (2 %) è Biogasu (0.5 %).
 
Le mix électrique repose sur un trépied plus ou moins équilibré entre le thermique (369 MW), l’interconnections avec l’Italie (150 MW) et les énergies renouvelables.
L'énergie thermique est le socle du mix électrique, le fioul représente 41 % de la production électrique.
L'énergie hydraulique est la première des énergies renouvelables avec 20 % de la production électrique.
Avec 30 %, les interconnections avec l’Italie (câbles SARCO et SACOI) sont indispensables à la sûreté du système électrique de Corse (câbles Sardaigne-Corse et Sardaigne-Corse-Italie).
Les énergies renouvelables autres que l’hydroélectricité sont en développement : Photovoltaïque (6 %), Eolien (2 %) et Biogaz (0.5 %).

 
E cunsequenze di u cambiamentu climaticu anu un impattu nant’à u settore energeticu. Infatti, u tassu debule di riimpimentu di e ritenute gestite da EDF ipoteca u mistu energerticu ciò chì dà una crescita di a parte raprisentata da u termicu per un dettu l’adopru di u fioul.
L’annivamentu debule di e nostre muntagne inghjena ghjetti debuli di i corsi d’acque è una pruduzzione idraulica limitata. In u 2017, a grande idraulica raprisenta solu u 15% di mistu elettricu colpa di a sicchia fiumareccia estivale sivera di i fiumi.  
 
Les conséquences du changement climatique ont un impact sur le secteur énergétique. En effet, le faible taux de remplissage des retenues gérées par EDF hypothèque le mix énergétique ce qui entraîne une augmentation de la part représentée par le thermique notamment l’utilisation du fuel.
Le faible enneigement de nos montagnes entraine des débits faibles des cours d’eau et une production hydraulique limitée. En 2017, la grande hydraulique ne représentait que 15 % du mix électrique à cause de l’étiage sévère estival des rivières
.
 
« Grazia » à u riscaldamentu climaticu è à i so inverni dolci, l’ecunumie d’energie pè u riscaldamentu sò vere. Ma ùn ci vole à sminticà a crescita di e cunsummazione d’energie d’istatina, colpa à l’attività turisticà è à a climatisazione. 
A putenza massima chjamata nant’à a rete in invernu và da 400 à 450 MW. L’istate, s’avvicina à 350 MW, cù un record di 379 MW toccu d’aostu di u 2017. 
Sta crescita di a cunsummazione d’istatina impatta u costu di pruduzzione. Infatti in Corsica, u costu mediu annuale hè di 200 €/MWh ma và da 150 €/MWh di farraghju à 250 €/MWh d’aostu induve a pruduzzione idraulica hè assai debule è u termicu à u fioul raprisenta 60 % di a pruduzzione tutale d’elettricità. 
 
« Grâce » au réchauffement climatique et à ses hivers cléments, les économies d’énergie pour le chauffage sont réelles. Mais il ne faut pas oublier l’augmentation de la consommation d’énergie en période estivale, à cause de l’activité touristique et du développement de la climatisation.
La puissance maximale appelée sur le réseau en hiver varie de 400 à 450 MW. En été, elle approche 350 MW, avec un record de 379 MW atteint en août 2017.
Cette augmentation de la consommation estivale impacte les coûts de production. En effet en Corse, le coût moyen annuel est de 200 €/MWh mais il varie de 150 €/MWh en février à 250 €/MWh en août où la production hydraulique est très faible et le thermique au fioul représente 60 % de la production totale d’électricité.


L’acqua in Sardegna 
L’eau en Sardaigne
 
L’isula « surella » hà una pupulazione di 1.65 millioni d’abitanti, accoglie circa 3.44 millioni di turisti à l’annu. 
E precipitazione annuale medie vanu da 400 mm vicinu à a costa à 900 mm à l’internu di e terre, piove in media 50 ghjorni à l’annu. A timperatura media annuale hè intornu à i 16°C.
L’acqua di i fiumi hè accatamansata in ritenute artificiale. E furmazione carbunatate cambrienne, frutturate di modu intensu, formanu aquiferi impuranti, cum’e karstiques, chì custituiscenu risorse impurtante pè l’isula. 
 
L’île « sœur » a une population de 1.65 millions d’habitants, elle accueille annuellement près de 3.44 millions de touristes.
Les précipitations annuelles moyennes varient de 400 mm près de la côte à 900 mm à l'intérieur des terres, il pleut en moyenne 50 jours par an. La température moyenne annuelle est d’environ 16°C.
L’eau des rivières est stockée dans des retenues artificielles. Les formations carbonatées cambriennes, intensément fracturées, forment d'importants aquifères, notamment karstiques, qui constituent des ressources importantes pour l’île.

 
U cunsummu di l’acqua hè stimatu à 1 160Mm3 à l’annu ; l’agricultura hè u settore d’attività chì cunsumma u più acqua (60 à 70%), l’usu dumesticu raprisenta circa 20% di u cunsummu.
Cum’è in Corsica, a rendita di e rete hè debbule, 50% per l’usu agriculu è 35% per e rete d’adduzzione è di distribuzione d’acqua destinata à u cunsummu umanu. 
 
La consommation de l'eau est estimée à 1 160 Mm3 par an ; l’agriculture est le secteur d'activité le plus consommateur d'eau (60 à 70 %), l’usage domestique représente près de 20 % de la consommation.
Comme en Corse, le rendement des réseaux est faible, 50 % pour l’usage agricole et 35 % pour les réseaux d’adduction et de distribution d’eau destinée à la consommation humaine.

 
 
A Sardegna conta 34 riserve chì e ritenute artificiale permettenu una pruvista di circa 1 900Mm3.
E più grande ritinute sò quelle d’Omodeo (450Mm3), di Monte Su Rei (323Mm3), di Nuraghe Arrubiu (263Mm3), di Muzzone (224Mm3) è di Calamaiu (104Mm3).
L’agenzia regiunale di u distrittu idrograficu di u rughjone autonomu di a Sardegna hè dutata d’un serviziu respunsevule di a gestione (i) di e risolse in acque, (ii) di i servizii idrichi è (iii) di a sicchia.
Stu serviziu hà un pianu di gestione di crisa chì tene in contu quattru tippi di situazione : (i) u regime urdinariu, (ii) u livellu di vigilenza, (iii) u livellu di periculu è (iv) u livellu d’urgenza. 
La Sardaigne compte 34 barrages dont les retenues artificielles permettent un stockage de près de 1 900 Mm3.
Les plus grandes retenues sont celles d’Omodeo (450 Mm3), de Monte Su Rei (323 Mm3), de Nuraghe Arrubiu (263 Mm3), de Muzzone (224 Mm3) et de Calamaiu (104 Mm3).
L’agence régionale du district hydrographique de la région autonome de Sardaigne est dotée d’un service responsable de la gestion (i) des ressources en eaux, (ii) des services hydriques et (iii) de la sécheresse.
Ce service est doté d’un plan de gestion de crise qui comprend quatre types de situations : (i) le régime ordinaire, (ii) le niveau de vigilance, (iii) le niveau de péril et (iv) le niveau d’urgence.

 
Malgradu i vulumi pruvisti, circa dui milliardi di metri cubi, l’isula cunnosce prublemi di pruviste in acqua.In di fatti, u percentuale di riempiu di e ritiunute hè spessu debbule per via di e calmane (cunsequenza di u riscaldamentu climaticu) chì portanu una crescita di l’evapotranspirazione è dunque una calata di a dispunibilità di l’acqua. 
À stu prublema quantitativu s’aghjusta un avvilimentu di a qualità di l’acqua di e ritinute. In di fatti, l’acque sò spessu pulluate (eutrofe), incù pupulamenti filoplantonnichi duminati da e sianobatterie chì u sviluppiu pò avè cunsequenze annant’à a qualità di l’acqua, postu chì certe sianobatterie anu a capacità di produce tussine chjamate sianotussine. Frà quesse, e microsistine sò e sianotussine chì sò u più spessu rimarcate ind’è l’acqua di e ritinute sarde è u più spessu incluse in i casi d’intussicazione animale o umane. 
 
Malgré les volumes stockés, près de deux milliards de mètres cube, l’île connait des problèmes d’approvisionnement en eau. En effet, le taux de remplissage des retenues est souvent faible en raison de fortes chaleurs (conséquence du réchauffement climatique) qui entrainent une augmentation de l’évapotranspiration et donc une diminution de la disponibilité de l’eau.
A ce problème quantitatif s’ajoute une dégradation de la qualité de l’eau des retenues. En effet, les eaux sont très souvent polluées (eutrophes), avec des peuplements phytoplanctoniques dominés par les cyanobactéries dont le développement peut avoir une incidence sur la qualité de l’eau, car certaines cyanobactéries possèdent la capacité à produire des toxines appelées cyanotoxines. Parmi elles, les microcystines sont les cyanotoxines les plus fréquemment détectées dans l’eau des retenues sardes et le plus souvent impliquées dans les cas d’intoxication animale ou humaine.

 
E cunsequenze di u scambiamentu climaticu anu da accentuà l’avvilimentu di u statu quantitativu è qualitativu di l’acque accatamensate in e ritinute di e riserve sarde è pruvucà, in un avvene vicinu, difficultà d’appruvistera in acqua di e pupulazione.
Les conséquences du changement climatique vont accentuer la dégradation de l’état quantitatif et qualitatif des eaux stockées dans les retenues des barrages sardes et provoquer, dans un avenir proche, des difficultés d’approvisionnement en eau des populations.


 

Pàgina 242/243
Page  242/243

XI. Acqua è salute umana
XI. Eau et santé humaine

L’acqua superficiale ma ancu sottuterranie di Corsica prisentanu traccie di pesticidii, di medicine (antibiotichi, anti infiammatorii), di pertubatorii endocriniani (pruprietà ormonomimetiche capace d’interagisce incù u sistema urmunale), è di microparticule di plasticu. 

Les eaux superficielles mais aussi souterraines de Corse présentent des traces de pesticides, de médicaments (antibiotiques, anti-inflammatoire), de perturbateurs endocriniens (propriétés hormono-mimétiques capables d'interagir avec le système hormonal), et de microparticules de plastique.
Agenti biologichi cum’è e batterie, i sischi è i parasiti sò identificati ind’è st’acqua. Ma ancu elementi chimichi naturali o antropichi cum’è l’arsenicu, l’antimoniu, i nitrati…
Des agents biologiques comme les bactéries, les virus et les parasites sont identifiés dans ces eaux. Ainsi que des éléments chimiques naturels ou anthropiques comme l’arsenic, l’antimoine, les nitrates…

1. L’acqua destinata à u cunsummu umanu (EDCH)
A qualità chimica di l’acque distribuite in Corsica hè bona à l’ingrossu è a principale causa di non cunfurmità hè liata à a prisenza di germini testimonii di cuntaminazione fecale. U bilanciu 2020 mostra chì 90% di a pupulazione in Corsica hè sparichjata da un’acqua chì rispetta l’esigenze di qualità batteriologica (ARS,2O21). 
Ma i prublemi di qualità d’acqua di rubinetteria esistenu sempre in u rurale per via di : (i) a frustatura di e rete, (ii) l’assenza di filiere di trattamentu adatte è (iii) un’insufficenza di e cundizione d’intrateniu è di spluttera di l’opare. 
1. L’eau destinée à la consommation humaine (EDCH)
La qualité chimique des eaux distribuées en Corse est globalement bonne et la principale cause de non-conformité est liée à la présence de germes témoins de contamination fécale. Le bilan 2020 révèle que 90 % de la population en Corse est desservie par de l’eau respectant les exigences de qualité bactériologiques (ARS, 2021).
Mais des problèmes de qualité d’eau du robinet subsistent encore dans le rural à cause de : (i) la vétusté des réseaux, (ii) l’absence de filières de traitement adaptées et (iii) une insuffisance des conditions d’entretien et d’exploitation des ouvrages.

Perchè ci vole à beie l’acqua di u rubinettu ? 
3 tippi d’argumenti ponu esse avanzati :
(i) a qualità di l’acqua. L’acqua in buttiglia ùn hè micca più pura chì l’acqua di u rubinettu. Un studiu scentificu hè statu fattu da cercadori americani annant’à l’acqua in buttiglia è di u rubinettu  ind’è 9 paesi frà i quali i Stati Uniti, a China, l’India, u Messicu è u Brasiliu. Stu studiu mostra chì l’acqua di e buttiglie in plasticu hà dui volte in più microparticule di plasticu chè l’acqua di u rubinettu.
(ii) Ecunumia. L’acqua in buttiglia hè 500 volte di più cara chè l’acqua di u rubinettu. Cunsummà acqua in buttiglia, ghjè fà si doppia sintenza. Difatti, l’infrastrutture (canalisazione, riserve, sistemi di trattamentu) sò finanzate da i nostri impositi è a nostra tassa di Statu (fattura d’acqua). Ci vole à aghjustà à i conti e pene à u spinu per via di u trasportu di i pacchetti d’acqua. 
(iii) Eculugia. A pruduzzione d’una buttiglia in plastica necessiteghja u cunsummu di 100mL di petroliu. Dapoi a prima buttiglia plastica, in 1960, milliardi d’unità sò state fabricate. In Corsica, e buttilgie in plasticu raprisentanu circa 7 000 tunnellate à l’annu, u riciculu ùn tocca chè 50%. Numarose buttiglie si ritrovanu ind’è i corsi d’acqua è in u mare. L’avvilimentu d’una buttiglia in plasticu varia trà 100 è 1 000 anni. E microparticule di plasticu si ritrovanu ind’è tutte e catene alimentarie : cunchiglie, pesci, cetacei, Omu. 
Pourquoi faut-il boire l’eau du robinet ?
3 types d’arguments peuvent-être évoqués :
(i) Qualité de l’eau. L’eau en bouteille n’est pas plus pure que l’eau du robinet. Une étude scientifique a été menée par des chercheurs américains sur l’eau en bouteille et du robinet dans 9 pays dont les USA, la Chine, l’Inde, le Mexique et le Brésil. Cette étude montre que l’eau des bouteilles en plastique renferme deux fois plus de microparticules de plastique que dans l’eau du robinet.
(ii) Economie. L’eau en bouteille est 500 fois plus chère que l’eau du robinet. Consommer de l’eau en bouteille, c’est s’infliger la double peine. En effet, les infrastructures (canalisations, réservoirs, systèmes de traitement) sont financées par nos impôts et notre redevance (facture d’eau). Il faut rajouter au tableau les douleurs du dos à cause du transport des packs d’eau.
(iii) Ecologie. La production d’une bouteille en plastique nécessite la consommation de 100 ml de pétrole. Depuis la première bouteille plastique, en 1960, des milliards d’unités ont été fabriquées. En Corse les bouteilles en plastique représentent environ 7 000 tonnes par an, le recyclage ne concerne que 50 %. De nombreuses bouteilles se retrouvent dans les cours d’eau et la mer. La dégradation d’une bouteille en plastique varie de 100 à 1 000 ans. Les microparticules de plastique se retrouvent dans toute la chaîne alimentaire : coquillages, poissons, cétacés, Homme.


2. U fondu geochimicu naturale
Ind’è l’acque senza pulluzione, a natura geulogica di e terre francate determineghja e caratteristiche fisico chimiche di l’acque. A carica ionica di l’acque pò esse acquistata da sfarente manere, a più impurtante essendu l’alterazione di i minerali custitutivi di e petre da l’acidu carbonicu di l’atmosferu è l’acidi urganichi di l’acque di perculazione di e terre. 
2. Le fond géochimique naturel
Dans les eaux exemptes de pollution, la nature géologique des terrains traversés détermine les caractéristiques physico-chimiques des eaux. La charge ionique des eaux peut être acquise de multiples façons, la plus importante étant l’altération des minéraux constitutifs des roches par l’acide carbonique de l’atmosphère et les acides organiques des eaux de percolation des sols.

L’elementi stampe, chjamate tempi fà metalli pisivi, anu cuncentrazione di fondu naturale chì sò certe volte alte di pettu à e norme di qualità (mundiale, supranaziunale, naziunale). Per un elementu stampa datu, u fondu pedogeochimicu naturale currisponde à a cuncentrazione naturale andogena liata à a natura di a petra mamma è di e terre. 
Les éléments traces, anciennement appelés métaux lourds, ont des concentrations de fond naturelles qui sont parfois élevées par rapport aux normes de qualité (mondiale, supranationale, nationale). Pour un élément trace donné, le fond pédogéochimique naturel correspond à la concentration naturelle endogène liée à la nature de la roche-mère et des sols.
A nature geologica ghjoca un rollu di prima trinca in ‘ssu “rimore di fondu”, è ghjè cusì ch’è no prisintemu di modu spiccatu a situazione per a “Corsica erzinianna” è per a “Corsica alpina” chì sò spiccate da una linea tracciata trà San Firenze è Sulinzara passendu per Corti. 
La nature géologique jouant un rôle fondamental dans ce « bruit de fond », nous présentons séparément la situation pour la « Corse hercynienne » et pour la « Corse alpine » qui sont séparées par une ligne reliant Saint Florent à Solenzara en passant par Corti.
À u nordu di sta linea, a “Corsica alpina” hè custituita da scisti lustrati di l’età terziariu. Ci truvemu offioliti (petre verde) è una schiera propiu diversificata di petre metamorfiche. L’acque superficiale è sutteranie di u nordu di l’isula prisentanu , in certi lochi, valori alti in elementi stampe. 
Au nord de cette ligne, la « Corse alpine » est constituée de schistes lustrés de l’âge tertiaire. On y rencontre des ophiolites (roches vertes) et un cortège très diversifié de roches métamorphiques. Les eaux superficielles et souterraines du nord de l’île présentent, par endroit, des teneurs élevées en éléments traces.

Ghjè u casu in Capicorsu duve a prisenza di scistu lustrati hè à l’urigine di i valori alti in antimoniu, in farru è in manganese.
A prisenza d’antimoniu è d’arsenicu ind’è l’acque di a valle di a Bravona hè d’urigine naturale, ma hè accentuata da un’attività minaria passata (mina di realgaru di Matra).
C’est notamment le cas dans le Cap Corse où la présence de schistes lustrés est à l’origine des teneurs élevées en antimoine, en fer et en manganèse.
La présence d’antimoine et d’arsenic dans les eaux de la vallée de la Bravone est d’origine naturelle, mais elle est accentuée par une activité minière passée (mine de réalgar de Matra).

Ind’è l’alta valle di Fiumaltu (microrughjone d’Orezza), u valore altu in farru di l’acque sutteranie è superficiale hè da mette in leia cù a prisenza di scisti lustrati, di serpentini, di calchiscisti è di cipolini. 
À u meziornu di a linea chì face a leia trà San Firenze è Sulinzara passendu per Corti si sparghje, annant’à più di i dui terzi di l’isula, a “Corsica erzinianna” o “Corsica antica”, postu ch’ella hè vechja di l’età primariu. St’unità geulogica hè custituita per u più di petre plutoniche (graniti, diuriti, gabbros) è d’un cumplessu vulcanicu rioliticu ind’i massicci di u Cintu è d’Osani. 
Dans la haute vallée du Fium’Altu (microrégion d’Orezza), la teneur élevée en fer des eaux souterraines et superficielles est à mettre en relation avec la présence de schistes lustrés, de serpentines, de calcschistes et de cipolins.
Au sud de la ligne reliant San Fiurenzu à Sulenzara en passant par Corti s’étend, sur plus des deux tiers de l’île, la « Corse hercynienne » ou « Corse ancienne », car elle date de l’ère primaire. Cette unité géologique est constituée essentiellement de roches plutoniques (granites, diorites, gabbros) et d’un complexe volcanique rhyolitique dans les massifs du Cintu et d’Osani. 


Ind’è l’acque, a prisenza d’elementi stampe hè menu frequente chè ind’a “Corsica alpina”. L’alti valori sò da mette in leia incù l’attività minarie passate. Ghjè u casu di a Balagna duve l’acque ponu prisintà cuncentrazione nutabile in arsenicu, in ramu, in manganesu, in piombu è in zingu.
La présence dans les eaux d’éléments traces est moins fréquente que dans la « Corse alpine ». Les teneurs élevées sont à mettre en relation avec les activités minières passées. C’est le cas de la Balagne où les eaux peuvent présenter des concentrations notables en arsenic, en cuivre, en manganèse, en plomb et en zinc.
I rioliti è i tofi vulcanichi sò à l’urigine di a prisenza di ramu, di piombu è di zingu ind’è l’acque sutterranie è superficiale. 
Les rhyolites et les tufs volcaniques sont à l’origine de la présence de cuivre, de plomb et de zinc dans les eaux souterraines et superficielles.

L’acque chì correnu annant’à i gabbrossi è dioriti ponu prisintà alti valori in ramu. In u massicciu di u Cintu, a prisenza di nichelu in l’acqua hè liata in u fondu pedogeochimicu naturale. 
Les eaux qui coulent sur des gabbros et des diorites peuvent présenter des teneurs élevées en cuivre. Dans le massif du Cintu, la présence de nickel dans l’eau, est liée au fond pédogéochimique naturel.
In a valle di u Prunelli, a prisenza di filoni di fluorina dentru à graniti spieca a cuncentrazione alta in fluor di l’acque. 
In u microrughjone Meziornu Corsica, a prisenza di gneiss è di migmatiti hè à l’urigine di i valori in arsenicu, in ramu, in farru è in manganese. Sti dui ultimi elementi sò ancu prisenti ind’è l’acque di a valle di l’Ortolu. 
Dans la vallée du Prunelli, la présence de filons de fluorine au sein des granites, explique la concentration élevée en fluor des eaux.
Dans la microrégion Sud-Corse, la présence de gneiss et de migmatites est à l’origine des teneurs en arsenic, en cuivre, en fer et en manganèse. Ces deux derniers éléments sont aussi présents dans les eaux de la vallée de l'Ortolu.

Antimoniu. L’intussicazione acuta hè caratterizata da un sindromu intestinale (vomiti, granchi abduminale è sforu) ; l’intussicazione cronica face figurà vidinosi ematologichi. Dose forte pruvocanu una tussicità cardiaca (mudifica di a ripularisazione).
Antimoine. L’intoxication aiguë se caractérise par un syndrome intestinal (vomissements, crampes abdominales et diarrhées) ; l’intoxication chronique fait apparaître des troubles hématologiques. De fortes doses entraînent une toxicité cardiaque (modification de la repolarisation).
Arsenicu. L’intussicazione acuta si caratterizeghje da prublemi gastrointestinali, eppo prublemi neurologichi gravi, prublemi epatichi è renali ma ancu manifestazione cardiovasculare d’ipertensione è di tacchicardia. L’intussicazione cronica si traduce da prublemi digestivi, sindromi melanodermichi è neurologichi. L’arsenicu è i so cumposti inurganichi sò classificati cum’è purtadori di u cancaru per l’omu. Studii epidemiologichi anu mustratu chì l’espusizione à l’arsenicu per ingestione d’acqua cuntaminata era à l’urigine di cancari di i pulmoni , di a pelle è di a vessia, è forse ancu di u renu è di u culonu. D’altri studii supponenu l’esistenza d’un associu trà spusizione à l’arsenicu ind’è l’acqua chì si beie è u sviluppu di i cancari di a prustata è di u fegatu. 
Arsenic. L’intoxication aiguë se caractérise par des troubles gastro-intestinaux, puis des troubles neurologiques sévères, des troubles hépatiques et rénaux ainsi que des manifestations cardiovasculaires d’hypertension et de tachycardie. L’intoxication chronique se traduit par des troubles digestifs, des syndromes mélano-dermiques et neurologiques. L’arsenic et ses composés inorganiques sont classés cancérogènes avérés pour l’homme. Des études épidémiologiques ont montré que l’exposition à l’arsenic par ingestion d’eau contaminée était à l’origine de cancers du poumon, de la peau et de la vessie, et possiblement du rein et du colon. D’autres études suggèrent l’existence d’une association entre l’exposition à l’arsenic dans l’eau de boisson et le développement de cancers de la prostate et du foie.
Ramu. U ramu hè un elementu di primura à u metabulisimu umanu ma hè tossicu à valori alti. L’intussicazione à u ramu si traduce da prublemi gastrointestinali. I nascitoghji sò propiu vulnerabili à u eccessu di ramu. I valori in zingu è in farru ponu influenzà l’assurzione di ramu. 
Cuivre. Le cuivre est un élément essentiel au métabolisme humain mais il est toxique à des teneurs élevées. L’intoxication au cuivre se traduit par des problèmes gastro-intestinaux. Les nouveau-nés sont particulièrement vulnérables à un excès en cuivre. Les teneurs en zinc et en fer peuvent influencer l’absorption du cuivre.

Farru. U farru hè un elementu di primura à u nostru urganisimu postu ch’ellu hè inclusu in a biosintesi di l’emuglubina. Ma l’ingestione di dose forte di farru pò purtà una accumulazione prugressivu di farru. U troppu farru face cresce u risicu di cancaru, frà u quale quellu di u culonu. 
Fer. Le fer est un élément essentiel à notre organisme car il est notamment impliqué dans la biosynthèse de l’hémoglobine. Mais l’ingestion de fortes doses de fer peut entraîner une accumulation progressive de fer. La surcharge en fer augmente le risque de cancer, notamment celui du côlon.
 
Fluoru. U fluoru hè impurtante per a salute dentaria, postu ch’ellu porta a mineralisazione di i denti è prutegge di i cavoni per via di a so azzione antibatteriana. Ma l’ingestione di dose forte di fluore porta dulori abduminale, vomiti, anticorii è cacarelle. 
Fluor. Le fluor est important pour la santé dentaire, car il active la minéralisation de la dent et protège de la carie dentaire grâce à son action antibactérienne. Mais l’ingestion de fortes doses de fluor entraîne des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements et de la diarrhée.
Manganese. L’intussicazione da manganese sò propiu scarse, ma l’alti valori ponu dà un gustu dispiacevule à l’acqua.
Manganèse. Les intoxications par le manganèse sont extrêmement rares, mais des teneurs élevées peuvent donner un goût désagréable à l'eau.
Nicchelu. L’assurzione digestive di u nicchelu essendu debule, st’elementu hè pocu tossicu per via digestiva. 
Nickel. L’absorption digestive du nickel étant relativement faible, cet élément est peu toxique par voie digestive.
Piombu. U passagiu di u piombu à traversu à l’epiteliu interale hè debule per e persone maiò ma l’assurzione interale hè di più attiva per i zitelli, tandu l’intussicazione hè più severa : dulori abduminali, custipazione, anceffalupatia, deficenze intellettuale, stannazione di l’inturchjata di a crescita, anemia, (saturnisimu). U piombu chì traversa a barriera placentaria seria rispunsevule di scunciature è di fototoccicità.  
Plomb. Le passage du plomb au travers de l’épithélium entéral est faible chez l’adulte mais l’absorption entérale est plus active chez l’enfant, d’où une intoxication plus sévère : douleurs abdominales, constipation, encéphalopathie, déficiences intellectuelles, stagnation de la courbe de croissance, anémie, (saturnisme). Le plomb traversant la barrière placentaire serait responsable de fausses-couches et de fœtotoxicité.
Zingu. U zingu hè un elementu di primura à u metabulisimu umanu postu ch’ellu participeghja à a biosintesi di l’ADN è di l’ARN. Ma l’ingestione di dose forte di zingu affetta e difese immunitarie, sminuisce u valore in u sangue di u culesterollu bonu per a salute è face cresce l’ansietà usidativa ; pò purtà prublemi genito-urinarii. 
Zinc. Le zinc est un élément essentiel au métabolisme humain car il participe notamment à la biosynthèse de l’ADN et de l’ARN. Mais l’ingestion de fortes doses de zinc affecte les défenses immunitaires, diminue le taux sanguin de bon cholestérol et augmente le stress oxydatif ; il peut entraîner des troubles génito-urinaires.

3. I pesticidii
I pesticidii sò aduprati in u quadru di a lotta contr’à urganisimi nucivi (animali, vegetali, funghi). I pesticidii sò per u più aduprati per l’agricultura duve s’adopranu i termini di prudutti fitosanitarii o fitofarmaceutichi. Anu ancu un usu non agriculu, per un dettu da e cullettività lucale è i particulari, si parla tandu di biucidi. Ùn ci vole à sminticà l’antiparasitarii umani (anti pidochji…).
E quantità vindute in Corsica s’alzanu à 300 tonne in Corsica Suprana (in piaghja urientale per u più) è à 50 tonne in Corsica Suttana (Surgente : Banca Naziunale di e Vendite di i Distributori). À l’annu, e sustenze urganiche periculose raprisentanu 50 à 60 tonne frà e quale 25 tonne di glifosatu (erbicidiu). A vendita annuale di sustenze minerale periculose, per u più u ramu (fongicidiu) hè di 15 tonne. 
3. Les pesticides
Les pesticides sont utilisés dans le cadre de la lutte contre des organismes nuisibles (animaux, végétaux, champignons). Les pesticides sont essentiellement utilisés pour l’agriculture on utilise les termes de produits phytosanitaires ou phytopharmaceutiques. Ils ont aussi un usage non agricole, notamment par les collectivités locales et les particuliers, on parle de biocides. Il ne faut pas oublier les antiparasitaires humains (anti-poux…).
Les quantités vendues en Corse s’élèvent à 300 tonnes en Haute Corse (essentiellement en plaine orientale) et à 50 tonnes en Corse du Sud (Source : Banque Nationale des Ventes des Distributeurs). Par année, les substances organiques dangereuses représentent 50 à 60 tonnes dont 25 tonnes de glyphosate (herbicide). La vente annuelle de substances minérales dangereuses, essentiellement le cuivre (fongicide), est de 15 tonnes.

Da u 2010 sin’à u 2017, a quantità di sustenze tossiche, propiu tossiche, chò portanu u cancaru, chì ponu mutà è riproduce e tussine, s’alza à 800 tonne (Surgente : BNVD).
U glifosatu è l’AMPA (Amino-Metilu-Fosfonicu-Acidiu), chì hè u principale pruduttu di sgardazione di u glifosatu, sò i pesticidii i più quantificati in i corsi d’acqua di Francia metrupulitania ma dinù a Corsica. Ritruvemu in st’acque pesticidii diffesi in Francia, ghjè u casu di l’atrasina, un erbicidiu diffesu dapoi u 2001. A remanenza di sta sustenza ind’è l’idrosistemi hè propiu alta. 
De 2010 à 2017, la quantité de substances toxiques, très toxiques, cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques s’élève à 800 tonnes (Source : BNVD).
Le glyphosate et l’AMPA (Amino-Méthyl-Phosphonique-Acide), qui est le principal produit de dégradation du glyphosate, sont les pesticides les plus quantifiés dans les cours d’eau de France métropolitaine dont la Corse. On retrouve dans ces eaux des pesticides interdits en France, c’est le cas de l’atrazine, un herbicide interdit depuis 2001. La rémanence de cette substance dans les hydrosystèmes est très élevée.

In Corsica, l’AMPA hè prisente in a culonna d’acqua è ind’è i sedimenti di u fondu di e ritinute di e riserve ; st’acqua priservata hè destinata à u cunsummu umanu. ‘Ssu pesticidiu hà cunsequenze annant’à a salute, difatti, numarosi travaglii di ricerca anu mustratu u rollu di glifosatu ind’è l’affaccata di linfomi. Hè classificatu cum’è prubabile purtadore di cancaru da l’OMS. 
Ben’chì diffesa dapoi u 2001, l’atrazina hè ritrova à u statu di stampa ind’è l’acque currente. A mulecula d’atrazina, sott’à l’azzione di micro-urganisimu si trasfurmeghja in metaboliti. Unu di i metaboliti specifichi hè u desetilatrazinu (DEA), chì hè prisente ind’è l’acque sutterranie. 
En Corse, l’AMPA est présent dans la colonne d’eau et dans les sédiments du fond de retenues de barrages ; cette eau stockée est destinée à la consommation humaine. Ce pesticide a des conséquences sur la santé, en effet, de nombreux travaux de recherche ont montré le rôle du glyphosate dans l’apparition de lymphomes. Il est classé comme cancérigène probable par l'OMS.
Bien qu’interdite depuis 2001, l’atrazine est retrouvée à l’état de traces dans les eaux courantes. La molécule d’atrazine, sous l'action de micro-organismes se transforme en métabolites. Un des métabolites spécifiques est le déséthylatrazine (DEA), il qui est présent dans les eaux souterraines.


Sè l’atrazinu hè classificatu cum’è non purtadore di cancaru da u Centru Internaziunale di Ricerche annant’à u Cancaru, u DEA pare più tossicu chè a mulecula mamma. Difatti, stu metabolitu hà un impattu annant’à a crescita fetale di i mammifari. 
Fora di a prublematica di a prisenza di pesticidii ind’è l’acque, e prime persone sposte à i periculi di i pesticidii sò l’agricultori, ancu forse l’urtarii amatori. Esiste un dipendenza di l’agricultori di pettu à pesticidii similarii à quella di i medichi di pettu à l’antibiotichi. 
Si l’atrazine est classée non cancérigène par le Centre International de Recherches sur le Cancer, le DEA semble plus toxique que la molécule mère. En effet, ce métabolite impacte la croissance fœtale des mammifères.
En dehors de la problématique de la présence de pesticides dans les eaux, les premières personnes exposées aux dangers des pesticides sont les agriculteurs, voire les jardiniers amateurs. Il existe une dépendance des agriculteurs à l’égard des pesticides similaire à celle des médecins à l’égard des antibiotiques.

Esiste una leia forte trà spusizione à pesticidii è numarose patulugie ind’è l’adulti cum’è i cancari, e malatie neurodegenerative, prublemi ansiodepressivi. U mondu agriculu francese cunnosce, dapoi l’anni 70, un fenomenu di sopramurtalità per sucidii (un sucidiu tutti i dui ghjorni). E cause ùn sò micca solu ecunomiche è finanziarie. Difatti, una leia trà u sucidiu è l’adopru di pesticidii hè statu rilevatu in numarosi studii scentifichi cum’è in India, à i Stati Uniti, à u Canada è à u Brasiliu. 
Il existe un lien fort entre l’exposition à des pesticides et de nombreuses pathologies chez l’adulte notamment des cancers, des maladies neurodégénératives, des troubles anxiodépressifs. Le monde agricole français connait, depuis les années 70, un phénomène de surmortalité par suicide (un suicide tous les deux jours). Les causes ne sont pas uniquement économiques et financières. En effet, un lien entre le suicide et l’utilisation des pesticides a été relevé dans de nombreuses études scientifiques notamment en Inde, aux États-Unis, au Canada et au Brésil.
A quantità annuale di chlorpyriphos-methyl vinduta in Corsica hè di 3 à 4 tonne. Una spusizione à st’insetticidiu neurotossicu è perturbatore inducrinianu pò fà nasce una lucemia ind’è l’adulti è avè un impattu annant’à u svilippu neurologicu di i zitelli. 
Un studiu scentificu fattu à i Stati Uniti hà cunclutu à l’esistenza d’una leia trà a spusizione à u clorfirifosu di a donna impedita è l’autisimu, u risicu essendu multiplicatu per 6. U periudu criticu essendu e settimane 1 à 8 di gravidanza, vale à dì u periudu di sviluppu di u sistema narvosu di u feutu. 
La quantité annuelle de chlorpyriphos-methyl vendue en Corse est de 3 à 4 tonnes. Une exposition à cet insecticide neurotoxique et perturbateur endocrinien peut provoquer une leucémie chez l’adulte et impacte le neurodéveloppement de l’enfant.
Une étude scientifique menée aux USA a conclu à l’existence d’une relation entre l’exposition au chlorpyriphos de la femme enceinte et l’autisme, le risque étant multiplié par 6. La période critique étant les semaines 1 à 8 de la grossesse, c’est-à-dire la période de développement du système nerveux du fœtus.

U fosetyl-aluminium è u folpelu sò fongicidii chì e quantità vindute in Corsica varianu trà 25 è 30 tonne à l’annu. A fiscia di i valori di securità, data da u vindidore, preciseghja e “Menzione di periculu”. Hè di modu chjaru indicatu chì sta categuria di fongicidiu hè “Assai tossicu per l’urganisimi acquatichi”. Più gravu ancu, a menzione annant’à a cancerogenicità di u pruduttu ùn lascia nisun dubbitu : “Sussettibile di pruvucà u cancaru”. Sti fungicidii sò difatti cunsiderati cum’è rispunsevuli di l’apparizione d’adenocarcinomi duodenali (cancaru di u duodenumu). 
Le fosetyl-aluminium et folpel sont des fongicides dont les quantités vendues en Corse varient de 25 à 30 tonnes par an. La fiche de données de sécurité, fournie par le vendeur, précise les « Mentions de danger ». Il est clairement indiqué que cette catégorie de fongicide est « Très toxique pour les organismes aquatiques ». Plus grave encore, la mention sur la cancérogénicité du produit ne laisse aucun doute : « Susceptible de provoquer le cancer ». Ces fongicides sont en effet soupçonnés dans l’apparition d’adénocarcinomes duodénaux (cancer du duodénum).

4. E sianobatterie
E sianobatterie, chjamate ancu sianoficee, sò procarioti autotrofi, classificate d’un puntu di vista sistematicu in u regnu di l’Eubatterie. Sti microurganisimi si distinguenu di e batterie da a prisenza di clurifilla a, è di pigmenti accessorii.
4. Les cyanobactéries
 
Les cyanobactéries, également appelées cyanophycées, sont des procaryotes autotrophes, classées d’un point de vue systématique dans le règne des Eubactéries. Ces micro-organismes se distinguent des bactéries par la présence de chlorophylle a, et de pigments accessoires.

 
Sò affaccate circa 3,8 milliardi d’anni fà è facenu parte di l’urganisimu chì sò à l’urigine à a sparghjera di a vita annant’à a Tarra da a so pruduzzione d’ussigeniu è da a so cuntribuzione à u primu pozzu biologicu di carboniu chì hà sminuitu l’effettu di serra.
 
E sianobatterie sò di modu naturale prisente in numaru sminuitu indocu in u mondu, è dind’è guasgi tutti l’ambii, ancu i più stremi. In ogni locu acquosu, ci ponu esse sianobatterie. 
 
A pruliferazione di sianobatterie hè a cunsequenza d’una cumbina trà e so addattazione è i fattori ambiantali. Sti fattori sò di modu principale :
  • un’impurtanta cuncentrazione in l’ambiu di fusforu ;
  • una bona stabilità di a culonna d’acqua
  • una timperatura alta di l’acqua. 
 
Elles sont apparues il y a environ 3,8 milliards d'années et font partie des organismes qui sont à l'origine de l'expansion de la vie sur Terre par leur production d'oxygène et par leur contribution au premier puits biologique de carbone qui a diminué l'effet de serre.
 
Les cyanobactéries sont naturellement présentes en petit nombre partout dans le monde, et dans pratiquement tous les milieux, même les plus extrêmes. Partout où il y a de l’eau, il peut y avoir des cyanobactéries.
 
La prolifération des cyanobactéries est la conséquence d’une combinaison entre leurs adaptations et les facteurs environnementaux. Ces facteurs sont principalement :
            - une importante concentration dans le milieu de phosphore ;
            - une bonne stabilité de la colonne d’eau
            - une température élevée de l’eau.

 
 
U sviluppu di e sianobatterie pò avè ripercuzione annant’à a qualità di l’acqua, postu chì certe sianobatterie anu a capacità di produce e tussine chjamata sianotussine. 
 
Si distinguanu trè grandi gruppi di sianotussine classificate in funzione di u so modu d’azzione : 
  • e dermatotussine anu a pelle cum’è urganu sibula (effetti irritanti) ;
  • e neurotussine affettanu per u più u sistema nervosu (cefali, sbalurdimenti, granchi muscularii, paralisia, insuffisenze respiratorie o cardiache) ;
  • l’epatotussine agiscenu per u più annant’à u fecatu (infiammazione), ma ponu ancu alterà altri urgani, tale chì i reni o l’intestini (cacarelle, pene à u corpu, anticorii è vomiti). 
 
L’epatotussine sò e tussine e più sparte è e più nucive quandu a pruliferazione di sianobatterie si mette in piazza. Frà elle, e microsistine sò e sianotussine u più spessu prisente in i casi d’intussicazione animale o umana. 
 
Le développement des cyanobactéries peut avoir une incidence sur la qualité de l’eau, car certaines cyanobactéries possèdent la capacité à produire des toxines appelées cyanotoxines.
 
On distingue trois grands groupes de cyanotoxines classées en fonction de leur mode d’action :
- les dermatotoxines ont la peau comme organe cible (effets irritants) ;
- les neurotoxines affectent principalement le système nerveux (céphalées, étourdissements, crampes musculaires, paralysie, insuffisances respiratoire ou cardiaque) ;
- les hépatotoxines agissent principalement sur le foie (inflammations), mais peuvent également altérer d’autres organes, tels que les reins ou les intestins (diarrhées, maux de ventre, nausées et vomissements).
 
Les hépatotoxines sont les toxines les plus répandues et les plus nocives lors de la prolifération de cyanobactéries. Parmi elles, les microcystines sont les cyanotoxines le plus fréquemment impliquées dans les cas d’intoxication animale ou humaine.