Menu

EDITO N°17

Rédigé le Dimanche 30 Juillet 2023 à 22:00 | Lu 65 fois | 0 commentaire(s)

La solidarité, illusion ou réalité ?


La solidarité qui s’est exprimée pendant la crise sanitaire a fondu comme neige au soleil. Elle s’est transformée en entre-soi, en cercles restreints. Peut-être est-ce le dernier rempart à la solitude des êtres qui, de plus en plus doivent lutter pour survivre. L’embellie et l’espoir d’un monde nouveau d’après crise se sont vite éteints, et désormais c’est le le sauve-qui-peut, face aux réalités économiques de plus en plus difficiles pour une majorité. Nous payons le quoi qu’il en coûte et la finance se refait une santé sur les peuples. L’organisation sociale est à leur service. Rien ne va mais tout va bien. Le chaos est d’abord économique. Les puissants imposent leur loi, la finance mondiale semble règner sur  les démocraties, les états se soumettent avec complaisance à leur volonté. Maintenir l’ordre social est désormais l’objectif prioritaire des gouvernements et pour cela il faut trouver des démons.

Aujourd’hui s’opposer à l’aberration de choix économiques qui détruisent encore un peu plus chaque jour notre planète, notre environnement, et l’avenir des générations futures, s’opposer à la dictature des groupes financiers, peut valoir le statut de terroriste. Il en est de même lorsque l’on défend une identité, milite pour une exception culturelle, une langue, une minorité. Notre engagement pour notre territoire et le soutien à la politique vers l’autonomie reste encore un combat possible pour notre démocratie. La gouvernance à l’échelle de la Région est plus juste. L’État tiendra-t-il ses promesses ? Rien n’est moins sûr.. Mais pour cela, la solidarité est la condition sine qua non de la réussite pour cet objectif commun. L’identité se vit au quotidien. 

 

Dans la liste des urgences, il en est une qui fait l’unanimité, c’est l’urgence climatique. Nous constatons tous à notre échelle le  changement auquel nous allons devoir faire face. L’Eau et les ressources en eau deviennent une problématique prépondérante. Sa gestion est régionale. Aujourd’hui tous les acteurs en ont pris conscience et le politique en premier qui multiplie les actions, principalement préventives,  et que nous devons rapidement mettre en place pour affronter ce changement. D’abord ce bien précieux, il faut l’économiser. Du particulier au professionnel, de l’agriculture au secteur du bâtiment, chaque effort comptera et il faudra faire preuve à nouveau de solidarité. Dans ce numéro, nous vous proposons un dossier spécial sur l’Eau, il se veut fédérateur et aborde concrètement la nécessité absolue d’aller vers d’autres pratiques afin de conserver ce bien commun qui nous lie et nous unit pour la vie.